Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur le Corem, un complément de retraite concernant plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires, selon Europe 1. Explications. 

Des épargnants du Complément retraite mutualiste (Corem) ont décidé d’attaquer en justice l’Union mutualiste retraite (UMR), qui propose ce complément de retraite destiné aux fonctionnaires, selon une information Europe 1, mardi. Ils sont environ 30 000 à l'avoir souscrit.

Ces souscripteurs, qui parlent de "tromperie", estiment que les garanties de contrats n’ont pas été remplies. "Concrètement, le rendement de l'argent placé a été fortement revu à la baisse, sans atteindre même le niveau de l'inflation. Les souscripteurs se sont aussi vu retirer deux années de rente pourtant promises", précise Europe 1.

"Le piège est en train de se refermer sur les souscripteurs"

Et pire encore, l’argent épargné par ces fonctionnaires seraient utilisé pour combler des pertes financières du Cref, qu’a remplacé le Corem. De quoi les inquiéter, alors que ce trou à combler serait de 2,9 milliards d’euros.

Publicité
"On a promis aux personnes qui ont souscrit ce produit que l'argent qu'ils déposeraient tous les mois leur permettrait de se constituer un complément de retraite garanti jusqu'à la fin de leurs jours", explique Jean-Didier Mazzuca, président du Comité d'information et de défense des sociétaires du Corem (CIDS), interrogé par la radio. Et d’ajouter : "En fait, l'argent qu'ils mettent sur le Corem sert à financer un puits sans fond et le piège est en train de se refermer sur les souscripteurs". 

En vidéo sur le même thème : L’épargne salariale, ça rapporte 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité