Alors qu'un projet de la loi sur la moralisation de la vie publique sera mis sur la table dès le 24 avril, le gouvernement veut montrer qu'il a tiré toutes les conséquences de l'affaire Cahuzac.

Il faut agir et vite. C'est en gros le mot d'ordre que le président et le Premier ministre semblent avoir pris à leur compte. Après le scandale de l'affaire Cahuzac, Jean-Marc Ayrault veut "frapper fort et vite". Pour cela, il explique qu'un texte sur la moralisation de la vie publique "sera présenté en Conseil des ministres le 24 avril, avant d'être soumis au Parlement selon un calendrier permettant son adoption avant l'été", peut-on lire dans un communiqué de Matignon.

Le patrimoine du gouvernement bientôt connuD'ici le 24 avril, le Premier ministre compte bien annoncer des mesures "de nature à recréer de la confiance. Les déclarations de patrimoine de tous les membres du gouvernement seront publiées d'ici le 15 avril" a-t-il déclaré, lors d'un déplacement à Tours, lundi 8 avril. Si l'on sait encore très peu de choses sur le détail de ces mesures, le gouvernement a bien pris conscience qu'il devait passer à la vitesse supérieure. Les annonces de François Hollande, le 3 avril dernier, n'ont pas suffit à rassurer les Français.

Publicité
"Des mesures sévères"Chargé du service de prévente, le Premier ministre  devait donner le ton. Ce qu'il a fait dans une interview à La Nouvelle République. Dans cet entretien, il annonce "des mesures sévères. Les sanctions seront durcies car nous ne pouvons tolérer le moindre manquement de la part de ceux qui sont investis d'une fonction publique" rapporte le quotidien. Alors qu'un récent sondage OpinionWay pour LCI-Le Figaro détaille que 77% des Français jugent leurs représentants corrompus et que seuls 1% disent ressentir du respect à leur égard, ces annonces seront-elles suffisante ?  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :