Depuis la réforme des successions, l'assurance vie a perdu de son intérêt. Mais pas tous ses atouts, notamment en matière d'épargne. Le point.

Aujourd'hui, l'assurance vie reste encore un bon moyen de se constituer une épargne à long terme, qu'il est possible de récupérer pour soi-même, ou qui reviendra, à la disparition du souscripteur, au(x) bénéficiaire(s) désigné(s). Ces bénéficiaires sont généralement le conjoint (ou le concubin), les enfants, les parents au sens large (frères, soeurs, neveux, nièces), ou encore des personnes n'ayant aucun lien de parenté avec le souscripteur. Si la réforme des successions (loi Tepa du 21 août 2007) n'a pas réduit les avantages de l'assurance vie, elle modifie quand même la donne. Et en premier lieu, le choix du bénéficiaire : conjoints, enfants et petits-enfants ne sont plus tout à fait logés à la même enseigne.

Que faire de votre assurance vie ?

Publicité