Selon le JDD, une copie des images de l'attentat du 14 juillet à Nice a été envoyée à François Hollande. De son côté, la présidence de la République dément cette information.

Un mois après l'attentat à Nice, la polémique sur les images de vidéosurveillance reprend de plus belle. On pensait que quasiment toutes les images filmées le soir du 14 juillet aux abords de la Promenade des Anglais avaient été détruites, mais il n'en est rien selon le JDD.

Il avait été dit qu'une copie des images filmées le soir de l'attentat était restée entre les mains de la mairie et de la Justice. Mais Le Journal du Dimanche affirme qu'une troisième copie a été remise à l'Elysée.

"Une copie des images pour François Hollande"

Les journalistes de l'hebdomadaire ont parlé au directeur de cabinet du maire de Nice, Anthony Borré, qui a déclaré que dans la nuit du 14 au 15 juillet, le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, François Xavier Lauch, avait demandé à la mairie de faire "une copie des images pour François Hollande". "Nous leur avons donné ce film et cela nous a semblé logique", a-t-il précisé.

A lire aussi Attentat de Nice : pourquoi des camions circulent-ils toujours dans la ville ?

Mais l'Elysée a démenti cette information. "Aucune copie de la vidéosurveillance n’a été transmise à l’Elysée. Ce serait le non-respect de la justice. C’est de la calomnie et de la diffamation", a-t-on fait savoir. Contacté par le JDD, le directeur du cabinet du préfet assure que la copie, devenue "pièce judiciaire", est restée "dans des lieux sécurisés" et qu'elle a été rendue pour destruction le 1er août".

Publicité
"Mais qu'est-il advenu de la bande fantôme entre le 15 juillet et le 1er août ?", se demande l'hebdomadaire. Une zone d'ombre qui vient s'ajouter à la polémique du début de l'été. Fin juillet, une policière municipale avait porté plainte contre le ministère de l'Intérieur pour des pressions sur elle afin de modifier son rapport.

Vidéo sur le même thème : Polémique sur le dispositif de sécurité à Nice: "Cette policière ne fait que dire les pressions qu'elle a reçues, rien d'autre!" 

Publicité