Un grand ménage s’opère actuellement au sein du parti d’opposition : une quinzaine de départs sont prochainement prévus dont trois licenciements pour faute grave. Plus de détails.

L’affaire Bygmalion continue de faire des vagues au sein de l’UMP. Après la démission de Jean-François Copé, d’autres cadres du parti vont aussi prochainement prendre la direction de la sortie. Le bureau politique a en effet acté mardi soir une quinzaine de départs volontaires, dont celui de Jérôme Lavrilleux, l’ex-directeur de cabinet du député-maire de Meaux à l’UMP.

Après avoir fait des aveux les larmes aux yeux au micro de BFM TVen mai dernier, Jérôme Lavrilleux avait envoyé une lettre à Luc Chatel, l’un des trois membres du triumvirat chargé de diriger le parti en attendant l’élection de son nouveau président. Dans ce courrier, également transmis à l’AFP, l’ex-directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 l’informait notamment de sa décision de démissionner de ses fonctions au sein du parti et ce, dès le 15 juin, date du départ de Jean-François Copé. Il avait également demandé que son contrat de travail le liant à l’UMP soit rompu.

Fillon, Juppé, Raffarin et Chatel à la rescousse de l’UMP ?

Ces départs vont représenter 1,5 million d’euros d’économies pour l’UMPTrois procédures de licenciement pour faute grave sont également en cours. Celles-ci concernent Fabienne Liadzé, Eric Césari et Pierre Chassat. A l’instar de Jérôme Lavrilleux, tous les trois avaient la possibilité de signer les factures du parti. Un point qui intéresse particulièrement la justice, laquelle s’interroge actuellement sur une possible double facturation menée pendant la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Publicité
Interrogé par Le Lab d’Europe 1, un membre du bureau politique de l’UMP aurait confié que grâce à cette vague de départs, le parti va réaliser près d’1,5 million d’euros d’économies par an, soit une moyenne de quelque 100 000  euros par salarié. Une coquette somme qui devrait permettre d’alléger un peu la dette du parti estimée à près de 80 millions d’euros, selon les résultats de l’audit interne récemment menée.

 

 

Vidéo sur le même thème : Jérôme Lavrilleux au bord des larmes face à Ruth Elkrief

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité