Vidéos à la une
La Flandre est l'une des régions modèles dans l'accompagnement des entrepreneurs qui font face à des difficultés financières. Quels sont les signaux d'alerte ? Comment réagir et comment rebondir après une faillite ? On vous donne des réponses dans cette édition de Business Planet à Gand. Une deuxième chance Chaque année dans l'Union européenne, 200.000 entreprises font faillite - soit 600 par jour - entraînant au total, plus de 1,7 million de suppressions d'emplois. Bien que les faillites ne soient pas rares, les entrepreneurs qui en font l'expérience ont généralement du mal à la vivre et sont confrontés à des difficultés pratiques qui les dissuadent de se lancer par la suite, dans de nouveaux projets. Dans l'opinion, on fait souvent le lien entre faillite et fraude. Pourtant, seules 4 à 6% des faillites sont véritablement frauduleuses. De nombreuses sociétés mises en liquidation auraient pu être sauvées. L'Outil européen d'alerte précoce permet aux entrepreneurs d'évaluer les performances de leur affaire et d'identifier des sources de difficultés. De nouvelles règles européennes en matière d'insolvabilité ont été proposées pour donner aux entreprises qui ont des problèmes financiers, la possibilité de se restructurer à un stade précoce pour qu'elles évitent la faillite et le licenciement de leur personnel. Liens utiles Outil européen d'alerte précoce Faillite et deuxième chance Initiative de la Commission en faveur des start-up et des scale-up Proposition de directive européenne visant à aboutir à une nouvelle réglementation en matière d'insolvabilité Aujourd'hui, les faillites restent un véritable fléau en Europe. A Gand en Belgique, une association baptisée Dyzo accompagne les entrepreneurs en difficulté et les oriente vers le succès. Notre reporter Serge Rombi a rencontré son cofondateur Pol Vermoere. Serge Rombi, euronews : 'Quelle est l'ampleur des faillites dans l'Union européenne ?' Pol Vermoere de l'association Dyzo : '200.000 entreprises font faillite chaque année en Europe. Résultat : 1,7 million de personnes perdent leur travail. Nous nous adressons aux entrepreneurs en difficulté, on essaie de sauver leurs entreprises et si cela ne marche pas, on essaie de voir quelles sont les solutions.' Et le meilleur moyen d'éviter la faillite, c'est l'anticipation, souligne Serge Rombi. Découvrons-en une illustration en suivant l'un des bénévoles de Dyzo dans une entreprise qui a bénéficié de son soutien. 'En anticipant, j'ai surtout évité les problèmes' Ce bénévole, c'est Philip Oosterlinck. Lui aussi a fait faillite il y a quelques années alors que son entreprise familiale existait depuis quatre générations et employait 30 personnes. Malgré le choc, il ne s'est jamais résigné et il dirige même aujourd'hui, une société de conseil. Ce matin-là, il rencontre Dirk Van de Velde, un entrepreneur qui n'était pas au bord de la faillite, mais qui a préféré anticiper. Depuis un an et demi, Philip Oosterlinck accompagne cette PME de 13 salariés qui produit des pièces metalliques pour l'industrie. 'Clairement, Dirk voulait pouvoir grandir d'une manière sereine, nous précise Philip Oosterlinck. Pour cela, nous avons mené un audit financier, nous avons fait une analyse stratégique du marché et très important, on a introduit un management participatif - ce qui n'existait pas dans l'entreprise -, souligne-t-il. Et Dirk Van de Velde n'est vraiment pas déçu d'avoir fait appel à Philip. Les décisions ont été prises rapidement et l'impact a lui aussi été quasi immédiat. 'En anticipant, dit-il, j'ai surtout évité les problèmes, mais j'ai aussi pu recruter deux nouveaux ouvriers, fait 250.000 euros d'investissement. Mon chiffre d'affaires a augmenté de 20% et j'ai décroché un nouveau très bon client : cette collaboration est vraiment positive,' conclut-il. Une deuxième chance Serge Rombi reprend son entretien avec Pol Vermoere de l'association Dyzo. Serge Rombi : 'Il y a une idée reçue qu'il faut absolument combattre : c'est celle selon laquelle il y aurait un lien systématique entre les faillites et la fraude.' Pol Vermoere : 'Dyzo accompagne les entrepreneurs depuis dix ans. Nous avons aidé 10.000 entreprises et je peux vous assurer que 95% des entrepreneurs qui font faillite sont de bonne foi.' Bruxelles veut annuler la dette des PME en difficultés https://t.co/pOU5n1c2Tr pic.twitter.com/bRcOpGkXgn- Le Figaro (@Le_Figaro) 23 novembre 2016 Il faut savoir que la Commission européenne a présenté une proposition de directive qui vise à permettre aux entrepreneurs en difficultés d'anticiper et de restructurer pour éviter la faillite. Il s'agit aussi bien sûr d'offrir une deuxième chance à ceux qui vivent cette épreuve en leur permettant d'être libérés de leurs dettes après une certaine période. Trois questions à se poser Serge Rombi : 'Pol Vermoere, pour terminer, quels sont les signaux d'alerte ? Quelles sont les bonnes questions que doit se poser un entrepreneur aujourd'hui ?' Pol Vermoere : 'Est-ce que je paie mes factures dans les temps ? Est-ce que je comprends clairement les conseils de mon comptable ? Est-ce que je dors bien la nuit ?' Filming euronews #BusinessPlanet #secondchance for #Entrepreneur in #ghent pic.twitter.com/hCI5xHcJSc- Serge Rombi (SergeRombi) 19 avril 2017
Vidéos à la une
Une quinzaine de perquisitions et neuf arrestations ce jeudi... Accusée de laxisme, la Belgique durcit sa lutte anti-terroriste. Sept de ces arrestations ont un lien direct avec Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France, un Français résidant en Belgique qui était passé par la Syrie. Devant le Parlement, le Premier ministre a répondu aux accusations françaises de négligence par un plan musclé : 400 millions d'euros pour la sécurité, le passage des gardes à vues de 24 à 72 heures et le bracelet électronique pour les plus radicalisés. ' Je n'accepte pas les critiques qui ont visé à dénigrer le travail de nos services de sécurité. Et je veux remercier, avec vous, nos enquêteurs, nos magistrats, nos agents de renseignement, nos policiers pour leur courage et leur mobilisation dans des moments difficiles ', a martelé Charles Michel. La police recherche aussi très activement le dernier auteur connu des attentats de Paris, qui pourrait se trouver sur le sol belge. C'est sa carte de résident belge que Salah Abdeslam a utilisée pour louer les véhicules ayant servi aux attentats et les chambres où ils ont été préparés. Un appel à témoins a été publié par les forces de l'ordre.
Vidéos à la une
La manifestation qui a tourné à la confrontation en fin de parcours. Rassemblés à Bruxelles pour dénoncer les mesures d'austérité du nouveau gouvernement belge, quelques centaines de manifestants ont jeté des fusées et des pavés sur les forces de l'ordre qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des pompes à eau. Mais pour l'essentiel, c'est dans le calme que s'est déroulé cette journée de mobilisation. Au moins 100.000 personnes ont défilé. Dans leur ligne de mire : la nouvelle coalition de centre-droit et ses 11 milliards d'économie. ' Je suis contre les mesures qui sont prises à l'heure actuelle. Je trouve cela trop dur. On change les règles du jeu en cours de route pendant qu'on travaille ', nous dit une manifestante. ' Je manifeste parce que les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres ', proteste un autre. Parmi les projets qui fâchent, la fin de l'indexation automatique des salaires et des allocations qui suivaient jusqu'ici l'inflation en Belgique, et la retraite à 67 ans en 2030. Les syndicats ont d'ores et déjà fixé le prochain grand rendez-vous. Le 15 décembre, ils promettent de paralyser toute la Belgique.
Vidéos à la une
Le nouveau gouvernement belge a prêté serment ce samedi à Bruxelles devant le roi Philippe. Ce gouvernement de droite est dirigé par Charles Michel, fils de l'ancien ministre et commissaire européen Louis Michel. L'entrée en fonction de cette équipe intervient 4 mois et demi après les législatives. La fois précédente, en 2010, la Belgique était restée sans gouvernement pendant plus d'un an, faute d'accord de coalition. Là, au terme de négociations marathon, les partis flamands et wallons ont conclu un accord qui exclut les socialistes du pouvoir, un première depuis 1988. L'alliance a donc été nouée entre les chrétiens-démocrates, les libéraux et les nationalistes flamands du parti N-VA. Ces derniers se taillent la part du lion. Le numéro 2 du parti, Jan Jambon devient ministre de l'Intérieur. Les nationalistes occuperont aussi, entre autres, les portefeuilles de la Défense et des Finances. Le parti N-VA qui revendique une plus grande autonomie de la Flandre a accepté d'assouplir certaines de ses revendications. Sur le plan économique et social, ce gouvernement compte assainir les finances publiques notamment en réformant les retraites, ce que dénonce déjà l'opposition socialiste.
Vidéos à la une
Le Premier ministre belge Elio Di Rupo jette l'éponge. Le chef de file des socialistes francophones s'est rendu au palais royal ce lundi matin à Bruxelles pour présenter au roi Philippe la démission de son gouvernement. Une démission qui fait suite à la victoire des nationalistes flamands, arrivés en tête aux élections législatives organisées ce dimanche. Le paradoxe, c'est que le PS francophone d'Elio Di Rupo a fait de bons scores et reste même le parti n 1 en Wallonie et à Bruxelles. Mais il fait les frais de la poussée de la N-VA, la Nouvelle alliance flamande, qui est arrivé en tête du scrutin en Flandre. Problème : le parti de Bart De Wever est loin d'avoir la majorité avec seulement 33 sièges sur 150. Le roi a donc lancé des consultations avec les dirigeants de la douzaine de partis représentés au Parlement. La Belgique se retrouve ainsi confrontée au risque d'une énième crise politique. On se souvient qu'au lendemain des législatives de 2010, il avait fallu attendre un an et demi avant que le royaume ne retrouve un gouvernement.
Vidéos à la une
Albert II vit ses derniers instants en tant que roi des Belges, avant son abdication au profit de son fils. Ce vendredi, il a eu droit à un ultime bain de foule, à Liège, accompagné de son épouse, la reine Paola. Ce samedi, il a prononcé une dernière allocution. Le souverain a plaidé une fois de...
Vidéos à la une
Dans toute la Belgique et particulièrement à Bruxelles, on se prépare à la fête de ce dimanche… Fête nationale, certes, mais surtout journée historique qui verra l’abdication du roi Albert II au profit de son fils Philippe. Les têtes couronnées étrangères ne seront pas forcément de la partie. Les...
Publicité