A condition d’être prêts à endosser des risques, certains produits promettent des rendements à 2 chiffres. Revue de détail avec Planet fr. 

Catapulter son épargne vers des sommets potentiels implique d’être prêt à consacrer une partie de son épargne à des jeux spéculatifs. Généralement, les gestionnaires estiment que cette "enveloppe" ne doit pas excéder 20/25% d’un portefeuille de valeurs mobilières. En termes générationnels, ces solutions sont adaptées aux épargnants jeunes où aux patrimoines importants en quête de diversification. Voici les principaux outils à votre disposition :

 

- Sicav :des bonnes à tout faire. Les OPCVM forment une famille où l’on trouve des produits plan-plan, comme les monétaires, mais aussi des supports gérés de façon dynamique. Dans ce cas, les titres acquis, essentiellement des actions, sont choisis pour leur potentiel de rendement. Vous pouvez investir sur des actions françaises mais aussi à l’international ou en panachant la donne. Pour choisir le meilleur produit le mieux est de se tourner vers un palmarès en ligne et d’identifier le produit le mieux classé (sur le moyen terme) dans les secteurs vous intéressant. A titre indicatif, à la mi-mai, ce sont les catégories actions françaises et actions internationales qui étaient en tête avec des performances respectives de + 25,8% depuis le 1er janvier dernier. Coté fiscalité les OPCVM sont taxées à l’IR.

 

- Les trackers : des outils efficaces. Pratiques, ces outils évitent d’avoir à acquérir d’innombrables valeurs : ils permettent de les suivre à travers un indice représentatif du secteur. Liquide, puisqu’ils sont cotés en bourse, ils permettent de parier sur une zone, un pays, un secteur ou une stratégie à moindre coût qu’avec un investissement direct. A la mi-mai 204, ce sont les produits axés sur les PVD qui tiennent le haut du pavé. Un support axés sur le marché comme Lyxor ETF Turkey, a progressé de 28%, ce qui en fait le premier tracker du marché en terme de performance. Un tel rendement ne s’obtient toutefois qu’en contrepartie d’une forte volatilité. Entre le 21 mars 2014 et le 9 mai, le cours du tracker est passé de 36 à près de 46 euros. Les trackers ne garantissent pas le capital engagé au départ et sont donc réservés à ceux qui sont susceptibles d’arbitrer leurs positions au bon moment. Certains produits sont éligibles au PEA.

 

- Les warrants : pour les joueurs. Ils permettent d'acheter et de vendre, pendant une période donnée et à un prix d'exercice fixé lors de l'émission, un sous-jacent : une action, un indice, une matière première, etc. Pour faire court, il faut retenir que si vous pariez sur la hausse du sous-jacent vous achèterez un "call" et si vous pariez sur la baisse, un "put". Le grand avantage de la formule est de faire profiter l’investisseur d’un effet de levier. Celui-ci fournit l’échelle des gains. Un effet de 10 fournira, par exemple, 20% de gain si le sous-jacent gagne 2%. En cas de pari loupé, le capital investi n’est pas garanti. Ces produits, cotés en bourse, sont à utiliser sur le court terme. Il est indispensable de vérifier le prix d’exercice du warrant et de le comparer à celui du sous-jacent, une forte distorsion constituant un facteur d’alerte. Fiscalement, les profits sont soumis à l’IR.

 

Publicité
- Les fonds spécialisés : réservés aux investisseurs avertis. Les OPCVM contractuels constituent une autre alternative pour les investisseurs hardis. Régulés par l’AMF, ils ont été créés afin de mettre à disposition des investisseurs des fonds flexibles à la gestion assouplie. Dans cette famille vous trouverez des fonds de fonds alternatifs et les fonds Aria (A Règle d'Investissement Allégée). Contrairement aux warrants, la liquidité de ces produits pose parfois problème et les performances financières ne sont pas forcément au rendez-vous. Fiscalement les gains sont assujettis à l’IR.
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité