Vidéos Alaune
C'est un nouveau revers pour Donald Trump. Le vote sur le remplacement de l'Obamacare dont il avait fait sa priorité a dû être retardé, faute d'une majorité suffisante à la Chambre des représentants. Les républicains sont très divisés sur cette réforme. Pour les ultra-conservateurs, elle ne va pas assez loin dans le désengagement de l'Etat sur le dossier des assurances-maladie. 'Nous n'avons pas assez de nos membres prêts à voter oui actuellement, a reconnu Mark Meadows, le chef de file des ultra-conservateurs. Mais je dirais qu'il y a du progrès.' Une confusion dont se délecte l'opposition démocrate. 'Alors que le Trumpcare était déjà très mauvais, les républicains sont restés debout toute la nuit pour le rendre pire, a ironisé la démocrate Nancy Pelosi. Ils s'escriment à trouver une loi qui puisse passer. Je ne sais pas si vous appelez cela une erreur de débutant de la part de Trump. Mais on ne décide pas un jour de faire passer une loi. On bâtit un consensus, et quand on est prêt, on fixe une date pour la soumettre à la Chambre.' Le Trumpcare est censé remplacer l'Obamacare, qui a permis de réduire de 16% à 9% la proportion des Américains vivant sans assurance maladie. Parmi les plus modérés des républicains, certains hésitent aussi à voter la réforme si elle doit faire perdre leur couverture santé à des millions de personnes. Avec AFP
Vidéos Alaune
Le 31 janvier dernier Donald Trump nommait à la Cour suprême américaine le juge conservateur Neil Gorsuch. Sauf que ce même juge doit passer par la case Sénat en vue de sa confirmation à ce poste au sommet du pouvoir judiciaire. Interrogé sur de récentes attaques de M. Trump contre l'institution judiciaire, M. Gorsuch s'en est tenu à une déclaration générale, sans mentionner le président : 'Je connais ces personnes, je connais leur respectabilité et quand quiconque critique l'honnêteté, l'intégrité ou les motivations d'un juge fédéral, je trouve cela démotivant. Je trouve cela démoralisant parce que je connais la vérité.' Le magistrat a aussi assuré qu'il n'aurait aucune réticence à juger qui que ce soit et le cas échéant, le président Trump. 'Personne n'est au-dessus de la loi', a-t-il précisé. 'Il parlait en général sans mentionner qui que ce soit' a répondu par tweet Sean Spicer le porte-parole de la Maison blanche. Wrong and Misleading: he spoke broadly and never mentioned any person https://t.co/8uZtq45BWl- Sean Spicer (@PressSec) 21 mars 2017 Au deuxième jour de son audition Neil Gorsuch s'est employé à convaincre les sénateurs qu'il était libre de toute influence politique, sans livrer ses opinions personnelles... Ayant été nommé à vie à l'âge de 49 ans, il pourrait siéger à la Cour suprême durant des décennies.
Vidéos Alaune
La plupart des appareils électroniques sont désormais bannis par les Etats-Unis dans les vols en provenance de huit pays à majorité musulmane. Les autorités américaines ont donné quatre jours aux compagnies concernées pour mettre en oeuvre cette interdiction. Seront interdits en cabine tous les appareils plus gros que les smartphones, comme les ordinateurs portables, les tablettes ou encore les consoles de jeux. Les huit pays sur la liste sont la Jordanie, l'Egypte, la Turquie, l'Arabie saoudite, le Koweit, le Qatar, les Emirats Arabes Unis et le Maroc. Sur les vols décollant de ces pays à destination des Etats-Unis, les appareils plus volumineux que les téléphones portables devront donc aller en soute avec les bagages. L'interdiction serait liée à une menace récente provenant du groupe Al-Qaïda dans la péninsule arabique. La crainte est que des explosifs soient dissimulés dans ces appareils. Au total, une cinquantaine de vols quotidiens de neufs compagnies devront se plier à cette injonction. Avec AFP
Vidéos Alaune
Après avoir déclaré vendredi que toutes les options étaient sur la table (y compris militaires) contre le régime nord-coréen, le secrétaire d'Etat américain a rencontré samedi à Pékin son homologue chinois. Sur un ton nettement plus conciliant, le ministre des affaires étrangères de Donald Trump s'est engagé à travailler aux côtés des Chinois pour amener Pyongyang à stopper son programme nucléaire. Corée du Nord: les Etats-Unis 'vont travailler' avec la Chine https://t.co/JLovEyLfQV pic.twitter.com/P08yLN6cyf- Courrier inter (@courrierinter) 18 mars 2017 Vendredi sur twitter, Donald Trump a remis la pression sur la Chine accusée selon lui d'en faire trop peu pour calmer son allié nord-coréen. Pour sortir de l'escalade, la semaine dernière Pékin a proposé que Pyongyang suspende son programme nucléaire mais qu'en échange les Etats-Unis stoppent leurs manoeuvres militaires en Corée du Sud. Pour l'instant Washington a répondu par une fin de non recevoir. Trump accuse la Chine d'avoir 'peu fait' sur la Corée du Nord https://t.co/JjmLJj3Sd1 #AFP- Agence France-Presse (@afpfr) 17 mars 2017 Avec Agences
Vidéos Alaune
La météo aura été prémonitoire... La rencontre entre Donald Trump et Angela Merkel, programmée mardi et reportée à vendredi en raison d'une tempête de neige, s'est déroulée dans un climat glacial. Divergences sur le fond - commerce, immigration, Europe, climat. Différences aussi sur la forme. Le président des Etats-Unis a ainsi, ostensiblement, refusé de serrer la main de la chancelière allemande, alors que les photographes puis Angela Merkel elle-même le lui avaient proposé voire réclamé. 'Merkel et Trump ne sont pas devenus les meilleurs amis lors de cette rencontre', a relevé avec malice, dans un tweet, la télévision publique allemande ZDF Le président américain a, plus généralement, été moqué sur Twitter. Au cours de la conférence de presse commune, une journaliste de l'agence de presse allemande DPA, Kristina Dunz, a interrogé Donald Trump sur ses positions protectionnistes - le fameux America first. Elle lui a aussi demandé pourquoi il 'craignait à ce point le pluralisme dans la presse, en reprochant à certains journalistes de mentir. Et pourquoi (il) assénait des choses improuvables, comme le fait que son prédécesseur, Barack Obama, l'ait espionné.' Non sans avoir auparavant, et ironiquement, salué une journaliste 'gentille et sympa', Domald Trump a répliqué être 'un homme de commerce, et je suis pour un commerce juste, équitable, pour tout le monde partout dans le monde. Je ne suis absolument pas un isolationniste. Je ne sais pas quels journaux vous lisez, mais je suppose que ce sont des exemples de journaux qui publient de fausses informations.' Le président Trump est ensuite parti en Floride passer le week-end dans sa résidence de Palm Beach, déjà rebaptisée la 'Maison Blanche secondaire'.
Vidéos Alaune
La chancelière allemande Angela Merkel rencontrait pour la première fois Donald Trump à la Maison Blanche. Au sommaire de leurs discussions : l'immigration. Le président américain a estimé que c'était 'un privilège, pas un droit'. Sur ce sujet rappelons qu'il avait dénoncé dans le passé la politique d'accueil de Berlin concernant les réfugiés. Mais Il a cette fois salué l'implication d'Angela Merkel dans la lutte antiterroriste. Il a ensuite abordé un autre sujet, le commerce : "Je ne suis pas un isolationniste, je suis pour le libre-échange, mais je suis aussi un partisan du commerce équitable et notre libre-échange a entraîné de mauvaises choses. Regardez le déficit que nous avons et l'accumulation de dettes. ' Angela Merkel lui a répondu de manière conciliante : " Il est juste que les deux parties profitent des traités qu'ils ont conclus. Dans cet esprit, je serais heureuse si nous pouvions reprendre les discussions entre l'Union Européenne et les États-Unis. " Donald Trump a également dit son soutien à l'Otan, dont il avait pourtant critiqué l'utilité pendant sa campagne. En revanche, la question délicate du climat n'a pas été abordée. Ce sera pourtant l'une des priorités du G20 que l'Allemagne accueille en juillet. Avec agences
Vidéos Alaune
Le comité sur le renseignement du Sénat américain a rejeté les accusations d'écoute téléphonique de Donald Trump. Les deux leaders Républicains et Démocrates de ce comité ont déclaré qu'aucun élément n'indiquait que la Trump Tower ait bien été 'le sujet de surveillance' par le gouvernement américain avant ou après l'élection de 2016, contredisant directement les allégations du président Donald Trump. Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a déclaré que le président Donald Trump maintenait ses suspicions d'écoutes téléphoniques de l'ancienne administration Obama. 'Ce ne sont pas des conclusions', a t-il ajouté, avant de suggérer que les déclarations du comité sénatorial avaient été faites sans un examen complet des éléments et sans le concert du ministère de la Justice. Le 4 mars dernier, six semaines après avoir succédé à Barack Obama, Donald Trump avait lancé ses accusations via Twitter. Avec agences
Vidéos Alaune
Second camouflet pour la politique anti-immigration de Donald Trump. Cette fois, c'est le procureur général de Hawaï qui a suspendu la nouvelle mouture du décret présidentiel pour l'ensemble des Etats-Unis en raison, je cite, 'd'animosité religieuse' du locataire de la Maison Blanche. 'C'est un sujet sensible pour Hawaï, c'est pour cela que nous avons saisi l'affaire. Si l'on reçoit un ordre qui nous ramène un demi-siècle en arrière, à une époque où il existait une discrimination de nation, de religions, il faut s'élever contre', précise Doug Chin, procureur général de Hawaï. Le texte controversé, interdit l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de six pays musulmans, devait être appliqué depuis minuit, heure de Washington. 'Ce jugement nous fait paraître faible et croyez-moi, nous ne le sommes plus, a affirmé le président américain lors d'un déplacement à Nashville. Regardez nos frontières. Nous allons nous opposer à ce jugement, en allant jugement jusqu'à la Cour suprême s'il le faut.' Durant sa campagne électorale, Donald Trump avait promis d'interdire l'entrée des Etats-Unis à tous les musulmans, ce qui est contraire à la constitution du pays et suscite d'innombrables manifestations.
Vidéos Alaune
Andres Manuel Lopez Obrador s'est rendu hier à l'Église de Notre Dame de Guadeloupe, dans le quartier de Chelsea à Manhattan. Il y a rencontré des migrants pour lesquels il promets de se battre, qui à devoir saisir les Nations unies ou la Commission américaine des droits humains. Son intervention a été interrompue par un groupe de manifestants qui l'accuse d'être lié au massacre présumé de 43 étudiants dans la ville d'Iguala. Massacre qui aurait été orchestré par le maire de la ville, Jose Luis Abarca, sur ordre d'un cartel de la drogue.
Vidéos Alaune
C'est en tout cas ce que prévoit le rapport du très respecté du CBO, le Bureau du budget du Congrès. D'ici 2026, 24 millions de personnes n'auraient plus aucune assurance en cas de réformé du système de santé 'Obamacare'. Une réforme promise par Donald Trump. Mais ce rapport serait tronqué selon le Secrétaire à la Santé, Tom Price : 'Le CBO s'est intéressé à une partie seulement de notre plan. [...] Nous sommes en désaccord avec ce rapport. Nous pensons que notre plan couvrira plus de personnes, à un moindre coût et leur permettra de choisir la couverture qu'ils désirent pour eux et leurs familles, pas celui que le gouvernement leur impose.' Un point de vue que ne partage évidemment pas Nancy Pelosi, cheffe de file des démocrates à la chambre des Représentants 'C'est un chiffre important. Il évoque de façon éloquente la cruauté de ce projet que la majorité qualifie d''acte de miséricorde'. Je ne sais pas s'il pense que c'est un acte de miséricorde pour tous ceux qui perdront leurs couvertures, leurs emplois, pour les hôpitaux qui devront fermer, surtout en zones rurales.' Trumpcare, du nom donné à ce projet de réforme de la Santé, divise même la majorité républicaine, soucieuse de préserver son électorat à moins de deux ans des législatives.
Vidéos Alaune
Jon Huntsman a accepté la proposition du président Trump d'être le prochain ambassadeur américain en Russie, selon Politico. Un poste central dans le rapprochement entre les deux pays voulu par Donald Trump. Cet ancien gouverneur de l'Utah a été ambassadeur à Singapour sous George Bush, et en Chine lors du premier mandat de Barack Obama. Le documentaire 'All Eyes And Ears' revient sur son action à Pékin. Honored to be part of this important documentary about US-China relations out on iTunes now: https://t.co/wVPQQWJy6K- Jon Huntsman (@JonHuntsman) 6 décembre 2016 Jon Huntsman avait été candidat malheureux aux primaires du parti républicain en vue de la présidentielle 2012. Soutien de Donald Trump lors des dernières primaires, il avait appelé le milliardaire à se retirer de la course à la Maison Blanche après le scandale des enregistrements grossiers et machistes. Le milliardaire avait accusé Jon Huntsman d'avoir 'vendu' les Etats-Unis à la Chine en 2012, mais la relation entre les deux hommes est depuis restée cordiale, selon la presse américaine. Jon Huntsman called to see me. I said no, he gave away our country to China! JonHuntsman- Donald J. Trump (realDonaldTrump) 9 février 2012 Si Jon Huntsman est confirmé par le Sénat américain, il devra aider la Maison Blanche à sortir de la crise dans laquelle elle est empêtrée, alors que le FBI et le Sénat enquêtent sur l'influence supposée du Kremlin sur la campagne présidentielle américaine en faveur de Trump. Il aura aussi pour tâche de défaire les tensions nées de l'expulsion de 35 diplomates russes aux Etats-Unis par Barack Obama après l'élection du candidat républicain. Peut-être la première étape du rapprochement annoncé entre Washington et Moscou.
Vidéos Alaune
Le nombre d'immigrés entrés illégalement aux Etats-Unis depuis le Mexique a chuté avant même l'investiture de Donald Trump. Le Secrétariat de la Sécurité nationale a enregistré 30 et 40 % d'arrestations en moins en janvier et février par rapport à la même période en 2016. En cause, les promesses de campagne pour le moins radicales du locataire de la Maison Blanche en la matière. Secrétariat qui envisage néanmoins de durcir encore sa politique en séparant les enfants de leurs parents ayant traversé la frontière illégalement.
Vidéos Alaune
Le projet de réforme de l'Obamacare est insuffisant pour l'aile la plus conservatrice des républicains. Elle menace de ne pas voter le texte élaboré par l'administration de Donald Trump. Un texte qui prévoit de supprimer certaines mesures introduites sous Obama pour élargir le nombre d'Américains bénéficiant d'une couverture-maladie. 'Dans une certaine mesure, et je dirais même dans une très large mesure, j'ai été élu pour abroger et remplacer l'Obamacare, a martelé le président américain. Nous sommes tous dans le même bateau, c'est très important, alors faisons-le.' Ce que contestent les plus conservateurs, c'est notamment le fait que la nouvelle réforme maintienne des aides publiques - sous forme de crédits d'impôt - pour aider une partie des Américains à payer leurs primes d'assurance. 'Cette proposition de loi, le American Health Care Act, tient notre promesse d'abroger et de remplacer l'Obamacare, a pour sa part plaidé le président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan. Elle permet plus de choix et de concurrence pour que vous puissiez avoir l'assurance qu'il vous faut et que vous pouvez vous payer. ' Alors que les opposants à cette réforme se mobilisent, l'opposition démocrate fait bloc et promet de voter contre. Avant l'Obamacare, 16 % de la population n'était pas couverte. Ils ne sont plus que 9% aujourd'hui.
Vidéos Alaune
Réformer la loi sur l'assurance-maladie est l'un des grands chantiers de Donald Trump. Aussitôt investi, le nouveau président américain s'est immédiatement attaqué à l' Obamacare, la mesure emblématique de son prédécesseur, qu'il entend abroger et remplacer. Ce lundi, des élus républicains ont dévoilé les premières propositions, qui suppriment notamment l'obligation universelle pour les Américains de s'assurer et vont dans le sens d'un désengagement financier de l'État fédéral. _'Nous voulons que les Américains puissent avoir le choix. Celles et ceux qui ont des faibles revenus, seront toujours soutenus, via des crédits d'impôts, pour qu'ils aient accès à une assurance-santé abordable, pour eux et leurs familles'_, assure Greg Walden, un élu républicain du Congrès. Le texte prévoit une refonte radicale du programme Medicaid,qui offre une assurance-maladie aux personnes à faible revenu et que Barack Obama avait étendu à quelque 20 millions de personnes supplémentaires. Cette extension sera gelée en 2020. Et des crédits fédéraux seront plafonnés. 'Pour les personnes avec des bas revenus, y compris pour les 20 millions d'Américains qui ont été couverts par Obamacare, ce sera plus difficile avec cette loi, ils auront droit à moins d'aides en souscrivant à une assurance-santé. Et la réduction des financements du programme Medicaid empêchera les États d'accorder les mêmes aides qu'aujourd'hui.', souligne Larry Levitt, analyste en politiques de Santé. Au coeur des débats durant la campagne présidentielle, la réforme de loi sur l'assurance-santé divise au sein même des républicains, certains redoutant un virage trop brutal pour les Américains, ayant profité de l'Obamacare. Les débats s'annoncent serrés au Congrès.
Vidéos Alaune
C'est dans la cacophonie que s'est ouverte la convention républicaine à Cleveland. Près de 2500 délégués venus de 50 Etats sont réunis pendant quatre jours pour investir officiellement leur candidat dans la course à la Maison Blanche. Mais la personnalité de Donald Trump cristallise l'animosité au sein de son propre camp. Certains délégués ont fait savoir qu'ils souhaiteraient ainsi voter librement pour un autre Républicain. C'est le cas de Marc Perez, délégué de l'Etat de Washington. 'On nous a réduit au silence', dit-il. 'Notre avis n'est pas entendu parce que la convention est truquée. Ils ne veulent pas qu'on ait notre mot à dire concernant quelle que règle que ce soit'. Republican convention in turmoil as anti-Trump delegates protest https://t.co/bnwkei56nC pic.twitter.com/G7MgsMPnq6- Reuters Top News (@Reuters) 18 juillet 2016 A l'inverse Jeanne Seaver, déléguée de Géorgie, estime que 'Mr Trump et ses partisans ont l'avantage, et que le choix du peuple américain prévaut. 14 millions de personnes ont voté pour Mr Trump. Elles méritent que leurs voix soient entendues et nous sommes ici pour nous assurer que c'est bien le cas', dit-elle. The Entrance #RNCinCLE pic.twitter.com/5whVFiupcc- Nick Corasaniti (@NYTnickc) 19 juillet 2016 Les grands noms du parti ont, eux, boycotté le rendez-vous, qui est d'ordinaire la grand messe de la formation politique. Les anciens présidents Bush, Mitt Romney ou encore John McCain sont absents tout comme le gouverneur de l'Ohio, l'Etat hôte de la convention. 'Nous espérons que lorsque la famille Bush participera à nouveau à la vie politique des Etats-Unis, elle nous rejoindra', a déclaré Paul Manafort, le chef de campagne de Donald Trump. 'Il en va de même avec le gouverneur Kasich : il est quand même regrettable que le gouverneur local ne participe pas à la convention', a-t-il indiqué. Shooting at the #RNCinCLE - anti-Trump protests outside Convention Center. euronews pic.twitter.com/narDfdyNO9- Stefan Grobe (StefanGrobe1) 18 juillet 2016 'Les primaires ont laissé le parti de Lincoln plus divisé que jamais. La convention de Cleveland est censée marquée le début du processus de guérison mais avec le candidat Trump à la barre, de nombreux Républicains craignent de voir au contraire les failles s'élargir', conclut Stefan Grobe, le correspondant d'euronews aux Etats-Unis.
Vidéos Alaune
Donald Trump jusqu'au bout du suspens. C'est vendredi qu'il dévoilera le nom de son co-listier et prétendant au poste de vice-président. Deux noms reviennent avec insistance mais selon certains médias américains Mike Pence serait l'élu. Trump to Pick Indiana Gov. Mike Pence as VP, Says Source https://t.co/8UL3UB2luK pic.twitter.com/H3hLjBOMqw- Roll Call (@rollcall) 14 juillet 2016 Le gouverneur de l'Indiana, 57 ans, avocat de formation, courtois et posé, connaît les arcanes de Washington pour avoir été membre de la Chambre des représentants et numéro 3 du parti républicain. Le speaker républicain de la Chambre Paul Ryan le considère comme un ami. Ses connections pourraient aider à récolter plus de fonds pour la campagne de Trump. C'est aussi un conservateur, défenseur des valeurs familiales, très croyant, accusé d'être anti-LGBT, anti-réfugiés. Il aiderait Trump auprès des conservateurs traditionnels et probablement aussi dans la 'Rust Belt', la région industrielle du nord-est en déclin, dont fait partie l'Indiana. L'autre candidat est Newt Gingrich, l'ancien speaker de la Chambre des représentants et ancien pourfendeur de Bill Clinton. Très expérimenté, il n'a jamais quitté le monde de la politique. Candidat malheureux à l'investiture républicaine en 2012, il conseille officieusement le milliardaire depuis des mois. 'Not only would he defend Trump ably, he would put whatever Trump says in the most impressive light possible.' https://t.co/ydYVBiqZLO- POLITICO Magazine (@POLITICOMag) 14 juillet 2016 Le choix du co-listier est important: il peut compenser certaines faiblesses du candidat à la présidentielle. Donald Trump, qui n'a jamais occupé de fonction élective, reconnaît qu'il lui faut quelqu'un qui connaisse le monde de la politique. Le milliardaire annoncera son choix juste à temps pour la convention républicaine qui demarre lundi à Cleveland. Malgré les nombreux boycotts de personnalités républicaines, et le risque de rébellion d'une partie des 2.472 délégués, Donald Trump et le parti républicain tenteront de projeter l'image d'une famille rassemblée lors des quatre jours de convention. Chaque soir de lundi à jeudi, dans la grande salle sportive de Cleveland, des orateurs se succéderont sur scène pour chanter les louanges du porte-flambeau républicain et attaquer l'adversaire démocrate. avec AFP et reuters
Vidéos Alaune
Drapeau en berne à la Maison Blanche après le meurtre de cinq policiers à Dallas. L'événement, qui surgit dans un climat de tensions raciales, bouleverse les agendas politiques. Depuis Varsovie où il assiste au sommet de l'Otan, Barack Obama a dénoncé 'des attaques haineuses, calculées et méprisables' et a décidé d'écourter d'une journée son séjour européen. Les deux candidats à la présidentielle ont quant à eux annulé leurs meetings de campagne. Depuis Philadelphie Hillary Clinton, a cependant esquissé ce que serait son plan d'action à la tête du pays : 'Tout d'abord, je vais rassembler les forces de l'ordre et les communautés pour élaborer des directives nationales sur l'usage de la force par la police. Nous expliquerons dans quelle circonstance la force pouvant entraîner la mort est justifiée et quand elle ne l'est pas.' Donald Trump a quant à lui déploré sur sa page Facebook un pays 'trop divisé, avec des 'tensions raciales' qui 'ont empiré'. Il explique vouloir agir pour restaurer la loi et le sentiment de sécurité de la population. 'L'attaque brutale contre nos forces de police est une attaque contre notre pays et contre nos familles. Nous devons nous montrer solidaires avec la police, qui, rappelons le est une force entre la civilisation et le chaos total', ajoute-t-il. Le révérend Jesse Jackson , figure de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, a quant à lui condamné cette attaque contre des officiers de police : 'Il s'agit d'un acte de terrorisme lâche et dément, qui ne représente en rien notre lutte à long terme pour la paix et la justice pour tous. Alors que nous pleurons les courageux agents de police de Dallas, nous ne devons pas nous détourner de la lutte pour faire cesser l'exécution d'hommes noirs comme on en a vu en Louisiane et dans le Minnesota. Trop de violence, trop de peurs, nous rendent moins confiants.' Avec AFP
Vidéos Alaune
Ce n'est sans doute pas un hasard si Barak Obama a choisi ce mardi, le 5 juillet, pour entrer dans la course à sa succession en adoubant publiquement Hillary Clinton, qui attendait cela depuis des mois. Ce mardi 5 juillet était le jour où Barack Obama participait à son premier grand meeting électoral aux côtés de l'ancienne Première dame, mais c'était aussi le jour où l'enquête du FBI sur le 'e-mailgate' s'est achevé : le directeur de l'agence ne recommande aucune poursuite contre la candidate démocrate. 'Il y a des preuves qu'ils ont été d'une extrême négligence dans la gestion d'une information très sensible et hautement classifiée' a ainsi déclaré le directeur de l'agence, James Corney, qui a malgré tout, conclu qu' 'avec le recul, [l']examen de la mauvaise gestion, ou de la suppression d'information classifiée, ne permet pas d'ouvrir des poursuites sur ces faits.' L'affaire porte sur l'utilisation par Hillary Clinton d'une adresse mail privée alors qu'elle dirigeait la diplomatie américaine. Sur trente mille courriels examinés, le FBI conclut qu'à l'époque où ils étaient été envoyés, 110 courriels détectés au sein de 52 chaînes contenaient des informations classifiées, huit chaînes contenaient des informations classées top secret et 36 des informations secrètes. Responsable mais non-coupable en somme, il n'en fallait pas moins pour déchaîner la hargne de Donald Trump qui s'est largement servi de ce scandale au cours des derniers mois pour attaquer son adversaire. Le candidat républicain a réagi immédiatement. 'Elle a envoyé un grand nombre d'informations classifiées, y compris d'information classées top secret' a-t-il lancé lors d'un meeting en Caroline du Nord. 'C'est là qu'ils disent qu'elle a été 'd'une négligence extrême'. Moi, je dirais terriblement incompétente. Elle serait vraiment une très mauvaise présidente.' L'affaire des E-mails date de mars 2015 et de l'examen des échanges de courriels concernant l'attaque de la représentation américaine à Benghazi, en Libye. Quatre Américains, dont l'ambassadeur, y avaient été tués. Hillary Clinton était secrétaire d'État et certains Républicains lui reprochent d'avoir sous-estimé la menace jihadiste et mal géré la crise. Barack Obama estime pour sa part 'qu'il n'y a jamais eu un homme ou une femme aussi qualifiée' que Hillary Clinton pour le poste de président des Etats-Unis.
Vidéos Alaune
Le vice-président américain, Joe Biden, a réagi au Brexit depuis l'Irlande, le pays de ses ancêtres, où il effectue une visite de six jours. Le président Barack Obama avait plus tôt, par voie de communiqué, précisé que le Royaume-Uni resterait, tout comme l'Union européenne (UE) désormais sans lui, 'un partenaire indispensable' des Etats-Unis. 'Je dois reconnaître que nous aurions préféré une autre issue, a déclaré Joe Biden. Et j'imagine que nombre d'entre vous ont ressenti la même chose. Je veux vous assurer que la relation spéciale que les Etats-Unis entretiennent avec le Royaume-Uni va perdurer. Et que notre relation avec l'Irlande et l'UE restera la pierre angulaire de notre engagement global.' Le futur candidat républicain à l'élection présidentielle de novembre, Donald Trump, est, lui, en voyage en Ecosse. Il a qualifié de 'fantastique' la décision des Britanniques de quitter l'UE. 'Il va y avoir beaucoup d'autres cas en Europe de pays qui voudront reprendre le contrôle de leurs frontières et de leur monnaie. Et plus généralement, de leur pays. Je vois vraiment un parallèle entre ce qui se passe aux Etats-Unis et ici en Europe. Les gens veulent des frontières, ils ne veulent pas assister à un déferlement chez eux de personnes dont ils n'ont pas la moindre idée. Ni d'où ils viennent ni de qui ils sont.' Sa future adversaire, Hillary Clinton, a souligné le lien spécial unissant Etats-Unis et Royaume-Uni et déclaré que la 'période d'incertitude (actuelle exigeait) un dirigeant américain calme, constant et expérimenté'. Visant on ne peut plus clairement Donald Trump.
Vidéos Alaune
Le directeur de campagne de Donald Trump a été limogé. Corey Lewandowski a été remercié par le candidat républicain à la Maison Blanche ce lundi. En cause, la campagne nationale de Donald Trump qui s'essouffle, sa perte de points dans les sondages, et le comportement agressif de Lewandowski envers une journaliste, en mars dernier en Floride. 'J'ai dit et je continuerai à dire, a lancé Corey Lewandowski, que je soutiendrai Donald Trump dans tous ses efforts, si je peux jouer un rôle formel ou informel dans cette campagne, ce serait un honneur pour moi'. Il y a décidément du remous dans le camp Trump... On a aussi appris en fin de soirée ce lundi qu'un homme avait été inculpé pour avoir tenté, il y a deux jours, de voler l'arme d'un policier pour tirer sur le candidat républicain à la Maison Blanche lors d'un meeting à Las Vegas. Côté démocrate en revanche, Hillary Clinton cumule les succès, volontaires ou non, puisque la candidate est grand-mère pour la seconde fois depuis ce week-end, sa fille Chelsea ayant eu un deuxième enfant. Côté politique, l'ancienne Secrétaire d'Etat vient de lancer une campagne télévisée de six semaines dans huit états stratégiques pour l'élection, et elle compte désormais six points d'avance sur son rival républicain.
Vidéos Alaune
Un homme en possession d'une arme à feu a été arrêté lors d'un meeting de Donald Trump au Texas, près de Houston. L'homme portait un T-Shirt avec le nom du candidat à la primaire républicaine, mais on ignore s'il est réellement un de ses partisans. Après la tuerie d'Orlando, Donald Trump a affirmé qu'il allait rencontrer le lobby des armes qui le soutient, dans l'intention d'empêcher les personnes qui sont sur une liste de surveillance antiterroriste, ou sur une liste d'interdiction de vol, d'acheter des armes à feu.
Vidéos Alaune
Ils sont descendus par milliers dans les rues de Caracas pour manifester leur soutien au président vénézuélien Nicolas Maduro... Ce sont des enseignants, des étudiants et des employés du secteur public. Pour eux, le référendum sur la révocation du président voulu par l'opposition n'a pas lieu d'être. Parallèlement, ce mardi, d'autres manifestations ont eu lieu en divers endroits du Venezuela pour dénoncer les graves pénuries d'aliments et de médicaments dans un pays en pleine crise économique et politique. Sur fond de pression internationale, Nicolas Maduro a néanmoins fait un geste d'apaisement. Il a dit accepter de restaurer le dialogue avec les Etats-Unis alors que les deux pays n'ont plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010.
Vidéos Alaune
Barack Obama soutient officiellement Hillary Clinton dans la course à la Maison-Blanche. Dans une vidéo, le président des Etats-Unis a loué les qualités de son ex-secrétaire d'Etat : 'Elle a le courage, la compassion et le coeur pour assumer la fonction', dit-il notamment. 'She's got the courage, the compassion, and the heart to get the job done.' Watch President Obama endorse Hillary.https://t.co/DzKgMFgdmP- Hillary Clinton (@HillaryClinton) 9 juin 2016 Barack Obama s'exprimait après la victoire quasi-officielle d'Hillary Clinton face à Bernie Sanders aux primaires démocrates. Le sénateur du Vermont, qui ne s'avoue pas encore totalement vaincu, était reçu ce jeudi par le Président. Et à l'issue de cet entretien dans le Bureau ovale, il s'est dit prêt à collaborer avec sa rivale : 'J'ai hâte de rencontrer Hillary Clinton dans un avenir proche pour voir comment nous pouvons travailler ensemble pour battre Donald Trump et pour créer un gouvernement qui nous représente tous et pas seulement un pourcentage.' En remportant mardi plusieurs États dont la Californie, Hillary Clinton a scellé sa victoire aux primaires démocrates, mais elle devra encore être formellement investie fin juillet lors de la Convention du Parti. Elle pourra ensuite se projeter vers la présidentielle de novembre. Hillary Clinton peut devenir la première femme présidente des Etats-Unis. La bataille Clinton-Trump a déjà commencé sur Twitter Donald Trump : Obama vient d'apporter son soutien à la corrompue Hillary. Il veut quatre années de plus d'Obama. Mais personne d'autre ne le veut. Obama just endorsed Crooked Hillary. He wants four more years of Obama-but nobody else does!- Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 9 juin 2016 Réponse d'Hillary Clinton : Supprimez votre compte Delete your account. https://t.co/Oa92sncRQY- Hillary Clinton (@HillaryClinton) 9 juin 2016
Vidéos Alaune
A l'issue du dernier super-mardi, Hillary Clinton a revendiqué l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle aux Etats-Unis. Notre correspondant à Washington nous en dit plus. Alasdair Sandford, Euronews : 'Hillary Clinton a revendiqué la victoire dans la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle. Nous rejoignons notre correspondant Stefan Grobe à Washington. Stefan, Mme Clinton a déclaré que c'était un moment historique. Ce moment, elle l'attendait depuis longtemps.' Stefan Grobe, correspondant d'Euronews à Washington : 'Absolument Alisdair, c'est une nuit historique. Un grand moment. Tout d'abord parce qu'elle a fait mieux que prévu. Elle a même gagné le Dakota du Sud, un Etat qui n'était même pas dans son radar, et elle a fait un très bon score en Californie, ce qui est la meilleure des récompenses pour ce dernier super-mardi de la saison. Et à en juger par son langage corporel et la façon dont elle s'est adressée à la foule - une foule très enthousiaste rassemblée dans son QG de Brooklyn à New-York - elle était vraiment soulagée que ce soit terminée. Elle va enfin pouvoir se concentrer sur Trump, sur son duel avec lui, donner une dimension nationale à sa campagne et cibler Trump en vue de l'élection. Le plus grand défi pour elle sera aussi maintenant de rassembler le parti démocrate.' Alasdair Sandford, Euronews : 'Bernie Sanders voulant rester dans la course, est-ce qu'elle va pouvoir conquérir ses partisans, qui entendent soutenir leur candidat jusqu'au bout ?' Stefan Grobe, correspondant d'Euronews à Washington : 'Eh bien, c'est la grande question, et de nombreux démocrates modérés, de nombreux démocrates membres du Congrès se posent la même question. Que trame Sanders ? Il n'a aucune chance d'obtenir la nomination. Mathématiquement parlant, il est pour ainsi dire éliminé maintenant que Clinton a atteint le nombre de délégués nécessaires. Mais au sein de son mouvement, qu'il qualifie lui-même de révolution politique, il y a une frange de soutiens indéfectibles, et pour eux, c'est soit Bernie soit rien. Ils ont dit qu'ils ne voteraient jamais pour Hillary Clinton, ils préféreraient ne pas voter et une petite minorité a même fait savoir qu'elle voterait plutôt pour Donald Trump. Quoi qu'il en soit, Clinton a désormais la tâche herculéenne d'essayer de rallier à elle cette foule de supporters de Sanders, de jeunes adultes, d'étudiants qui participent pour la première fois au processus politique, et de mener la bataille contre Trump.' Alasdair Sandford, Euronews : 'Clinton et Donald Trump n'ont pas attendu pour se lancer des attaques mutuelles. Y a-t-il des indices sur l'angle d'attaque qu'elle va adopter entre maintenant et novembre ?' Stefan Grobe, correspondant d'Euronews à Washington : 'Je pense que nous en avons eu un avant-goût la semaine dernière lorsqu'elle a donné ce qui a été présenté comme un discours de politique étrangère. Il s'agissait en fait d'une attaque cinglante contre Trump et elle pointé - je cite - les inaptitudes et les déficiences de Trump, disant qu'il était mentalement inapte et trop instable pour devenir président des Etats-Unis. Et je pense qu'il y aura d'autres déclarations de ce type. Je pense que le pays va connaître quelque chose que l'Amérique n'a jamais connu auparavant.' Alasdair Sandford, Euronews : 'Beaucoup d'autres rebondissements donc d'ici novembre. C'était Stefan Grobe, le correspondant d'Euronews à Washington. Merci.'
Vidéos Alaune
Il a perdu et il le sait. Après la victoire d'Hillary Clinton en Californie, mardi, Bernie Sanders ne sera pas le candidat des démocrates dans la course à la présidentielle américaine. Clinton revendique sa victoire aux primaires, mais Sanders refuse d'abandonner https://t.co/Kf8sgByOSr- Le HuffPost (@LeHuffPost) 8 juin 2016 Mais Bernie Sanders n'entend pas encore baisser les bras. A Santa Monica il a rappelé au camp Clinton que l'heure des négociations avait sonné, d'ici à la prochaine investiture démocrate en juillet prochain. 'Nous allons nous battre durement pour remporter la primaire de Washington, et nous poursuivrons notre combat pour la justice sociale, économique, raciale et environnementale jusqu'à Philadelphie', a déclaré le candidat. S'il ne fait aucun doute qu'il se désistera pour faire battre Donald Trump, Bernie Sanders va monnayer chèrement son soutien. L'enjeu est de taille : il va maintenant falloir convaincre des millions de jeunes américains très hostiles à Hillary Clinton... à voter pour elle. #BernieSanders : 'nous ne laisserons pas Trump devenir président des Etats-Unis' #CaliforniaPrimary #FeelTheBern- Aude Lasjaunias (@AudeLjs) 8 juin 2016 Avec AFP et Reuters
Vidéos Alaune
Le dossier de l'accès des personnes transgenres aux toilettes publiques continue de diviser aux Etats-Unis mais cette fois l'administration Obama s'en mêle. Alors que la Caroline du Nord oblige depuis mars les personnes ayant changé de sexe à utiliser les toilettes selon leur genre d'origine, une circulaire de Washington affirme que l'accès aux toilettes doit se faire selon la règle inverse. Mais dans certains états, comme au Texas, pas question de s'en laisser conter par le gouvernement fédéral : 'Il dit qu'il va nous priver de subventions si les écoles ne suivent pas sa politique, déclare le Lieutenant Gouverneur du Texas. Eh bien au Texas, il pourra garder ses pièces d'argent. Nous ne nous plierons pas au chantage du président des Etats-Unis'. La loi de Caroline du Nord, un Etat plutôt puritain, a provoqué de timides manifestations. Mais de nombreuses personnalités de la culture ou politiques ont pris fait et cause pour les personnes travesties et plusieurs entreprises ont aussi annoncé des boycotts. Il n'empêche, le Mississippi a pris l'exemple sur la Caroline du Nord et le Texas envisage de faire de même.
Vidéos Alaune
Il était le dernier encore en lice face à Donald Trump, John Kasich a jeté l'éponge dans la course à l'investiture républicaine. Le gouverneur de l'Ohio l'a fait savoir après le triomphe de Donal Trump dans la primaire de l'Indiana. Avant lui, l'autre rival du milliardaire, Ted Cruz avait fait de même. 'Nous suspendons notre campagne', avait déclaré le sénateur du Texas, dés sa défaite dans l'Indiana connue. Au terme d'une campagne de dix mois et demi, Donald Trump aura éliminé 16 candidats. Rien ne semble pouvoir l'empêcher d'empocher automatiquement l'investiture en juillet prochain. Désormais, il dit vouloir faire la paix avec un parti qui a tout fait pour le bloquer. Ses attaques vont en tous cas pouvoir se focaliser sur une seule personne, Hillary Clinton.
Vidéos Alaune
'La liberté de la presse est au centre de notre démocratie... Non, je plaisante, vous savez que je vais parler de Trump...' Pour son dernier discours lors du dîner de gala des correspondants de la Maison Blanche à Washington, Barack Obama n'a pas manqué d'étriller les candidats à la présidentielle. 'C'est surprenant. Vous avez une salle remplie de reporters, de célébrités, de caméras et Trump n'est pas là ? a-t-il feint de se demander. Est-ce que ce dîner est trop kitsh pour Donald ? Qu'est-ce qu'il a d'autre à faire ? Est-ce qu'il est en train de déguster à la maison un bon steak Trump, est-ce qu'il twitte des insultes à la chancelière Angela Merkel ? Qu'est-ce qu'il fait ?' En présence de Bernie Sanders mais en l'absence d'Hillary Clinton, le président américain s'est permis d'envoyer des légères piques à la candidate favorite à sa succession. 'Il faut le reconnaître, Hillary essayant d'attirer le vote jeune, c'est un peu comme votre proche parent qui vient d'arriver sur Facebook. 'Chère Amérique, est-ce que tu as eu mon poke ? Est-ce que ça apparaît sur ton mur ? Je ne suis pas sûr de bien m'en servir'.' WATCH: Pres. Obama drops the mic at end of #WHCD remarks: 'Obama out' https://t.co/cpmMPwSnpo- ABC News (@ABC) May 1, 2016 Dans le public, la chanteuse Aretha Franklin et l'acteur Morgan Freeman auront sûrement apprécié les qualités de showman dont Barack Obama a une nouvelle fois fait la démonstration.
Vidéos Alaune
Madeleine Albright a été la première femme à occuper le poste de secrétaire d'État des États-Unis, pendant le second mandat de Bill Clinton. Depuis, elle a toujours gardé un oeil sur les affaires internationales et défend aujourd'hui un autre Clinton, Hillary, en course pour la présidentielle. Euronews a rencontré Madeleine Albright à Bratislava, en Slovaquie, au Forum sur la sécurité mondiale, le GLOBSEC. Great to meet a feisty & interesting madeleine Albright for discussion at the #GLOBSEC2016 security forum euronews pic.twitter.com/csxtDvWLjB- Isabelle Kumar (@Isabelle_kumar) April 17, 2016 Isabelle Kumar, euronews : Puisque nous nous trouvons au Forum sur la sécurité mondiale, commençons par quelques-unes des questions qui sont abordées ici. En prenant un peu de recul - alors que le monde semble actuellement en proie à de multiples crises - pensez-vous que la situation dans laquelle nous nous trouvons est disons, pire que lorsque vous vous étiez secrétaire d'État ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je pense que la situation est pire que lorsque nous étions dans le bureau ovale. C'était dans les années 90, quand il y avait beaucoup d'espoir et d'excitation concernant la fin de la guerre froide. On étudiait l'intégration de l'Union européenne à l'OTAN et le fonctionnement des Nations Unies. Je pense que c'était une époque pleine d'espoir et d'excitation.' Isabelle Kumar, euronews : Regardons à présent la situation actuelle en Europe. Je voudrais rappeler à nos téléspectateurs que vous étiez réfugiée. Que vous avez quitté ce qui était la Tchécoslovaquie à cause de l'occupation nazie. Actuellement, nous voyons une montée du populisme en Europe. Entendez-vous l'écho des jours sombres de votre petite enfance ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je pense que c'est différent, mais que le populisme et le nationalisme sont des forces très dangereuses parce qu'elles ne semblent pas être gonflées seulement d'extrémisme, mais basée sur le fait que vous détestez quelqu'un d'autre. Etre fier de qui l'on est et de son identité est une chose, rejeter ses voisins en est une autre.' Isabelle Kumar, euronews : L'un des problèmes qui est la cause de cette montée du populisme - et l'Europe a vraiment lutté pour trouver un moyen de conjurer cela - c'est la crise des migrants. En tant qu'ancienne réfugiée que pensez-vous de la politique européenne qui établit, disons le simplement, qu'un Syrien expulsé d'Europe équivaut à un réfugié réinstallé en Europe. Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Ça sonne bien mathématiquement parlant, mais je pense que la question est de savoir comment cela est mis en place. Comment les personnes sont choisies et pourquoi elles quittent leur pays. Je pense que les gens veulent généralement vivre sur leur terre natale. Comment ceux qui sont désignés pour y retourner sont alors échangés avec d'autres jugés acceptables ? C'est une question de jugement très difficile à traiter. J'ai été réfugiée à deux reprises, la première fois pendant la Seconde Guerre mondiale avec mes parents, quand les nazis ont conquis la Tchécoslovaquie, et ensuite aux Etats-Unis quand les communistes ont pris le relai en Tchécoslovaquie. Je pense que la question est de savoir comment les réfugiés sont traités. Cela fait une grande différence. Lorsque nous sommes arrivés aux États-Unis, les gens disaient : 'Nous sommes tellement désolés qu'un régime si terrible ait pris le contrôle de votre pays. Comment pouvons-nous vous aider ? Vous êtes les bienvenus ici. Quand deviendrez-vous nos concitoyens ?'. On n'entend plus vraiment ce genre de choses.' Madeleine Albright en bref *Madeleine Albright a pris ses fonctions en tant que secrétaire d'Etat américaine en 1997 dans l'administration du président Clinton Elle a été la première femme à occuper ce poste aux États-Unis Madeleine Albright est née à Prague en Tchécoslovaquie en 1937 Sa famille s'exilera en Angleterre en 1939 après l'annexion de la Bohême et de la Moravie par l'Allemagne nazie Isabelle Kumar, euronews : Alors, comment jugez-vous la réponse de l'Europe ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je trouve très dur d'être critique, car je pense que les Etats-Unis devraient en faire bien plus et il nous est difficile de dire aux autres pays ce qu'ils devraient faire si nous n'acceptons pas plus de gens chez nous. Mais je pense vraiment, et cela peut sembler étrange à certains en ce moment, que les gens pourraient en fait considérer les réfugiés comme un atout. De nombreuses personnes venant de Syrie sont instruites, compétentes et pleines d'initiatives. Je pense que si vous acceptez au départ que les gens soient traités comme des chiens et non pas considérés comme des êtres humains et installés dans des endroits où il n'y a qu'une catégorie de gens, vous refusez le concept exigeant de multi-ethnicité qui devrait être la marque de fabrique du 21e siècle.' Isabelle Kumar, euronews : Regardons à nouveau en arrière, votre mandat. Vous avez été très impliquée pour trouver une résolution des conflits dans les Balkans. Non seulement en tant que Secrétaire d'État, mais aussi comme ambassadrice à l'ONU. Vous avez suivi de très près le déroulement des procès. Ces derniers étaient sensés mener à la réconciliation. Certains soutiennent que justice n'a pas été rendue. Quel est le problème ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je pense tout d'abord que les tribunaux ont assez bien fonctionné. Le procès de Radovan Karadžić a largement contribué à cela. Sa condamnation a été très importante, car l'objectif du tribunal, comme vous l'avez souligné, était d'attribuer la seule culpabilité à quelqu'un et d'effacer la culpabilité collective pour qu'il y ait réconciliation.' Isabelle Kumar, euronews : Mais il n'y a pas réconciliation ... Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Elle existe en partie, mais pas autant que nous le pensions. Mais la chose que j'ai enfin comprise est que nous voulons que tout soit résolu rapidement. Or cela va prendre beaucoup de temps avant de résoudre ces questions. Je pense que le plus difficile à accepter pour les gens c'est que, quand les décisions sont prises - les Accords de Dayton, par exemple - elles le sont avec la meilleure volonté possible au vu de ce qui se passe à un moment donné. Souvent, les choses, je pense, ont d'une certaine manière besoin d'être mises à jour, revues.' Isabelle Kumar, euronews : Donc, elles ne sont plus adaptées ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Parfois, elles ne sont pas efficaces et je pense que l'interprétation qui a été faite des différents niveaux de gouvernement en Bosnie Herzegovine - avec toutes les complications que cela entraîne - et de certains pouvoirs de la République Serbe de Bosnie a complexifié le problème. Je pense qu'il est intéressant de reconnaître que certains Serbes à Belgrade ont essayé de porter un autre regard sur les choses, principalement en raison de l'avantage que cela représente d'être membre de l'Union européenne. Mais je ne veux pas défendre ce qui se passe : au Kosovo, par exemple, il y a encore des antagonismes entre Serbes et Kosovars.' Isabelle Kumar, euronews : Vous avez mentionné Radovan Karadžić. Certains ont dénoncé sa peine de 40 ans de prison, disant qu'il aurait dû être condamné à beaucoup plus. Qu'en pensez-vous ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je pense que 40 ans c'est une longue peine, surtout compte tenu de son âge. Je dois dire que le Tribunal pénal international a effectivement mieux travaillé que la plupart des gens ne l'auraient cru à l'époque. Il a été l'un de mes premiers votes quand j'étais à l'Organisation des Nations unies. Les gens pensaient que jamais personne ne serait inculpé ou traduit en justice - or ils l'ont été.' Isabelle Kumar, euronews : L'un des problèmes a été que les procès ont mis si longtemps... Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'J'aurais souhaité que ça aille plus vite. Je préfère être positive et décrypter les pas faits en avant. Avec le tribunal chargé de juger des crimes de guerre et la Cour pénale internationale, il y a une tentative d'approche responsable et internationale à l'égard des génocides et des crimes contre l'humanité.' Isabelle Kumar, euronews : Nous avons demandé à notre public en ligne de nous envoyer ses questions, en voici quelques-unes. Sanaa Ben-Hammouda demande : 'quelle a été la décision la plus difficile que vous ayez eu à prendre lors de votre mandat ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Tout d'abord, je ne pensais pas être secrétaire d'État, ou même Ambassadrice des Nations Unies. L'une des choses les plus difficiles est de décider de ce que vous devez faire, de comment vous envoyer des gens à la guerre et l'aspect éthique dont nous parlions en Bosnie et au Kosovo. Il n'est certainement pas facile pour une simple mortelle, une civile de plaider en faveur de l'utilisation de la force et d'envoyer ensuite des troupes à la guerre. Je pense que juger qu'il est admissible d'utiliser la force pour se débarrasser de personnes qui en tuent d'autres est l'une des décisions les plus difficiles.' Isabelle Kumar, euronews : Vous collez à cette décision ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'Etat américaine : 'Oui, absolument, et je sais que beaucoup de gens la critiquent. J'ai passé du temps à Belgrade quand j'étais enfant. Mon père était l'ambassadeur tchécoslovaque en Yougoslavie. Je ne suis pas la bienvenue à Belgrade ces jours-ci, mais je pense vraiment que ce que nous avons fait - du fait de Milošević et Karadžić - était justifié. Pour donner l'occasion aux Bosniaques et aux Kosovars d'être en mesure de prendre des décisions sur la façon dont leur pays devrait fonctionner.' Isabelle Kumar, euronews : Les Etats-Unis ont mis un certain temps avant de mener des actions décisives dans la guerre des Balkans. Maintenant, regardons la présidence du président Barack Obama, il est souvent critiqué pour rester en retrait en matière de politique étrangère, en particulier concernant la Syrie. Comment évaluez-vous l'impact de sa décision ? De ne pas vouloir intervenir militairement en Syrie ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je ne peux m'empêcher de penser que la façon dont le Président Georges W.Bush a engagé notre pays dans la guerre contre l'Irak - sans poursuivre des relations diplomatiques ou instaurer une coalition pour travailler de concert avec les Nations unies - a été une des raisons du questionnement de la validité des Armes de destruction massive. Le Président Obama été élu pour mettre fin aux guerres en Irak et en Afghanistan. C'était la base même de son élection, sachant que ces guerres étaient une erreur. Obama pense que nous devrions travailler avec d'autres pays pour aider à résoudre les problèmes et que les Etats-Unis ne doivent pas agir seuls. Je pense qu'il réagit ainsi aux erreurs de l'administration du Gouvernement Bush.' Isabelle Kumar, euronews : Donc, vous le soutenez dans ce choix de s'effacer ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je crois que les États-Unis doivent être plus impliqués. La question est quand. Mais il est difficile en termes de...' Isabelle Kumar, euronews : Plus impliqués en Syrie ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'En Syrie et en général. Mme Clinton a dit qu'elle était pour une zone d'exclusion aérienne, une zone de sécurité, en Syrie. Je pense qu'il aurait été plus facile de le faire plus tôt. J'aurais souhaité qu'on identifie plus tôt qui étaient les différents groupes rebelles. Mais la partie la plus difficile, et je suis très prudente à ce sujet, est que des jugements ont été énoncés concernant les décisions qui ont été prises sous l'administration Clinton. Et c'est facile d'être à l'extérieur et de dire 'on aurait dû faire ceci ou cela'. Les gens qui sont dans le bureau ovale prennent des décisions sur la base d'informations qu'ils ont à un moment donné. Et personnellement, je pense que nous aurions dû faire quelque chose plus tôt en Syrie.' Isabelle Kumar, euronews : Vous avez évoqué un point qui me renvoie à une question que nous avons reçue de notre public en ligne. Ydureiss demande : 'quel devrait être le rôle des Etats-Unis dans le monde ?' Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je pense que c'est la question la plus difficile à l'heure actuelle. L'Amérique est un pays très particulier. Nous ne sommes pas une puissance coloniale, nous ne voulons pas être le gendarme du monde. Et à bien des égards, il est un peu difficile de déterminer quand nous devrions être impliqués et quand nous ne le devrions pas. Et nous sommes critiqués dans les deux cas.' Isabelle Kumar, euronews : Quelle est selon vous la plus belle réussite de Barack Obama en matière de politique étrangère ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Eh bien, je crois qu'il y en a eu un certain nombre. Je pense à la façon dont il a traité l'affaire Oussama Ben Laden. Ça a été une décision très difficile. Je pense aussi aux initiatives destinées à faire grandir les relations avec l'Asie. Il y a aussi plus généralement, cette tentative avec le secrétaire Kerry, de faire quelque chose concernant le Moyen-Orient. Et puis, je pense vraiment que l'une de ses grandes réussites, c'est ce qu'il a fait pour le changement climatique, en réunissant les pays à Paris, en persévérant et en essayant de montrer que les États-Unis sont et seront impliqués avec les partenaires.' Isabelle Kumar, euronews : Revenons à votre mandat, vous avez suscité la controverse au sujet des sanctions contre l'Irak, à savoir sur quelque chose que vous avez dit lors d'une émission de télévision... que '500 000 enfants irakiens morts est un prix à payer'. Vous vous êtes rétractée depuis, mais ce que vous avez dit a été repris maintes fois sur les réseaux sociaux. Une de nos téléspectateur demande : 'comment Madeleine Albright peut-elle justifier la mort de 500 000 enfants irakiens et arriver à dormir la nuit ?' Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je l'ai dit, c'est la chose la plus stupide que j'ai jamais dite. Je me suis excusée pour cela et je me suis expliquée. Mais il y a des gens qui semblent vouloir toujours revenir là-dessus. Saddam Hussein avait envahi un autre pays. Il y avait un plan pour fournir des vivres et des médicaments à la population irakienne. Saddam Hussein a refusé de laisser quiconque entrer en Irak pour les distribuer. C'est Saddam Hussein qui a mis à mort des enfants, et non pas les États-Unis. J'essayais de défendre une politique de sanctions qui avait été mises en place par la précédente administration Bush. Mais parfois, les gens disent des choses stupides, et je souhaite que tous ceux qui me critiquent se demandent s'ils n'ont jamais dit quelque chose qu'ils regrettent. J'essayais de défendre une politique de sanctions qui avait été mise en place par la précédente administration Bush. Je regrette d'avoir dit cela.' Isabelle Kumar, euronews : Passons à un autre sujet et regardons la présidence des États-Unis aujourd'hui. Vous êtes une fervente partisane d' Hillary Clinton. Ses détracteurs disent d'elle qu'elle est aseptisée, qu'avec elle tout est orchestré et qu'à bien des égards, elle est prête à tout, et c'est ce qui repousse certains. Que répondez-vous ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Eh bien, je pense qu'ils ont tort. Je pense que c'est une femme remarquable qui a été une très bonne et très dévouée fonctionnaire. Je la connais depuis très longtemps, elle est très intelligente, elle travaille très dur et elle est la meilleure. Elle a plus d'expérience que quiconque a été en course pour la présidence des États-Unis. Elle écoute les gens, à la fois aux Etats-Unis et à l'étranger. Quand elle était sénatrice, elle a siégé au Comité des forces armées. Elle sait comment ça fonctionne. Et en tant que Secrétaire d'État, elle a redoré l'image de l'Amérique. Donc, je pense qu'il n'y a personne de mieux préparé qu'elle.' Isabelle Kumar, euronews : Eh bien, vous arborez un dicton qui dit : 'il y a un endroit spécial en Enfer pour les femmes qui ne s'aident pas entre elles.' Si Hillary Clinton était un homme, la soutiendriez-vous aussi fort que vous le faites maintenant ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Absolument. Parce que je préférerais soutenir un homme qui a les bonnes opinions plutôt qu'une femme qui est opposée à tout ce que je défends. Hillary Clinton est LA plus qualifiée pour être président des États-Unis, homme ou femme.' Isabelle Kumar, euronews : J'ai une autre question - je peux déjà imaginer votre réponse - posée par McOuasfi à propos de Donald Trump. Il demande : 'est-il une menace pour les Etats-Unis ou est-ce le contraire ?' Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je pense qu'il est les deux. Car une partie du problème vient du fait que personne n'a la moindre idée de ce qu'il fait ou pense. Il se parle à lui-même. Il a admis ça, se prodiguer lui-même des conseils et je pense qu'il est... Je trouve très difficile quand je voyage à l'étranger, d'essayer d'expliquer aux gens le genre de choses qu'il dit et qui sont très néfastes pour l'Amérique et pour le monde.' Isabelle Kumar, euronews : Vous savez en Europe, beaucoup de gens s'arrachent les cheveux en essayant de comprendre pourquoi il est si populaire aux États-Unis. Qu'est-ce qui a fait que quelqu'un comme Donald Trump devienne si populaire ?' Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je pense que les médias ont été complices de son ascension, car il a une histoire intéressante et il a fait grimper l'audimat d'un certain nombre de chaînes. Et je pense que cela fait partie du problème. Mais la chose dont on doit sans cesse se souvenir, c'est qu'il est populaire avec une très petite frange d'un parti. Les gens n'arrivent pas à faire la différence entre une émission de télé-réalité et la réalité de diriger les Etats-Unis d'Amérique'. Isabelle Kumar, euronews : Donald Trump a fait des déclarations sexistes. Vous avez été la première femme Secrétaire d'État des États-Unis, cela a dû vous poser des problèmes dans certaines situations ou alors être un atout parfois ? Pourriez-vous me donner un exemple ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Je ne pense pas que toutes les femmes sont les mêmes évidemment, mais je crois que nous essayons de développer une sorte de relation personnelle avec les gens et d'envisager la chose suivante : la diplomatie. L'une des premières règles pour être diplomate est de se mettre dans la peau d'une autre personne. Et je pense que les femmes sont douées pour ça. J'ai développé l'art du baiser diplomatique, je pense que ça brise toujours la glace'. Isabelle Kumar, euronews : S'il vous plaît, qu'est ce qu'un baiser diplomatique ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : Eh bien, c'est très compliqué. Quand vous arrivez dans un pays, vous savez, dans certains pays - les Latins, par exemple - c'est plus difficile. Vous n'imaginez pas mes prédécesseurs faire ça, mais dans les pays latins, certains s'embrassent sur la joue droite, d'autres sur la gauche et il m'est arrivé de tout mélanger et de me heurter à quelques nez. Et les Français font deux bises, les Néerlandais trois... C'est très difficile... Quoi qu'il en soit, c'est une bonne façon de commencer une réunion'. Isabelle Kumar, euronews : Et enfin, il est impossible de ne pas parler des broches de Madeleine Albright. Racontez-moi le moment le plus marquant lié à ces broches ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'État américaine : 'Le plus marquant ? Il y en a un certain nombre. Parfois, je fais les bonnes choses, parfois les mauvaises. Ma plus grosse erreur a été de porter une broche des trois singes de la sagesse - l'un se couvre les yeux avec les mains, le deuxième la bouche et le dernier les oreilles. Un symbole chinois pour : 'ne pas voir le Mal, ne pas entendre le Mal, ne pas dire le Mal' - quand j'ai rencontré le président Poutine. Nous nous promenions et il dit au président Clinton : 'nous remarquons toujours les broches de la secrétaire Albright', et à moi : 'pourquoi portez-vous ces trois singes ?' Je réponds : 'parce que je pense que votre politique en Tchétchénie est diabolique.' Il était vraiment en colère contre moi et à juste titre. Aujourd'hui, je voudrais à nouveau porter les trois singes, car je pense que certaines choses que fait Poutine sont diaboliques.' Isabelle Kumar, euronews : Pourriez-vous me dire ce que votre broche signifie aujourd'hui ? Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'États américaine : 'Eh bien celle-ci représente deux globes et il semble que c'était la bonne chose à faire pour une entretien au GLOBSEC. J'ai pensé que ce serait amusant de la porter.' We know madeleine Albright thinks i am evil. We can read her mind.https://t.co/hsFuVzSQos- Vladimir Putin (DarthPutinKGB) April 23, 2016
Vidéos Alaune
Cette fois, l'arrivée de Barack Obama à Ryad ne sera pas retransmise en direct à la télévision nationale, comme ce fut le cas il y a un peu plus d'un an. Il faut dire que l'Arabie saoudite n'a pas vraiment digéré certaines décisions de Washington ces dernières années, qu'il s'agisse du refus américain d'intervenir en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad, ou de la main tendue à l'Iran, le grand rival chiite, et son point d'orgue : les négociations sur le nucléaire iranien. Barack Obama doit participer ce jeudi à un sommet à un sommet avec les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Les monarchies attendent un renforcement de l'aide militaire américaine mais aussi un coup de pouce sur le front de la cyber-sécurité. Certaines craignent notamment que Téhéran apporte un soutien aux dissidents dans leur pays. Avec AFP

Pages

Publicité