Il y a treize ans, le Front National se qualifiait pour le second tour de l’élection présidentielle, provoquant alors une onde de choc sur la France.

Il y a treize ans jour pour jour, les Français apprenaient que le second tour de l’élection présidentielle se jouerait entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen. Le Premier ministre, Lionel Jospin venait d’être devancé par le candidat du Front National. Un véritable coup dur qui a conduit à son départ de la vie politique mais également provoqué un véritable séisme dans la sphère politique.

Le spectre du 21 avril 2002

Treize ans après, et alors que le Front National confirme un peu plus sa montée à chaque élection, le spectre 21 avril 2002 est souvent évoqué. C’est même devenu un moyen pour la majorité de tirer la sonnette d’alarme. Manuel Valls l’a ainsi récemment fait à la veille des élections départementales. Confiant qu’il avait "peur", le Premier ministre a mis en garde contre une victoire de Marine Le Pen "pas en 2002, pas en 2029, mais en 2017 !".

François Hollande aurait également en tête ce qui s’est passé il y a treize ans. Ce serait même l’une des raisons qui, selon certains observateurs, pousserait le président à envisager un nouveau remaniement dans les mois à venir. L’idée serait d’élargir la majorité pour qu’elle arrive "unie" à la prochaine course à l’Elysée. En d’autres termes, qu’il n’y ait pas plusieurs candidats de gauche en compétition en 2017. "Nous sommes tous des traumatisés du 21 avril 2002", a même souligné le conseiller général de l’Essonne et membre du Bureau national du PS, Jérôme Guedj, auprès de L’Opinion.

Une étape pour le FN

Si à gauche, les ténors brandissent la carte de 21 avril 2002 comme une menace de ce qui pourrait se passer en 2017, à l’extrême droite de l’échiquier politique, le ton est bien évidemment différent. Cet évènement est perçu comme un exemple, la première étape qui conduira le FN à l’Elysée. Et alors que Marine Le Pen a réussi à faire mieux que son père au premier tour de la présidentielle de 2012 (17,9% contre 17%) et que le parti s’est imposé lors des dernières élections européennes et départementales,  Jean-Marie Le Pen ne doute pas de la victoire de sa fille en 2017. "Nous construisons la victoire de Marine Le Pen en 2017 par un pyramide faite de strates victorieuses", a-t-il expliqué sur BFM TV au lendemain des élections de mars dernier.

Publicité
Treize ans après le 21 avril 2002, BFM TV a également cherché à savoir ce qu’en retenaient les jeunes d’aujourd’hui. "La date n’évoque pas grand-chose" à ces jeunes qui n’avaient pas le droit de vote au moment de ce scrutin, rapporte la chaîne.

 Vidéo sur le même thème - Flashback : ce qui a changé depuis le 21 avril 2002