Lundi, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a plaidé en faveur d’une nouvelle baisse de la rémunération du carnet rouge, dont le taux doit être révisé le 1er août.

À 1% actuellement, le taux du Livret A est à son plancher historique. Il pourrait cependant connaître une nouvelle baisse au 1er août, date à laquelle il doit être révisé. C’est du moins ce qu’espère Christian Noyer qui a plaidé cette cause ce lundi, affirmant lors d’une conférence de presse qu’il était "hors de question que le taux ne baisse pas au cours de l’année", rapporte Le Monde.

Souvenez-vous, le taux du Livret A devait déjà baisser à 0,25% en janvier dernier, mais le gouvernement en avait décidé autrement. Aujourd’hui, le gouverneur de la Banque de France veut prendre une décision concrète. Et pour cause : le taux est déterminé par une formule de calcul faisant principalement intervenir le niveau de l’inflation, actuellement très bas. "Il pourrait y avoir une logique à laisser jouer la formule. On verra en fonction des chiffres de l’inflation", a-t-il déclaré.

Un "obstacle" à la politique de la BCE

De plus, Christian Noyer a expliqué que la rémunération actuelle du Livret A, qui est semblable à celle du Livret de développement durable (LDD), constituait un véritable obstacle à la politique menée par la Banque centrale européenne (BCE) pour encourager la reprise de l’activité économique en Europe.

"Nous sommes dans une période où la BCE met en place des moyens considérables pour faire redémarrer l’économie et remonter l’inflation vers notre objectif. Donc il n’est pas acceptable que l’épargne réglementée soit un obstacle de plus en plus fort à cette évolution", a-t-il indiqué.

De son côté, la BCE a baissé en septembre dernier son taux directeur, soit le taux auquel les banques lui empruntent, pour finalement atteindre 0,05%.

Trop cher pour les banques

Publicité
Avec des dépôts rémunérés à 1%, le Livret A devient de plus en plus coûteux pour les banques, mais aussi pour les organismes HLM, qui utilisent les fonds pour construire des logements sociaux. D’après le gouverneur de la Banque de France, le surcoût estimé pour 2014 de la rémunération avantageuse du Livret A par rapport aux conditions de marché correspond en réalité à la construction de… 5 000 logements. De quoi envisager certains changements.

Vidéo sur le même thème - Le Livret A n’a jamais aussi peu rapporté depuis sa création 

Publicité
Publicité