Accusé d'escroquerie dans l'affaire de son ancienne société d'investissement luxembourgeoise LSK, l'ancien patron du FMI a décidé de contre-attaquer contre une "dénonciation calomnieuse". 

L'ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, cité dans une plainte pour escroquerie, va répliquer par une procédure en dénonciation calomnieuse, a annoncé samedi à l'AFP son avocat, Jean Veil. La plainte, qui visera aussi la société chypriote du plaignant, sera déposée la semaine prochaine auprès du procureur de la République de Paris, a précisé son avocat. 

Le Parisien et France Inter avaient révélé vendredi que le parquet de Paris a ouvert le 28 juillet une enquête préliminaire contre Dominique Strauss-Kahn pour escroquerie et abus de biens sociaux en lien avec son ancienne société d'investissement luxembourgeoise LSK, déclarée en faillite en novembre 2014. Une enquête ouverte suite à la plainte de Jean-François Ott, actionnaire du fonds d'investissement LSK, dont DSK fut l'un des administrateurs.

A lire aussi -Fonds LSK : Dominique Strauss-Kahn était-il au courant des magouilles dans sa société ?  

Rappel des faits 

Mais que s'était-il passé ? LSK, ce "fonds d’investissement international, immatriculé au Luxembourg, était censé récolter quelque deux milliards d’euros auprès de divers investisseurs en vue de les placer selon les prédictions macro-économiques de l’ancien patron du FMI (…) Mais rien ne s’est passé comme prévu. Très vite, LSK tourne en rond : les fonds récoltés, plutôt que d’être placés en vue d’un rendement optimal, servent à renflouer des filiales de LSK", rappelle Libération.

Publicité
Ce qui poussera vraisemblablement DSK à démissionner de la présidence de LSK, un mois avant la faillite de la société, en novembre 2014. "Pour mieux se couvrir, brandissant son poste 'non exécutif' chez LSK, il porte plainte contre X, lui-même ayant perdu quelque 600 000 euros dans l’affaire", précise le quotidien. Des faits que conteste Strauss-Kahn. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :