Alors que l’affaire Bygmalion a connu un nouveau rebondissement jeudi avec les révélations de Libération, le député UMP Lionel Tardy estime que le parti d’opposition "n’existera plus en juin". Plus de détails.

©AFP

AFP

Les relations entre le président de l’UMP et le député de Haute-Savoie sont connues pour être houleuses. Mais cette fois-ci Lionel Tardy ne s’attaque plus seulement à Jean-François mais également à toute sa famille politique. Et il lui prédit un avenir des plus sombres. En février dernier, peu de temps après que Le Point a accusé le président de l’UMP d’avoir surfacturé des évènements en marge de la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, il avait lâché que "tout le monde savait" au sein du parti. Accablant Jean-François Copé, Lionel Tardy lui avait aussi vivement reproché son manque de "transparence" dans cette affaire dite Bygmalion. Cette fois-ci, le député filloniste a décidé de s’attaquer à plus grand, à l’UMP tout entière.

"Copé n’aura plus que sa centaine de millions de dette pour pleurer"Suite aux dernières révélations faites jeudi par Libérationà propos des supposés évènements fictifs qui auraient été facturés par une filiale de Bygmalion à l’UMP, Lionel Tardy s’est expliqué sur les conséquences d’une telle affaire pour le parti. Au cours d’un entretien accordé au site Hexagone et repéré par Le Lab d’Europe 1, il a estimé qu’ "au mois de juin, l’UMP n’existera plus". Selon lui, "chaque candidat va créer son micro parti pour avoir  des financements et ils demanderont tous aux militants de donner leurs sous directement à leurs écuries plutôt qu’à l’UMP". Loin d’oublier son meilleur ennemi, Lionel Tardy a également prédit que Jean-François Copé "n’aura plus que sa centaine de millions de dettes pour pleurer". Et celui-ci d’enfoncer le clou en lâchant : "Copé n’a plus rien à faire à la tête de l’UMP. Entre les histoires sur l’élection à la présidence du parti et l’affaire Bygmalion, c’est une personne qui nous cause énormément de tort".

Publicité
Suite à la première salve de Lionel Tardy à l’encontre de Jean-François Copé en février dernier, l’entourage du député-maire de Meaux avait fait savoir qu’il comptait porter plainte, indique par ailleursLe Figaro.

Vidéo sur le même thème - Affaire Bygmalion : l'UMP à l'heure des comptes !

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité