Les époux Chirac soutiennent chacun un candidat différent pour la prochaine course à l’Elysée. Des prises de positions qui semblent révéler quelques tensions au sein de l’ex-couple présidentiel.

Bernadette Chirac soutient Nicolas Sarkozy, tandis que Jacques Chirac se range du côté d’Alain Juppé. A trois ans de la prochaine élection présidentielle et alors même que l’ancien locataire de l’Elysée n’a toujours pas dévoilé ses intentions, les époux Chirac s’affrontent déjà sur ce sujet. "Juppé ? Qu'est-ce qu'il a à voir avec Nicolas Sarkozy ? Il est très très froid, il n'attire pas les gens", a en effet estimé l’ancienne Première dame dimanche au micro d’Europe 1. "On verra bien. Qui vivra verra. Il faut des qualités très exceptionnelles et il y a très peu de gens qui peuvent faire ça", a-t-elle poursuivi avant d’afficher sans détour, et une fois encore, son soutien au champion de la droite. "C’est mon préféré, oui ! Ce n’est pas nouveau. J’étais derrière lui en permanence, avec NKM, dans les grands meetings de la campagne", a-t-elle lancé. Et celle-ci de prévenir : "Juppé peut courir avant de faire des succès comme ça sur les planches !".

A lire aussi – Bernadette Chirac soutient Nicolas Sarkozy dans sa course à l’Elysée

"J’ai toujours su qu’Alain Juppé serait au rendez-vous de son destin"Des propos qui n’ont pas manqué d’être largement relayés dans les médias et qui n’ont, bien évidemment, pas échappé à Jacques Chirac. Ainsi, et alors qu’il qui se fait très discret depuis quelques mois et que la plupart des nouvelles le concernant sont communiquées par sa femme, Jacques Chirac est sorti de son silence pour défendre son propre poulain. "J’ai toujours su qu’Alain Juppé serait au rendez-vous de son destin de celui de la France. Peu de choses peuvent me faire plus plaisir, pour moi-même, pour lui et surtout pour le pays", a en effet confié l’ancien président au Figaro. Fort de sa prise de position, il a même assuré : "Si j’en avais l’énergie, j’aurais déjà réservé ma place, même petite, à son QG".

A lire aussi – Jacques Chirac choisit Alain Juppé pour 2017

"Vous le trouvez chaleureux vous ?"Loin de laisser le dernier mot, ou plutôt la dernière déclaration à son époux, Bernadette Chirac a ensuite rapidement répliqué. Ainsi, seulement deux jours après avoir réaffiché son soutien à Nicolas Sarkozy, elle en a remis une couche pour démonter Alain Juppé. "Vous le trouvez chaleureux vous ? (…) Quand il veut vous dire bonjour, il vous tend la main, et il ne vous regarde pas, et il regarde en arrière ou sur le côté. Ca met pas beaucoup le liant qu'on pourrait espérer", a-t-elle regretté au micro de Radio Classique avant d’embrayer aussitôt sur les qualités de son "chouchou" : "Nicolas, Nicolas, est un garçon très chaleureux. Si on l’aime et qu’on le prend en amitié, et qu’on lui est fidèle, car la fidélité en politique est une chose rare…".

A lire aussi – Cette année, les Chirac iront passer leurs vacances au Maroc !

Publicité
Jacques Chirac, "agacé" par les "prises de positions de son épouse" ? Une sorte d’affrontement par déclarations interposées qui semble illustrer des tensions entre les ex-locataires de l’Elysée. Il m’a "reproché d’avoir dit je ne sais quoi", a d’ailleurs confié Bernadette Chirac au Figaro à propos de la réaction de son mari suite à ses premières déclarations en début de semaine. C’est par "agacement des prises de position de son épouse" que Jacques Chirac a décidé d’afficher son soutien à Alain Juppé, a de son côté expliqué à Europe 1 son biographe Jean-Luc Barré. "Ça ne se passe pas toujours très bien entre eux. Je me souviens du dîner au moment de l'élection de 2012, où Jacques Chirac rappelait qu'il soutenait François Hollande, devant l'embarras de Bernadette Chirac qui restait déterminée à continuer", a-t-il également raconté. "Je ne veux pas m'immiscer dans les problèmes matrimoniaux de quelque couple que ce soit", a quant à lui affirmé Alain Juppé lundi lors d’un point presse à Bordeaux, préférant aborder la situation avec humour.

Vidéo sur le même thème  - Bernardette Chirac parle de Jacques Chirac : "La retraite c'est pas bon"