Le tribunal administratif de Montpellier vient de débouter une association au motif que l’existence de fiches à caractère religieux n’était pas démontrée.

C’est une première victoire pour le maire de Béziers, Robert Ménard. En effet, selon une information de RTL, le tribunal administratif de Montpellier vient de débouter une association antiraciste qui protestait contre l’existence de fiches permettant de quantifier le nombre de jeunes musulmans dans la ville biterroise.

Cette association, la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI), avait saisi, le vendredi 8 mai, le tribunal suite aux propos du maire de Béziers qui avait révélé le nombre d’enfants "musulmans" dans sa ville en regardant les noms et prénoms des écoliers inscrits dans les écoles de la ville. Robert Ménard s’était alors justifié en déclarant que cette quantification permettait de montrer l’échec de l’assimilation et, en outre, de permettre une meilleure gestion des repas spécifiques à la cantine.

A lire aussiPolémique Ménard : quand Manuel Valls était pour les statistiques ethniques

L’accès aux listes des élèves par le maire est légal

Le tribunal administratif de Montpellier a donc rejeté la demande de l’association après avoir constaté que l’existence "sous forme matérielle ou informatique" de fichiers spécifiques n’était pas démontrée. Toutefois, elle a rappelé le droit pour toute personne de ne faire l’objet d’aucun recueil d’information fondé sur l’appartenance religieuse.

Publicité
Dans un communiqué, la mairie de Béziers se réjouit de cette décision et relève également dans le jugement "la confirmation écrite que l’accès aux listes des élèves par le maire est légal." De son côté, Robert Ménard en a profité pour interpeller les parlementaires en les enjoignant à légiférer sur les statistiques ethniques "pour permettre de connaître l’exacte réalité".

Vidéo sur le même thème : Robert Ménard : "la justice fonctionne bien en France"