Fabienne Liadzé, l'ex-comptable de l'UMP, licenciée pendant l'affaire Bygmalion réclamerait 200 000 euros au parti d'opposition.

Selon RTL, Fabienne Liadzé, l'ancienne comptable de l'UMP licenciée pendant l'affaire Bygmalion, demande 200 000 euros au parti de Nicolas Sarkozy. Elle considère qu’on lui a fait porter le chapeau et que son travail ne consistait pas à vérifier si les factures des meetings de 2012 étaient truquées ou non.

L’audience aux prud’hommes dans le cadre de l'affaire Bygmalion, du nom de la société de communication qui a organisé les meetings de la campagne de 2012 de Nicolas Sakozy, a lieu ce jeudi. Dans ce dossier, les enquêteurs sont persuadés qu’une fraude a permis, grâce à de fausses factures, de dissimuler 18,5 millions d’euros de dépenses de la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy sur le compte du parti afin que le budget de la campagne reste sous le plafond maximum autorisé de 22,5 millions d’euros.

Dans le cadre de cette affaire, Fabienne Liadzé a été mise en examen pour faux et usage de faux et abus de confiance. Fin décembre, lors de ses auditions, elle remettait la faute sur le "clan Sarkozy", notamment Éric Cesari, l’ex-directeur général de l’UMP, ainsi que Jérôme Lavrilleux, l’ex-directeur adjoint de la campagne.

Lire aussi - Affaire Bygmalion : Jérôme Lavrilleux balance sur Nicolas Sarkozy

D’après elle, Jérôme Lavrilleux était "le seul salarié de l’UMP à avoir des fonctions au sein de l’équipe de campagne". La signature du directeur-adjoint de la campagne est politique alors que celle du directeur général est administrative. Le pouvoir de décision d’Éric Cesari était important mais celui de Jérôme Lavrilleux l’était encore plus.  

Publicité
Ainsi, elle explique que toutes les dépenses supérieures à 3000 euros étaient validées par Jérôme Lavrilleux. Début mars, lors d'une réunion les experts-comptables du parti avaient prévenu Jérôme Lavrilleux sur les dérapages des prix des meetings. Selon elle, ce dernier aurait répondu fermement qu’il était hors de question de changer de prestataire.

Vidéo sur le même thème : Affaire Bygmalion : 4 personnes en garde à vue