Le ministre de l’Intérieur est revenu sur l’agression de policiers par une dizaine de jeunes, qui a eu lieu samedi dans l’Essonne. L'un d'entre eux est toujours entre la vie et la mort.

Lundi matin sur RTL, Bernard Cazeneuve est revenu sur l’attaque de policiers qui a eu lieu samedi à Viry-Châtillon, dans l’Essonne. Et le ministre de l’Intérieur n’a pas eu des mots très tendres pour qualifier les dizaines d’individus qui ont lancé des cocktails Molotov sur les deux policiers, une gardienne de la paix et un adjoint de sécurité "très grièvement brûlé aux mains et sur l’ensemble du corps".

Jean-Pierre Chevènement avait utilisé le même mot en 1999

Bernard Cazeneuve n’a pas fait dans la demi-mesure en appelant les agresseurs des "sauvageons". Les quatre agents "ont été confrontés à une bande de sauvageons qui ont agi avec lâcheté", a ainsi lâché le ministre. "C'est une véritable attaque barbare, sauvage, qui était destinée à tuer", a-t-il ajouté.

A lire aussi - Agression de policiers au cocktail Molotov : les témoignages des riverains

Publicité
Le soir de l'attaque, Bernard Cazeuve a rendu visite aux policiers blessés. Il a alors annoncé que le pronostic vital de l'adjoint de sécurité était "engagé", mais qu'il est "convaincu qu'il se remettra".

En 1999, l'ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement avait également qualifié de "sauvageons" les mineurs multirécidivistes ; un terme qui avait fait polémique à l'époque.

Vidéo sur le même thème : Isère: des coups de feu tirés sur un futur centre d’hébergements pour migrants