Vidéos A la une
Un véhicule de la RATP a été incendié mardi soir place de la République à Paris, et deux Autolib' ont ensuite été brûlés non loin de...
Vidéos A la une
S'ils n'avaient pas de droit de grève, de nombreux policiers ont battu le pavé ce mercredi dans toute la France pour dénoncer les violences et la haine anti-flics. Place de la République à Paris, ils étaient des centaines à dire stop car depuis le début de la protestation contre la loi Travail, 350 membres des forces de l'ordre ont été blessés et les syndicats pointent du doigt un "acharnement". Du tir au harpon, en passant par les bombes agricoles aux jets de boulons, ils essuient de violentes attaques et craignent que la situation ne s'aggrave. Mais ceux qui commettent ces agressions sont une minorité: selon un récent sondage huit français sur dix ont une bonne opinion des policiers.
Vidéos A la une
Depuis le 31 mars, "Nuit debout" a pris ses quartiers sur la place de la République à Paris où les manifestants se rassemblent tous les soirs. Mais des casseurs se sont agrégés au mouvement, générant des débordements à répétition qui lassent les riverains. Ils sont excédés par le bruit, par les scènes de guérilla urbaine qui leur donnent le sentiment d'être "pris en otage". Du côté des commerçants ce n'est pas mieux, certains d'entre eux ont vu leur chiffre d'affaires chuter de 40%. Pour remédier à cette situation, un collectif d'habitants du quartier demande à la préfecture d'agir pour mettre fin aux nuisances et souhaite que "Nuit debout" se rassemble dans une salle fermée.
Vidéos A la une
L'évacuation de la place de la République dans la nuit de jeudi à vendredi, s'est transformée en affrontement entre manifestants et forces de police, et 17 personnes ont été interpellées. Nicolas Comte, porte-parole du syndicat Unité SGP police-FO, a justifié sur le plateau de BFMTV cette intervention musclée par l'importance de faire respecter la loi. "Les policiers sont sur place pour garantir le droit de manifester. Manifester c'est un droit, casser c'est un délit", a rappelé le fonctionnaire de police.
Vidéos A la une
Les forces de l'ordre ont dispersé ce vendredi vers 1h30 plusieurs centaines de personnes qui refusaient de quitter la place de la République à Paris à l'issue d'un nouveau rassemblement de Nuit debout qui était autorisé jusqu'à minuit. Des grenades lacrymogènes et assourdissantes ont été tirées au beau milieu de la nuit et des véhicules ont été incendiés. 24 personnes ont été placées en garde à vue.
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/wuRUQMeA . Depuis début avril, le mouvement Nuit Debout se rassemble chaque soir à partir de 18 heures sur la place de la République au Mans pour un dialogue citoyen. Plus sur http://wizdeo.com/s/lemanstv . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos A la une
Étienne, CRS en poste aux abords de la place de la République, où se tient le mouvement Nuit Debout, regrette dans Carrément Brunet que les autorités laissent, selon lui, certains militants commettre des dégradations et des violences.
Vidéos A la une
L'ancien ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a rendu visite aux militants du mouvement "Nuit Debout" samedi 16 avril. Comme tous les participants, il a pu prendre la parole durant 5 minutes au cours de l'assemblée générale sur la place de la Répubique. Aux côtés du conseiller régional EELV Julien Bayou, Yanis Varfouakis a salué "une initiative magnifique" qui "ne doit pas être gâchée ou récupérée au service d'un parti politique".
Vidéos A la une
Insallé depuis deux semaines sur la place de la République à Paris, "Nuit debout" est un mouvement qui se revendique sans leader ni porte-parole. Mais peu à peu, il se structure. Matériel, nourriture, logement... Sur place, les tâches sont réparties entre différentes commissions. Les prises de parole sont limitées à 5 minutes. Une infirmerie a également été installée. Chez les participants, on apprécie que ce mouvement se structure de plus en plus.
Vidéos A la une
Le mouvement de contestation des Nuits Debout s'installe. Une soixantaine de villes revendiquent désormais ces rassemblements spontanés. Raphaël Millon, qui participe quotidiennement au mouvement depuis dix jours place de la République à Paris, était sur le plateau de RMC, ce lundi.
Vidéos A la une
Depuis une semaine, de nombreux manifestants se réunissent chaque soir place de la République à Paris, pour la "Nuit debout". Un mouvement contestataire qui commence à gagner d'autres villes françaises, comme Toulouse, Strasbourg ou Rennes. Soutenu par les Espagnols de Podemos, il consiste en une succession de discussions et des assemblées générales, avec un but: que chacun puisse jouer un rôle et s'exprimer. Le mouvement est en train de se structurer en accéléré, prenant de court tous ceux qui rêvent d'une recomposition à gauche
Vidéos A la une
La sixième Nuit debout s'est tenue ce mardi place de la République à Paris, réunissant plus de manifestants que les soirs précédents. Une mobilisation qui fait des petits et gagne la province, notamment à Strasbourg, Rennes, Nantes, Toulouse et Lyon. Lycéens, étudiants, salariés et chômeurs ont bravé la pluie, plantant leurs tentes sur les parvis pour exprimer leurs ras-le-bol généralisé et défendre leurs revendications. Le mouvement a de fortes chances de s'étendre encore à d'autres villes puisque plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux pour lancer le mouvement.
Vidéos A la une
Cette année 2015 restera, comme pour beaucoup d'autres, gravée dans la mémoire de Thierry. Grand fan de musique, il était présent dans la fausse du Bataclan lors du concert des Eagles of Death Metal le 13 novembre dernier. Il a suivi avec attention la cérémonie d'hommage place de la République. Pour lui impossible de dissocier les attentats de janvier de ceux de novembre 2015. Le rescapé est aussi retourné sur les lieux de l'attentat.
Vidéos A la une
Depuis un an, la place de la République à Paris est devenue le lieu symbolique des hommages rendus aux victimes des attentats. Des centaines de Parisiens s'étaient rendus spontanément sur la place dès le 7 janvier dernier au soir. Même chose le 13 novembre dernier. BFMTV y est donc retournée et a tendu son micro... un an après.
Société
Plus de 300 manifestants ont été interpellés suite à des échauffourées lors d’une manifestation anti-cop21 dimanche après-midi à Paris. Le gouvernement a fermement condamné ces actes de violence.
Vidéos A la une
Des manifestants cagoulés ont lancé dimanche des projectiles en direction des forces de l'ordre, notamment des bougies placées sur la place de la République en hommage aux victimes des attentats. D'après la préfecture de police, une centaine de personnes ont été interpellées.
Vidéos A la une
Sur la place de la République, au Bataclan ou encore au Carillon des équipes de bénévoles se relaient tous les jours pour entretenir ces lieux où chaque jour fleurs et bougies sont déposées. Un élan spontané qui existe depuis les attentats de Charlie Hebdo.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron est venu samedi en compagnie de son homologue allemand, Sigmar Gabriel, se recueillir place de la République à Paris en hommage aux victimes des attentats. "Nous allons faire des propositions concrètes, continuer à travailler pour avoir une initiative franco-allemande en réponse à ce qui vient de se passer, parce que ce n'est pas seulement un défi français, c'est un défi européen", a-t-il affirmé.
Vidéos A la une
Défier la peur et rendre hommage aux victimes. De nombreux Parisiens se sont rassemblés vendredi soir, une semaine jour pour jour après les attentats de Paris et Saint-Denis. Place de la République et devant les lieux touchés par le drame dans les Xe et XIe arrondissements, on vient déposer un bouquet, une bougie ou un mot, mais aussi prendre un verre avec des amis. Mais le coeur n'est pas à la fête. Pour beaucoup, impossible encore de surmonter la tristesse et le chagrin. Devant Le Bataclan, des applaudissements retentissent. On pense aux 89 personnes décédées ici, sous les balles des terroristes. Et les hommages, il y en aura d'autres. Vendredi prochain, une cérémonie pour les victimes de ces attentats aura lieu à l'hôtel des Invalides.
Vidéos A la une
Lundi 16 novembre, une minute de silence a été observée partout en France, à midi, en hommage aux victimes des attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis, vendredi soir. Voici les images de ce moment de recueillement dans la capitale : sur la place de la République, à l'Université de la Sorbonne ou encore devant le bar Le Carillon.
Société
Malgré l’interdiction, plusieurs centaines de personnes sont venues de recueillir dimanche sur la place de la République, à Paris. Mais ce rassemblement a été perturbé par une fausse alerte qui a déclenché un mouvement de panique.
Vidéos A la une
Après les multiples attaques qui ont traumatisé Paris, l'heure est au recueillement. Bougies et fleurs ornent la place de la République où de nombreuses personnes se sont rassemblées pour rendre hommage aux victimes.
Vidéos A la une
Après les multiples attaques qui ont traumatisé Paris, l'heure est au recueillement. Bougies et fleurs ornent la place de la République où de...
Vidéos A la une
Une centaine de lillois se sont regroupés dans les rues de la Capitale des Flandres en soutien au mouvement de contestation que connait actuellement la Turquie
Publicité