Politique
Le président de la République s’est défendu d’être à la tête d’un plan "diabolique" visant à affaiblir Nicolas Sarkozy d'ici la présidentielle de 2017.
Publicité