Dans un livre à paraître, le candidat à la primaire de la droite revient sur son passé, et notamment sur son rapport aux femmes, loin de l'image austère qu'on lui connaît aujourd'hui.

Non, Alain Juppé n'a pas toujours été l'homme austère et froid que l'on connaît aujourd'hui. C'est en tout cas le constat de Camille Vigogne Le Coat, auteur d'un livre à paraître, Je serai président ! L'histoire du jeune et ambitieux Alain Juppé (éditions La Tengo).

Dans ce livre-enquête, l'auteur raconte le rapport du maire de Bordeaux aux femmes et à la séduction, évoquant une grande partie de son passé, indique Le Figaro

On apprend ainsi qu'Alain Juppé avait 15 ans lorsqu'il a rencontré sa future femme, Christine Leblond, lors d'un voyage en Grèce. Cinq ans plus tard, les deux se marieront et Alain Juppé deviendra père à 22 ans, alors qu'il est encore étudiant à l'ENS. Très tôt père, le futur homme politique n'a donc pas pu participer aux soirées étudiantes. C'est à partir de sa rencontre avec une journaliste, à Louis-le-Grand, qu'il découvre les sorties nocturnes. En Suède, "ils font la sortie des lycées", apprend-t-on. "Pour draguer les Suédoises", précise Alain Juppé. "Ça fonctionnait moyennement à l'époque, c'était pas terrible", se souvient-il.

A lire aussiAlain Juppé : qui se cache vraiment derrière son côté froid et hautain ?

Alain Juppé multiplie les aventures

Dans les années 1980, Alain Juppé découvre la vie politique et mondaine. "À l'image de son patron Jacques Chirac, mais de façon plus discrète, Alain Juppé multiplie les aventures", raconte Camille Vigogne Le Coat. "Je pense quand même avoir été plus modéré que lui !", s'amuse le principal interressé. Toujours marié à son épouse Christine, celui qui est alors adjoint en charge des finances à la mairie de Paris entretenait plusieurs maîtresses... auxquelles il envoyait des cartes postales identiques de ses voyages. Il finit par se séparer de Christine, et se remarie en 1993 avec Isabelle, son actuelle femme.

"Depuis les Juppettes [éviction des femmes ministres de son gouvernement, Ndlr], on est persuadé que je n'aime pas les femmes, mais ce n'est pas vrai, j'aime les femmes !", clame-t-il. "C'est une compagnie que j'aime bien parce que - je vais faire des aveux qui sont contre moi - vis-à-vis du public féminin, je suis toujours un peu en état de séduction, je cherche à plaire."

Publicité
"Encore aujourd'hui, j'aime bien regarder une jolie femme. Ça a souvent été un sujet d'incompréhension avec Isabelle, au départ... Je lui ai dit : ‘Ce n'est pas parce que j'aime regarder les femmes que je vais te tromper à tout bout de champ' !" "Je revendique le droit de regarder une jolie femme. Ça donne du plaisir", déclare sans ambages le maire de Bordeaux.

Vidéo sur le même thème : Avec Juppé, les mamies dansent et Internet chavire !

Publicité