Invité d'iTélé ce jeudi, Harlem Désir a réagi aux "dérogations aux 35 heures" évoquées par Emmanuel Macron dans l'interview qu'il a accordée au Point avant sa prise de fonction.

Dans une interview exclusive accordée au Point à la veille de sa prise de fonction, le nouveau ministre de l'Economie s'est dit favorable au fait que, moyennant des accords syndicaux, les entreprises puissent "déroger" aux 35 heures. Une déclaration qui a fait bondir Harlem Désir, invité ce jeudi sur le plateau d'iTélé.

"Il n'y a aucun projet de cette nature", a déclaré le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. Catégorique sur la question, il a fermement démenti l'existence d'une quelconque remise en cause des 35 heures. Si la durée de temps de travail légal semble donc intouchable, ce dernier a toutefois concédé que des négociations devraient se développer.

Publicité
Pas de polémique"Le rôle de la gauche aujourd'hui, c'est de réconcilier les entreprises avec le pays", a expliqué Harlem Désir. De ce fait, le gouvernement a pour "volonté de développer la négociation sociale dans les entreprises", a-t-il confirmé détaillant par ailleurs que "la défense de l'emploi, l'aménagement du temps de travail, les seuils sociaux" seraient aux coeurs de leurs négociations sans pour autant toucher à "la durée légale du travail".

Vidéo sur le même thème : Temps de travail : les 35 heures dans le viseur de Macron

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité