Arnaud Montebourg a langue bien pendu. A tel point que cela lui a parfois attiré les foudres de ses collègues au PS. Parmi eux, Ségolène Royal.

Evincé du gouvernement lors du second remaniement, Arnaud Montebourg ne manque jamais une occasion de tacler François Hollande et Manuel Valls. Bien avant d’intégrer l’équipe gouvernementale, l’ancien ministre ne manquait déjà pas une occasion de railler ses collègues du Parti socialiste. Au cours d’un entretien accordé à 20 Minutes, Maud Guillaumin, l’auteure du Vicomte, est ainsi revenue sur ces fois où Arnaud Montebourg s’est laissé à quelques blagues qui n’ont pas vraiment faire rire.  "Ségolène Royal n’a qu’un seul défaut, c’est son compagnon", a-t-il par exemple lâché en 2007. L’actuelle ministre de l’Ecologie briguait alors la présidence de la République et partageait la vie de de François Hollande, lequel était Premier secrétaire du Parti. Arnaud Montebourg était quant à lui le porte-parole de campagne de la candidate PS.

A lire aussi – Phrases assassines, passion pour le made in France, blague potaches… retour sur les sorties d’Arnaud Montebourg

"Il sait qu’il est allé trop loin"

A lire aussi – Ségolène Royal regrette d’avoir médiatisé la naissance de  sa fille, Flora

A l’époque, la sortie d’Arnaud Montebourg n’a pas vraiment amusé Ségolène Royal. Elle l’a même agacée, a expliqué Maud Guillaumin au journal gratuit. "Il sait qu’il est allé trop loin", croit-elle également savoir. Et celle-ci de dévoiler la réaction de celle qui a perdu face à Nicolas Sarkozy : Elle l’a suspendu de ses fonctions pendant un mois et lui a signalé que "ses propos étaient déplacés".

A lire aussi – Présidentielle 2012 : Ségolène Royal explique pourquoi elle a perdu

Publicité
Récemment, l’ancien ministre s’en est également pris à la politique menée par l’exécutif. "Si nous continuons avec cette politique suicidaire, nous finirons le quinquennat avec 800 000 chômeurs de plus", a-t-il en effet estimé pendant une conférence qu’il donnait aux Etats-Unis la semaine dernière. Mais contrairement à celle de 2007 et celle de Frangy qui a conduit à son éviction, cette sortie ne lui a valu aucune sanction de la part de François Hollande et Manuel Valls. Désormais Arnaud Montebourg est libre de dire ce qu’il pense.

A lire aussi - Arnaud Montebourg et François Hollande : "Entre eux, c'était surtout  un problème de personnalités"

A revoir en vidéo - Arnaud Montebourg sur Hollande : "Je lui dit tout à Hollande, mais il écoute pas"