Dans un portrait intitulé "La Dame de Pique", Le Canard Enchaîné a révélé les déclarations très grossières de Martine Aubry, notamment à l’encontre de Gaëtan Gorce et Harlem Désir.

Après la présentation de la nouvelle carte des régions de France, laquelle prévoit la fusion de la Picardie avec le Nord-Pas-de-Calais, Martine Aubry était sortie de son hibernation médiatique en vigueur depuis l’élection de François Hollande. Elle a alors profité d’une conférence de presse pour dénoncer la nouvelle carte et dire tout le mal qu’elle pensait de l’exécutif. Car la maire de Lille a un véritable don pour les critiques et piques lancés à la fois à ses adversaires et ses camarades politiques. Et pour cause, Le Canard Enchaîné a dévoilé ce mercredi quelques grossièretés proférées par la maire de Lille dans un portrait sobrement appelé "La Dame de Pique".

• Lire aussi : Réforme territoriale : Manuel Valls tacle Martine Aubry

Martine Aubry, la "serial flingueuse" du PS ?

Harlem Désir et Gaëtan Gorce sont les premières victimes du langage fleuri de l’ex-ministre du Travail. En effet, alors qu’on lui annonce qu’elle va devoir poser à côté d’Harlem Désir, son successeur à la tête du PS, afin de montrer une image d'un parti uni, elle aurait répliqué en disant : "Pas question de poser à côté de cet enculé"… Gaëtan Gorce, candidat à la succession de Martine Aubry en 2012, en a également pris pour son grade. Tandis que le sénateur de la Nièvre la croise en juin 2012 lors d’une réunion du PS, il lui tend la main pour la saluer ; elle lui lance alors un magistral "je ne te salue pas, vieille salope".

• Lire aussi : Martine Aubry traite Ayrault de "naze" selon Le Canard enchaîné

Martine chez les nuls

Publicité
Dans son portrait, l’hebdomadaire satirique rappelle par ailleurs la mauvaise manie de Martine Aubry à qualifier autant ses "camarades" socialistes que ses adversaires politiques de "nul". Ainsi, Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Raffarin, avec lesquels elle a effectué un voyage en Chine en 2013, ont également essuyé des critiques. Le premier "est nul, il ne sait pas y faire avec les Chinois", aurait-elle lancé. Quant à Jean-Pierre Raffarin, il "ne sert à rien" selon l’ancienne baronne de la rue de Solferino.

Enfin la palme d’or de la nullité a été décernée par Martine Aubry à François Hollande avec la mention spéciale "archinul".

A voir sur ce thème : Martine Aubry se moque de Manuel Valls avec "sa chanson de gauche"