Vidéos A la une
Le président du Medef Pierre Gattaz a appelé jeudi à "retravailler" le compte pénibilité à la veille de son entrée en vigueur, répétant qu'il était "inapplicable" après avoir dit que le patronat ne l'appliquerait pas, à la sortie d'un entretien avec Manuel Valls. Le Premier ministre a quant à lui, tenu à dénoncer l'attitude du patronat.
Vidéos Argent/Bourse
Pierre Gattaz était reçu à Matignon pour discuter de la loi Travail mais également pour évoquer la polémique qui commence à enfler entre le gouvernement et le Medef. En cause, les comptes pénibilité. Les 6 nouvelles mesures adoptées qui permettent de partir à la retraite anticipée après avoir exercé un métier comprenant des tâches pénibles entreront en vigueur dès demain et concernent 3 millions de personnes. Postures pénibles, les agents chimiques dangereux ou encore la pollution sonore font partie des nouveaux critères. Le président du Medef a annoncé que les entreprises n'appliqueraient pas ces mesures, trop contraignantes.
Vidéos Argent/Bourse
Reçu à Matignon ce jeudi par Manuel Valls et Myriam El Khomri, Pierre Gattaz est sorti pessimiste de son entrevue. Depuis le début de la mobilisation, le principal point de désaccord réside dans l'article 2, sur lequel le gouvernement refuse de transiger. Faute de majorité, le gouvernement pourrait une nouvelle fois faire usage du 49-3.
Vidéos Argent/Bourse
Depuis deux jours, Manuel Valls et Myriam El Khomri reçoivent les syndicats et le patronat pour tenter de trouver un accord sur la loi Travail. Après François Hommeril, président de la CFE CGS, Pierre Gattaz, le président du Medef s'est rendu à Matignon dans l'après-midi. A la sortie du rendez-vous, il s'est montré très catégorique. Pour lui, "plus personne n'y comprend rien sur le terrain et cette loi ne sert strictement à rien sur l'emploi, j'en suis désolé".
Vidéos Argent/Bourse
Invité politique d'Arlette Chabot, Bruno Le Roux s'est exprimé sur la rencontre mercredi entre les syndicats et le gouvernement pour trouver un accord sur la loi Travail. Manuel Valls reçoit ce jeudi Pierre Gattaz. Le texte passera à l'Assemblée nationale, mardi prochain. François Hollande a envisagé le recours au 49.3. "Il n'y a que le gouvernement qui a bougé aujourd'hui pour essayer de trouver un compromis", a expliqué le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.
Vidéos A la une
LA CHRONIQUE DE L'ÉCO. Le compte pénibilité s'étoffe de 6 nouveaux critères à compter du 1er juillet. Trois millions de personnes sont concernés. Mais la mise en place de ces critères dans les entreprises reste complique. Pierre Gattaz, a donc annoncé mercredi que les entreprises "n'appliqueraient pas" les nouvelles obligations du compte pénibilité à partir du 1er juillet, s'attirant un rappel à l'ordre cinglant de l'exécutif, de Manuel Valls à Marisol Touraine en passant par Myriam El Khomri. Le président du Medef doit rencontrer ce jeudi Manuel Valls.
Vidéos Argent/Bourse
Pierre Gattaz le dira cette après-midi à l'occasion d'un colloque sur ce thème. Selon une enquête réalisée à cette occasion par Opinionway, les relations avec le fisc s'améliorent mais les sanctions sont plus dures qu'avant.
Vidéos Zapping Actu
Scènes de désolation en Seine-et-Marne à cause des inondations ; La CGT s'attaque à la villa de Pierre Gattaz, Les reflux gastriques de Jean-Marie Le Pen... Retrouvez tous ces extraits et bien plus dans notre zapping Actu du jour.
Vidéos A la une
L'ancienne présidente du Medef Laurence Parisot, invitée de Ruth Elkrief sur BFMTV ce mercredi, a jugé les propos de Pierre Gattaz "pas convenables", "maladroits" et "très exagérés". "Il faut avoir à l'esprit qu'on a une responsabilité particulière quand on est responsable d'une organisation patronale aussi importe que le Medef", a-t-elle déclaré, poursuivant que "cette responsabilité signifie d'abord tendre la main, [...] et non pas mettre de l'huile sur le feu".
Vidéos A la une
Le rapporteur de la loi Travail à l'Assemblée nationale Christophe Sirugue, invité de News et Compagnie sur BFMTV ce mardi soir, a déclaré que les propos de Pierre Gattaz à l'égard de la CGT, qu'il traite de "terroriste", "sont inacceptables". "Il ne peut pas remettre en cause le principe de grève, qui est un principe totalement légitime dans notre pays", a-t-il lancé, ajoutant qu'"il y a des principes fondamentaux sur lesquels il n'est pas possible de transiger".
Vidéos Argent/Bourse
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a déclaré ce mardi que "la CGT a décidé de porter plainte pour diffamation contre Pierre Gattaz". Dans une interview donnée au Monde, le président du Medef avait traité les militants du syndicat de "terroristes". "Dans un pays qui a connu deux attentats où des syndiqués de la CGT sont morts, c'est proprement scandaleux et c'est vouloir détourner le débat et envenimer les choses", a-t-il déploré, estimant que Pierre Gattaz a lancé "un appel à l'insurrection contre la CGT".
Vidéos Argent/Bourse
Pierre Gattaz, le président du Medef, a qualifié lors d'une interview au Monde la CGT de "terroriste". Des propos que le syndicat condamne. Philippe Martinez a annoncé ce mardi sa décision de porter plainte pour diffamation.
Vidéos A la une
Le responsable de la CGT Val-de-Marne Benjamin Amar, invité ce lundi de News et Compagnie sur BFMTV, a jugé les propos de Pierre Gattaz dans Le Monde "extrêmement graves". "'Dictature stalinienne, terroristes, voyous', tout y passe", "ce sont des propos orduriers, des propos d'un autre âge", a-t-il affirmé. Jouant le même jeu, Benjamin Amar a alors assuré qu'il pourrait dire de Pierre Gattaz "qu'il est un fils à papa".
Vidéos Argent/Bourse
"Terroristes", "dictature stalinienne" ... Dans une interview publiée dans le journal Le Monde, Pierre Gattaz a lourdement critiqué l'organisation syndicale. Le président du Medef a également adressé un message clair au gouvernement et l'appelle à ne pas toucher à l'article 2 du texte. "On ne peut pas laisser une minorité agissante, révolutionnaire, paralyser l'économie", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage".
Vidéos A la une
Pierre Gattaz, patron du Medef, menaçait mardi de se retirer des négociations sur l'assurance chômage si le gouvernement ne revenait pas à la version initiale du texte sur la loi Travail. François Hollande lui a répondu ce mercredi par le biais d'un entretien à l'Écho Républicain. Il a appelé le patronat à prendre ses responsabilités.
Vidéos Zapping Actu
Manuel Valls recadre Pierre Gattaz ; Marine Le Pen embarrassée par la question d'une journaliste roumaine ; Le lapsus de Donald Trump, Les princes Harry et Williams sur le tournage de "Star Wars 8"... Retrouvez tous ces extraits et bien d'autres dans notre zapping Actu du jour.
Vidéos A la une
Invité d'Arlette Chabot ce mercredi sur LCI, le député Les Républicains a réagi à l'ultimatum de Pierre Gattaz concernant la loi Travail. Il a expliqué pourquoi il n'aurait pas voté la première version que regrette patron du Medef, évoquant "une sorte de mépris du salarié."
Vidéos A la une
Invité d'Arlette Chabot ce mercredi sur LCI, le député Les Républicains a réagi à l'ultimatum du patron du Medef concernant la loi Travail. "Ça n'a pas beaucoup de sens car si le Medef quitte la table des négociations, l'Etat reprendra la main et décidera tout seul", a-t-il expliqué.
Vidéos A la une
Pierre Gattaz, le patron du Medef, a lancé ce mardi matin un ultimatum au gouvernement. Il lui laisse trois semaine pour "profondément corriger le projet de loi El Khomri", sans quoi il se retirerait des négociations sur l'assurance chômage. Matignon lui a opposé ce mardi soir une fin de non recevoir.
Vidéos A la une
François Rebsamen était sur BFMTV ce mardi soir, où il a réagi aux menaces du Medef de suspendre les négociations de l'assurance chômage si la loi Travail était votée en l'état. "Ça me rappelle quand j'étais ministre du Travail, j'ai vu plusieurs fois monsieur Gattaz lancer des ultimatums de ce genre", a-t-il rapporté. Le maire PS de Dijon a par ailleurs estimé que la taxation des CDD stipulée dans la loi El Khomri ne devait pas être systématique sauf pour les entreprises qui utilisent le salarié comme un "kleenex". Quant au fameux "Ça va mieux" lancé par François Hollande la semaine dernière, il serait totalement justifié. "Oui ça va mieux quand on compare les indicateurs économiques d'aujourd'hui à ceux de 2012, y compris pour les entreprises", a-t-il affirmé.
Vidéos A la une
"Nous avons atteint notre point de rupture", a prévenu Pierre Gattaz dans une conférence de presse mardi. Le président du Medef a menacé de retirer son organisation des négociations sur l'assurance chômage si le projet de loi Travail n'est pas modifié dans les trois semaines. En cause notamment, la surtaxation des CDD et le compte personnel d'activité.
Vidéos A la une
Le président du Medef a menacé mardi de "demander la suspension des négociations d'assurance chômage", si "rien ne bouge" d'ici la fin de l'examen du projet de loi travail à l'Assemblée nationale mi-mai.
Vidéos Zapping Actu
Une commerçante met en fuite un braqueur armé ; "On n'est pas couché" perturbée par des manifestants de Nuit debout ; Alain Finkielkraut insulté... Retrouvez tous ces extraits et bien d'autres dans notre zapping Actu du jour !
Vidéos Vu à la télé
Ce samedi 16 avril, des militants du mouvement Nuit debout se sont immiscés sur le plateau d'On n'est couché et ont réservé un accueil particulier au président du Medef, Pierre Gattaz, à son arrivée.
Vidéos A la une
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, invité ce jeudi de BFM Story sur BFMTV, a affirmé qu'Emmanuel Macron n'a choisi "ni la droite, ni la gauche, mais le Medef", en lançant son mouvement "En marche !" jeudi soir. Il a regretté que le mouvement soit "largement soutenu par le Medef et félicité par Pierre Gattaz", qui l'a qualifié de "rafraichissant". "Ça nous inquiète qu'un ministre avec une place importante dans ce gouvernement s'affiche autant à côté du Medef", a déclaré Philippe Martinez.
Vidéos A la une
Invité d'Arlette Chabot sur LCI ce jeudi, Pierre Gattaz s'est exprimé sur la nouvelle monture de la loi travail proposée par Manuel Valls. Le président du Medef qui se montrait satisfait de la première version, s'oppose à la deuxième. Il demande de "l'agilité et de la souplesse dans ce marché du travail" pour permettre d'en finir avec la "peur d'embaucher".
Vidéos A la une
Pierre Gattaz était l'invité politique d'Arlette Chabot ce mercredi. Il s'est exprimé sur la nouvelle monture de la loi travail proposée par Manuel Valls. "On s'en fout des patrons et du Medef, c'est qui compte c'est l'emploi et c'est la France", a expliqué le président du Medef. "Il faut arrêter de politiser cette loi!".
Vidéos A la une
"C'est la fin des haricots", le Medef, comme l'Unef, Force Ouvrière, ou encore la CGT, n'est pas satisfait par les modifications apportées au projet de loi El Khomri. Pour Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, le texte sur la réforme du travail est un "projet de loi qui peut être porteur de progrès pour les jeunes et porteur de progrès pour les salariés".
Vidéos A la une
"Le mécontentement et le désaccord demeure", affirme Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière. Pour Pierre Gattaz, président du Medef, "s'il y a encore des reculades, c'est la fin des haricots". La majorité des partenaires sociaux n'ont pas été convaincus par le premier ministre qui a détaillé les modifications du projet de loi El Khomri à Matignon lundi.

Pages

Publicité