Dans un entretien vidéo, l'intermédiaire franco-libanais affirme avoir "remis trois valises d'argent libyen à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy", entre 2006 et 2007, d'une valeur totale de 5 millions d'euros.

Dans un entretien vidéo réalisé samedi par Médiapart et l'agence Premières lignes, Ziad Takieddine affirme avoir "remis trois valises d'argent libyen à [Claude] Guéant et [Nicolas] Sarkozy", entre la fin 2006 et le début 2007, pour un montant total de 5 millions d'euros. Des révélations qui viennent s'ajouter à une longue liste de soupçons d'un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par le régime libyen de Mouammar Kadhafi. 

A lire aussi Nicolas Sarkozy : toutes ces affaires qui sont autant de boulets

Nicolas Sarkozy était "la tête" de ce système "mafieux"

L'intermédiaire franco-libanais affirme avoir remis deux valises remplies de liasses de billets à Claude Guéant, quand celui-ci était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Ziad Tiakeddine affirme avoir transporté ces valises sans jamais avoir été inquiété à la douane. "Ne vous inquiétez pas, les services sont prévenus", lui aurait-on dit avant de prendre ses allers-retours (dans un avion de ligne) Tripoli-Paris. Selon l'intermédiaire, Claude Guéant n'a pas regardé, "devant (lui) en tout cas", dans la valise, mais "il savait très bien ce qu'il y avait dedans".

Il aurait ensuite transmis en 2007 une troisième valise à Nicolas Sarkozy en personne dans son appartement privé du ministère de l'Intérieur. Avec lui, Ziad Tiakeddine aura un entretien de cinq minutes puis il repartira, lui laissant la valise. Selon l'intérmerdaire, l'ancien président savait "bien sûr" ce qu'il y avait dans ladite valise. Il était même, selon lui, la "tête" de ce système "mafieux". "Jacques Chirac est devenu à côté de lui un saint", ajoute-t-il.

Claude Guéant dément, Nicolas Sarkozy ne veut pas s'exprimer

Selon le dossier judiciaire, consulté par Médiapart, Ziad Takieddine a effectué au moins 5 voyages en Libye entre novembre 2006 et janvier 2007. Auparavant, le Franco-Libanais avait été au cœur de la négociation de plusieurs contrats militaires entre la France et la Libye entre septembre et décembre 2005, pour le compte du ministère de l’intérieur. Ses premières accusations en 2013 avait provoqué l'ouverture d'une enquête dans laquelle les enquêteurs essaient encore tant bien que mal de trouver les preuves qui corroborent les témoignages accablant l'ancien président.

Mais pourquoi a-t-il décidé de faire ces révélations aujourd'hui ? "J’ai découvert des choses qui ne méritent plus d’être cachées", a-t-il déclaré, ajoutant vouloir "raconter exactement les faits de l’intérieur". "Je veux dénoncer l’Etat mafieux dans lequel on est en train de vivre. Je n’en peux plus", ajoute-t-il, évoquant ce qu’il a "vu depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui".

Publicité
Contacté par Médiapart, Claude Guéant à démenti. "Je n'ai jamais reçu d'espèces du gouvernement libyen, non plus de quiconque d'autre du reste. Je n'en ai pas davantage vu passer. Le prétendre est mensonger et diffamatoire". Quant à Nicolas Sarkozy, son entourage n'a pas souhaité s'exprimer.
Publicité