Selon les experts, le cours de l’or devrait culminer en 2017. Voici les pièces à privilégier pour tirer parti de cette hausse. 

"Il est l’or monsegnor", l’or d’acheter du métal jaune ! La fameuse tirade de "La folie des grandeurs" reste d’actualité. C’est en en tout cas ce qui ressort de la médiane des prévisions des 35 analystes et traders spécialisés du secteur.

Selon eux, le cours de l’once (une once = 31,10g de métal fin) devrait atteindre 1.331 $ en 2017, son niveau le plus élevé depuis 2013. En 2016, le cours moyen (environ 1270 $) du métal jaune a déjà progressé de 20%, après plusieurs années de vache maigre, dont un recul de 28% en 2013.

Thésauriser les pièces d’or cotées sur le marché parisien est une bonne façon de participer à cette hausse à condition d’être sélectif, car toutes les pièces ne se valent pas. "Le conseil de base est de n’acheter que celles fabriquées par de grands fondeurs et titrant 999,9% de métal précieux, soit de l’or quasiment pur", conseille Monique T, négociatrice au Comptoir des Tuileries.

Même si des plus-values express sont possibles lorsque le marché s’emballe, la durée de conservation optimale des pièces est d’une dizaine d’années. Les personnes jeunes et mobiles ont intérêt à entrer sur le marché avec des pièces se négociant partout à travers la planète. 

Parmi les stars du marché figurent les pièces d’une once "American Eagle", "Maple Leaf" ainsi que la "Philarmonique" autrichienne ou encore le "Krugerrand" sud-africain (bien qu’il ne titre que 916,67).

Toutes ces pièces peuvent s’acheter neuves et sont livrées dans des sachets scellés. Leur poids varie d’un quart à une once. Fabriquées par les plus grands hôtels de monnaies mondiaux (United States Mint, Royal Canadian Mint, etc.), elles sont d’une qualité de fabrication irréprochable.

Le Napoléon reste une valeur sûre

Les pièces d’or sont négociées avec une "prime". Celle-ci correspond à la différence entre le prix du métal précieux constituant la pièce et son prix négocié. "Il est généralement préférable d’acheter une pièce dont la prime est faible comme le 50 pesos, le 20 Francs Croix Suisse ou le 20 Francs Union latine, conseille Edouard B, du Comptoir Change Opéra. Cela évite de surpayer son investissement".

Une pièce française comme le 20 Francs Napoléon est peu sujette à ces variations de prime. "Toutefois, il faut se méfier de l’état de ces pièces, reprend Monique T, car elles ont beaucoup circulé. Mieux vaut donner la préférence aux pièces de 20 francs Marianne coq IIIème république fondues entre 1898 et 1914 : elles sont généralement plus fraiches".

Même si elles sont prisées par les asiatiques, les pièces animalières (panda, etc.) ou reprenant les signes du zodiaque Chinois, (singe, coq…) n’offre qu’un intérêt numismatique réduit, car elles sont tirées à des dizaines de milliers d’exemplaires.

Certaines pièces comme les dollars américaines (20,10, 5 $) se paient avec une forte surcote (souvent plus de 10%), car elles profitent d’une aura particulière. Ces pièces d’investissements se revendant avec une forte prime, ce surcoût peut toutefois être récupéré en vas de cession.

Publicité
Alternative aux pièces d’or, les lingotins ont l’avantage d’être neufs et livrés en sac plastique. Plus ils sont légers et plus ils coûtent cher : pour le même poids d’or, la prime du lingotin de 5g est par exemple d’environ 7/8% alors que celle du Napoléon, n’est que de + ou - 0,5%.
Publicité
Publicité