Après l’assassinat de la fillette de Calais par un étranger récidiviste, l’opposition dénonce une politique pénale "laxiste".

Cette "terrible affaire doit obliger à tirer des leçons". Les mots sont de Laurent Wauquiez, secrétaire général de l’UMP, invité par l’AFP à donner l’avis du parti au lendemain du viol et de l’assassinat de Chloé, 9 ans, par un Polonais pourtant expulsé de France après deux condamnations.

Pour Laurent Wauquiez, la leçon est claire : "La politique de désarmement pénal de Mme Taubira est une folie". "De toute évidence, la politique du gouvernement est à rebours de nos besoins. Mme Taubira fait du désarmement pénal, les Français attendent du réarmement pénal.", déclare-t-il avant de considérer que ce drame pose "à l'évidence toute la question de la politique de remise de peine et de réductions automatiques de Mme Taubira".

A lire aussiMeurtre de la fillette à Calais : le suspect reconnait avoir violé et tué Chloé

Interrogé par BFMtv, le député UMP Jacques Myard pointe, lui, l’espace Schengen qui permet une plus grande fluidité entre les pays membres. S’exprimant sur le meurtrier de la petite fillette, "un homme qui a été expulsé vers son pays d’origine (la Pologne)" et dont la "réadmission sur le territoire nationale pose problème", il préconise de "réformer l’espace Schengen rapidement parce que nos frontières sont devenues des passoires."

Rachida Dati propose deux mesures

Même son de cloche du côté de Rachida Dati, invitée de Jean-Jacques Bourdin, ce vendredi matin : "Ces types-là (en référence au meurtrier de la fillette de 9 ans), on ne va pas en plus les prendre à notre charge. C’est : dehors !" Puis, le maire du VIIe arrondissement a fait savoir avant d’évoquer une réforme de l’espace Schengen qu’il y avait "deux mesures simples à mettre en œuvre" : un fichier européen des délinquants sexuels et criminels violents, et la mise sous contrôle par un procureur européen.

Sur la même antenne, le député des Yvelines, Valérie Pécresse, a aussi estimé qu’il fallait "revoir" les accords européens de libre circulation en faisant un parallèle avec la menace terroriste : "Il y a un problème avec Schengen, on l'a vu pour les terroristes. Les terroristes se déplacent, ils reviennent du djihad, ils rentrent dans Schengen, ils peuvent se déplacer sans jamais être contrôlés."

Au Front national, Marion Maréchal-Le Pen a déclaré sur Twitter : "les Français sont victimes de cette justice laxiste. Combien de drames faudra-t-il ?"

Invité de France Info, Florian Philippot, le vice-président, a vu "une immense colère, une immense indignation" dans cette affaire. "Que faisait encore ce ressortissant polonais sur le territoire français ?", a-t-il interrogé avant de déclarer : "Cela pose le problème de Schengen qui est aujourd'hui un facteur criminel."

S’en prendre à la garde des Sceaux, c’est "insupportable" selon Valls

A lire aussi - Calais : les témoignages des riverains, impuissants, face au ravisseur de Chloé

A gauche, Jean-Marie Le Guen a jugé "odieux" le rapport fait par l’opposition de droite "entre la politique pénale du gouvernement" et ce drame.

Publicité
En déplacement ce vendredi matin à Créteil pour présenter son plan de lutte contre le racisme, le Premier Ministre, Manuel Valls, a tenu à réagir aux attaques de la droite. "Abaisser à ce point le débat, profiter de ce crime abominable, effroyable, abject, pour s'en prendre à la politique pénale du gouvernement qui n'a rien à voir avec ce qui s'est passé, et pour s'en prendre de nouveau à la garde des Sceaux, c'est insupportable", a-t-il déclaré

Vidéo sur le même thème : La droite a-t-elle raison de s'en prendre à la Garde des Sceaux ?