Vidéos A la une
Quitter l'Union européenne appauvrirait le Royaume-Uni pour toujours : c'est l'avertissement lancé ce lundi par le ministre britannique des finances, George Osborne, sur la base d'un rapport du Trésor public. Britain will be permanently poorer if it votes to Leave the EU on June 23. My article for thetimes https://t.co/gc2zhk8EWz- George Osborne (George_Osborne) April 18, 2016 L'étude estime que la victoire du Brexit au référendum du 23 juin prochain, provoquerait un choc économique violent. S'en suivraient d'intenses négociations avec l'Union européenne. Tout accord bilatéral entre Londres et Bruxelles serait forcément moins avantageux pour la Grande-Bretagne. Selon les auteurs du rapport, le PIB britannique en sortirait affaibli de 4 à 7,5% d'ici 2030, et chaque foyer verrait ses revenus fondre d'environ 5.400 euros par an. Cela représenterait 45 milliards d'euros de recettes fiscales en moins. Le rapport du Trésor a attisé la colère des partisans du Brexit, qui dénoncent une étude partiale et parlent de ' conspiration. '
Vidéos A la une
La croissance britannique a ralenti plus que prévu au troisième trimestre à 0,5 % contre 0,7% au trimestre précédent, selon la première estimation de l'Office national des statistiques. Sur un, la hausse du PIB est de 2,3%, soit sa plus faible progression depuis deux ans. Ce ralentissement de la croissance s'explique par une nouvelle contraction de la production manufacturière et par une forte chute de la construction, due en partie aux fortes précipitations du mois d'août. En revanche, le secteur des services continue de tirer l'économie britannique vers le haut, en particulier les services aux entreprises et la finance. Mr Chancellor It's hurting but it's not working - UK GDP growth slows to less than expected to 0.5% https://t.co/4QwTQ2dbpL- Ian Mearns MP (@IanMearnsMP) 27 Octobre 2015
Vidéos A la une
La croissance britannique s'est accélérée au deuxième trimestre 2015 grâce à une progression des exportations et de l'investissement des entreprises : c'est ce que confirme la deuxième estimation. Le produit intérieur brut de la Grande-Bretagne a donc progressé de 0,7% d'avril à juin, contre 0,4% au premier trimestre. Les échanges extérieurs ont contribué à hauteur d'un point de pourcentage à la croissance sur le trimestre, la plus forte contribution en quatre ans, avec le bond des exportations. Enfin l'investissement des entreprises est en hausse de 2,9% sur le trimestre, prenant le relais de la consommation des ménages britannique dans l'évolution de la croissance.
Publicité