En réponse à la tribune d’anciennes femmes ministres dénonçant le harcèlement sexuel de certains hommes, la présidente d’honneur du PCD a eu des mots qui ont font réagir.

Elles sont 17 femmes, toutes anciens ministres, à avoir cosigné dans le JDD une tribune anti-harcèlement sexuel. Parmi celles-ci, Rama Yade, Aurélie Filippetti, ou encore Valérie Pécresse.

Mais pas la moindre trace de Christine Boutin, ancien ministre du Logement sous Nicolas Sarkozy. Et pour cause, la présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate (PCD) a "honte de ces anciens ministres qui laissent entendre que les hommes sont des obsédés ! Marre vraiment marre", écrit-elle sur Twitter.

Pourtant, dans la tribune, il était écrit : "Ce n'est pas aux femmes à s'adapter à ces milieux, ce sont les comportements de certains hommes qui doivent changer."

Publicité

"Moi personnellement, j'aime bien la gauloiserie"

Sur RMC lundi, Christine Boutin est allée plus loin, revenant sur l’affaire Baupin et craignant que s’installe un certain puritanisme. "Quand je vois ce que me répondent les twitters (sic) en disant que moi, je ne risquais pas d'être agressée, c'est aussi des propos machistes insupportables. Mais bien sûr que j'ai eu des propos comme cela… mais vous savez, il y a des femmes avec lesquelles on peut aller plus loin et d'autres femmes avec lesquelles on ne peut pas aller plus loin."

A lire aussiQui est Denis Baupin, le député accusé d’agressions sexuelles ?

Et pour Christine Boutin, c’est à la femme de poser les limites. Quand il y a "des mots déplacés", "on remet les gens à leur place", et "si ça va plus loin, on dépose plainte". Puis, la présidente du PCD a mis en avant une certaine identité française : "Je ne sais pas si vous aimez la France avec certaines de ses caractéristiques. L'une d'entre elles, c'était la gauloiserie. Moi personnellement, j'aime bien la gauloiserie. Je trouve que le problème du harcèlement, c'est de savoir quelle est la limite. La limite, c'est aux femmes ou aux hommes de dire 'ça suffit'. […] Je ne veux pas qu'on tombe dans le puritanisme. Je pense que la gauloiserie fait partie de l'identité française."

Vidéo sur le même thème : Affaire Baupin : Benoist Apparu "choqué, déçu et désespéré"