Lundi soir à Vélizy (Yvelines), Nicolas Sarkozy s’est imposé comme un show man en évoquant avec humour, et parfois même autodérision, les différentes enquêtes auxquelles il est mêlé et le bilan de son successeur à l’Elysée.

On connaît le sens de l’humour de François Hollande, un peu moins celui de Nicolas Sarkozy. L’ancien chef d’Etat n’a pourtant pas manqué de faire rire son auditoire, lundi soir. Lors d’un meeting organisé à Vélizy dans les Yvelines, l’ex-locataire de l’Elysée a en effet rivalisé de sorties drôles, ce qui n’a pas manqué de faire rire les militants UMP alors réunis.

A lire aussi Clermont-Ferrand : la blague graveleuse de François Hollande chez Michelin

Les affaires en généralA propos des différentes affaires auxquelles son nom est associé (présumé financement libyen de sa première campagne, affaire Bygmalion, comptes de campagne de 2012 invalidés, affaire des écoutes, etc), Nicolas Sarkozy a dénoncé une forme d’acharnement médiatique et judiciaire. "On rembourse tout le monde sauf moi. Nous, on fait 18 millions d’électeurs mais on n’a pas droit à un centime", a-t-il ainsi regretté avec ironie, déclenchant les rires de son public. Et de poursuivre en taclant un ancien candidat à la présidentielle de 2012 : "Même Jacques Cheminade dont le point fort du programme était d’organiser le débarquement sur Mars ou la Lune" a été remboursé.

A lire aussi - Quand Carla Bruni-Sarkozy ironie sur l'affaire des écoutes

Toujours à propos des différentes affaires qui le visent, l’ancien président a continué en lâchant une boutade : "Si demain il y a une agression à Vélizy, j’ai été à Vélizy mais ce n’est pas moi". Et une fois encore son auditoire s’est esclaffé.

Non content de l’effet provoqué par ses sorties, Nicolas Sarkozy en a remis une couche en expliquant : "Je suis très heureux de donner du travail à beaucoup de gens mais par moment je me dis : dans le fond la sécurité en France va très bien parce que si on n’a que moi comme délinquant… Vous pouvez laisser vos enfants sortir !".

A lire aussi - Nicolas Sarkozy innove-t-il vrailment pour son retour ?

La réforme des rythmes scolairesLoin de ne s’en prendre qu’aux magistrats en charge de dossiers auxquels il est mêlé ou aux journalistes qui enquêtent dessus, Nicolas Sarkozy a également critiqué la réforme des rythmes scolaires portée par le gouvernement de son successeur. "Ma fille a une institutrice. Ce n’est pas ma petite-fille, c’est ma fille", a-t-il déclaré, n’hésitant pas à faire de l’autodérision sur l’âge auquel il a eu sa cadette.

Publicité
François Hollande et ses relations avec Vladimir Poutine"Hollande a dit : ‘J’ai eu des contacts indirects avec monsieur Poutine’. Mais moi, en 2008, j’ai eu des contacts directs avec lui", s’est également écrié l’ancien locataire de l’Elysée avant de faire une blague sur les Russes : "On les présente comme l’ogre russe qui envahit les autres pays, alors n’arrivent même pas à occuper tout leur espace…".

Vidéo sur le même thème - Dominique de Villepin : "Nicolas Sarkozy a changé"