Vidéos à la une
Des pluies diluviennes continuent de s'abattre sur le Pérou, où le phénomène climatique El Nino est responsable des pires inondations depuis des décennies dans le pays. Dans le nord du Pérou près de 750 000 personnes ont été touchées ces derniers mois par la montée des eaux et les coulées de boue. Plus de 80 personnes sont mortes depuis le mois de janvier. Les plus pauvres, qui vivent dans les bidonvilles le long des cours d'eau, sont particulièrement touchés. Para tener una idea de lo que fue este día en #Piura tras desborde del río #PeruEnEmergencia pic.twitter.com/I2iway9dQe- Jaime Herrera (@JaimeteleSUR) 27 mars 2017 A Lima, des écoles ont été fermées et l'eau est rationalisée. El Nino est à l'origine le nom nommé à un courant chaud dans le Pacifique tropical. C'est ainsi que l'on appelle désormais les anomalies météorologiques qu'il a engendré.
Vidéos à la une
- Mars, le début de la grosse saison - Chronique Nature : Baptiste et les pommes de terre - Chronique Z'animo : Les espèces de la Guyane racontées par Jean-Luc et ses élèves
Vidéos à la une
Au Pérou, un bus a manqué de peu être englouti avec tous ses passagers par une coulée de boue. Des images qui témoignent de la violence des pluies qui se sont abattues sur le Pérou ces dernières semaines. A ce stade au moins au moins 65 personnes sont mortes et l'on compte désormais plus de 72 000 sinistrés. Les dégâts sont également très lourds : des dizaines de ponts, d'écoles et de routes ont été totalement détruits. A Lima, la capitale, des quartiers entiers sont désormais coupés du monde et privés d'eau potable. Vendredi, Pedro Pablo Kuczynski, le président préuvien, a annoncé une aide d'urgence de plus de 700 millions d'euros. Rescuers use ziplines, ropes and pulley systems to rescue people from rushing floodwaters in Lima, Peru. https://t.co/x1gJQXyVl7 pic.twitter.com/kgierEQkXg- ABC News (@ABC) 18 mars 2017 C'est le réchauffement brutal des eaux de l'océan Pacifique au nord du Pérou qui est à l'origine de cet événément climatique, plus connu sous le nom d'El Niño. Massive floods and severe rain have killed at least 67 people in Peru. pic.twitter.com/BTVuWqqAiH- AJ+ (@ajplus) 18 mars 2017 La situation déjà critique que connaît le Pérou pourrait encore se dégrader. Des pluies diluviennes sont attendues jusqu'à la fin du mois selon les météorologistes. Avec Agences
Vidéos à la une
La situation reste très critique au Pérou après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le pays ces dernières heures. Partout les rivières sont sorties de leur lit comme dans la banlieue Est de Lima. On décompte une douzaine de morts dans la province.Les inondations seraient à l'origine d'une soixante de décès dans tout le pays depuis le début de l'année. Dans les faubourgs de la capitale péruvienne de nombreux axes de circulation ont été coupés. #VIDEO Puente colapsa en Lima https://t.co/mgaHz6rPhQ- Diario Las Américas (@DLasAmericas) 17 mars 2017 Le président péruvien a déclaré l'Etat d'urgence dans 11 des 25 régions du pays. Il a par ailleurs promis jeudi une enveloppe de 711 millions d'euros pour la reconstruction des zones sinistrées. Au total plus de 500 000 personnes ont été affectées par ces pluies torrentielles ces dernières semaines. Des pluies dues au réchauffement des eaux de l'océan pacifique. Un phénomène climatique connu sous le nom de 'El Niño côtier' qui pourrait perdurer encore quelques semaines. Des crues significatives observées au #Pérou, avec risque de débordement des fleuves cotiers de la région de Lima pic.twitter.com/fdiPne1tJX- Keraunos (@KeraunosObs) 16 mars 2017 Avec Agences
Vidéos à la une
Une femme émerge miraculeusement après avoir été ensevelie avec sa maison lors d'un glissement de boue à Punta Hermosa, dans la province de Lima au Pérou. De pluies torrentielles ravagent le pays depuis le début de l'année, provoquant des inondations mortelles.. Elles ont fait 62 victimes et détruit près de 12 000 habitations. Des troupes ont été déployées dans les zones les plus touchées et des hélicoptères portent secours aux personnes piégées par les eaux. Ceux qui ont survécu ont perdu tout ce qu'ils possédaient. A Nuevo Chimbote, cette femme raconte: "_Tout est inutilisable, les meubles ... il n'y a plus rien à l'intérieur .Tout est rempli d'eau. L'eau ne peut même pas s'écouler_". Les autorités se tiennent prêtes à fournir un abri et un secours à tous les sans-abri. Toutes les écoles du Perou sont fermées. Valentin Fernandez, le maire de Nuevo Chimbote explique qu'il n'y a "_pas cours dans tout Nuevo Chimbote_", car il y a "_un demi-mètre d'eau dans quarante lycées publics_". Il ajoute : "_nous n'avons pas d'électricité, pas d'eau potable parce que le canal qui alimente l'eau potable a été bloqué dans la rivière Lacramarca. La circulation est bloquée, toutes les rues sont inondées et nous ne pouvons aller nulle part, à l'exception de Chimbote._" L'état d'urgence a été déclaré dans 11 régions du pays. Les pluies intenses causées par le réchauffement des eaux de surface dans l'est du Pacifique devraient durer encore deux semaines. Avec agences
Magazine
Coupées de la société moderne, des populations vivent en autarcie depuis des siècles. Découvrez où se trouvent les tribus les plus isolées du monde et leur histoire.
Monde
Le Lonely Planet a dévoilé en octobre ses très attendus classements "Best in Travel 2017". Parmi eux, celui des régions à visiter dans le monde l'année prochaine. Découvrez-les en images.  
Un bateau dédié au tourisme a pris feu et a explosé lors d'un ravitaillement. L'accident est survenu à Iquitos, au nord du Pérou. Le bilan...
Vidéos à la une
A Cusco, au Pérou, les amateurs de sensations fortes vont être servis. Un hôtel propose des chambres dans trois capsules transparentes à 400 mètres du sol. Et pour atteindre les chambres de 17m , les touristes vont devoir escalader la falaise. Après l'effort, une récompense attend les plus téméraires : la vue imprenable.
Vidéos à la une
Au Pérou, l'ancienne cité inca du Machu Picchu fait le bonheur des touristes. Chaque année, plus d'un million de personnes visitent les ruines. Mais, l'UNESCO a récemment tiré la sonnette d'alarme. Le site archéologique disparaît peu à peu sous les déchets laissés par les visiteurs. Étant à plus de 2.400 mètres au-dessus du niveau de la mer, les services de gestion des déchets y accèdent difficilement.
Au Pérou, une station balnéaire magique se trouve dans une oasis en plein milieu du désert. De nombreux curieux viennent profiter de vacances...
Vidéos à la une
Dans la ville de Trujillo, au nord du Pérou, des policiers ont porté secours à un chien pris au piège dans un canal. L'un des officiers a sauté dans l'eau pour attraper le chien pendant que ses collègues formaient une chaîne humaine pour les aider à remonter. Après plusieurs tentatives infructueuses, tous deux ont été extirpés du canal.
Vidéos à la une
Au Pérou, Keiko Fujimori, la candidate malheureuse à l'élection présidentielle, a reconnu sa défaite, cinq jours après un scrutin extrêmement serré. Moins de trois dixièmes de points séparent le vainqueur Pedro Pablo Kuczynski de la fille de l'ex-dictateur Alberto Fujimori, aujourd'hui en prison pour crime contre l'humanité. 'Nous souhaitons bonne chance à M. Kuczynski et à ses alliés dans la campagne. Comme il convient, je suis sûre qu'ils sauront rester alliés au gouvernement les cinq prochaines années', a-t-elle déclaré. Et Pedro Pablo Kuczynski, qui prendra ses fonctions le 28 juillet, aura besoin d'alliés solides, car Keiko Fujimori dispose de la majorité au Parlement. 'Nous devons absolument trouver les meilleures personnes, celles qui ont les meilleures compétences politiques, pas seulement techniques. Je suis un technocrate, mais j'ai besoin de m'entourer de musiciens qui savent jouer le cajon', a déclaré ce joueur de flûte. Dans un geste d'apaisement envers sa rivale, Kuczynski a déclaré dès sa première interview que si le Parlement votait une loi permettant de commuer les peines des détenus âgés en assignation à résidence, il l'approuverait. Une allusion à Alberto Fujimori.
Vidéos à la une
Trois dixièmes de points séparent les deux candidats à la présidentielle péruvienne. Tous les bulletins ont été dépouillés, mais d'ultimes recours doivent être examinés. La victoire revient à Pedro Pablo Kuczynski, un économiste, ancien banquier à Wall Street, âgé de 77 ans. Devançant sa rivale de 40 000 voix, celui qu'on surnomme PPK a fait une brève allocution. 'Nous prenons acte du verdict virtuel avec beaucoup de modestie, parce que de grands défis attendent le Pérou. Et nous voulons un pays uni qui soit apaisé, et prêt au dialogue', a-t-il déclaré. Keiko Fujimori, la fille d'un ancien dictateur qui purge aujourd'hui une peine de 25 ans de prison pour crime contre l'Humanité, ne s'est elle pas prononcé. Son parti a la majorité au Parlement.
Vidéos à la une
Le clan Fujimori va-t-il revenir au pouvoir ? 16 ans après le départ de son père, Alberto Fujimori, Keiko sa fille pourrait prendre les rênes du Pérou. Dimanche, c'est le second tour des élections présidentielles et la candidate de droite est donnée gagnante. En tête depuis des mois des enquêtes d'opinion, elle a récemment un peu perdu d'avance. Les derniers sondages la crédite de 50 et 52 % des voix. Son rival Pedro Kuczynski, ancien banquier de Wall Street bénéficie d'un effet anti-Keiko. Même si au premier tour, il n'a réalisé que 21% de suffrages, 18 points derrière Keiko Fujimori, le fossé pourrait être comblé par le ralliement de la candidate de gauche. Veronika Mendoza, éliminé au premier tour a appelé à voter pour Kuczynski, positionné au centre-droit de l'échiquier politique. Car le nom Fujimori continue de diviser le pays. Le papa Alberto, a été condamné pour crimes contre l'Humanité. Durant les années 90, il a usé d'escadrons de la mort pour lutter contre la guérilla du Sentier Lumineux. Si Keiko Fujimori est élue, elle serait la première femme à occuper ce poste au Pérou.
Vidéos à la une
Il porte un nom tellement imprononçable qu'on l'appelle PPK. Pedro Pablo Kuczynski est un vieux routard de la politique péruvienne. À 77 ans, celui qui affronte la jeune candidate du clan Fujimori doit avant tout convaincre qu'il n'est pour autant, pas trop vieux. Après 12 ans d'exil dans les années 70, il revient au Pérou en 1980 et occupe divers postes politiques, dont ministre de l'économie et des finances, avant de devenir Premier Ministre d'Alejandro Toledo en 2005 durant presqu'un an. En 2011, il est candidat à l'élection présidentielle face à la fille Fujimori, et à l'actuel Président, Ollanta Humala. Il arrive en troisième position. À son programme de centre droit, qu'il tente de défendre, il a ajouté durant la campagne, des attaques contre sa rivale et son héritage : 'Malheureusement, durant le mandat de son père, il y a eu beaucoup de corruption et c'est la raison pour laquelle il est en prison aujourd'hui' Appuyer là où ça fait mal, stratégie évidente, mais il en faudra sans doute plus à cet économiste de formation, fils d'un médecin allemand et cousin germain du cinéaste Jean- Luc Godard pour s'imposer sur la scène politique. On lui reproche notamment son manque de charisme, malgré tous ses efforts pour renverser l'opinion.
Vidéos à la une
Elle est la fille de. Et avec un nom pareil, Keiko Fujimori ne peut laisser indifférent. La fille d'Alberto Fujimori, l'ex président condamné pour détournement de fonds et violations des droits de l'homme se conduit en héritière, dans un pays où la politique est largement dominée par la personnalité des candidats. Tourner ou non la page Fujimori : les Péruviens sont divisés sur le clan qui a régné durant dix ans sur le pays. Seize ans après le départ du père, la fille a tout fait pour laver l'honneur de la famille. Fille ainée d'Alberto Fujimori, elle assume après son divorce, en 1994 le rôle de première dame et c'est là la seule expérience qu'elle a du pouvoir, hormis 4 années passées au congrès. En 2009, son père est condamné à 25 ans de prison pour crime contre l'humanité. Elle se dit alors fière de lui et de ce qu'il a accompli pour le pays, avant de prendre ses distances avec l'héritage paternel. Car au Pérou, il y a ceux qui gardent une certaine nostalgie de l'ère Fujimori, synonyme de retour à la sécurité et de bien être économique, et il y a ceux, qui manifestent bruyamment, et ne veulent pas entendre parler d'un retour du clan au pouvoir D'un naturel plutôt froid et distant, elle a multiplié durant la campagne les tentatives pour adoucir son image, les apparitions publiques, les sourires, battant le pavé dans tout le pays. A 41 ans, mère de deux enfants, d'origine japonaise, comme de nombreux péruviens- c'est la deuxième plus importante communauté d'Amérique latine - Keiko devra démontrer qu'elle est plus qu'une Fujimori.
Vidéos à la une
À partir d'une certaine altitude, on peut ressentir le mal des hauteurs. Nausées, vertiges, maux de têtes, fatigue... Tous ces symptômes...
Vidéos à la une
Un accident de bus a fait au moins douze morts et 29 blessés samedi au Pérou. Il effectuait la liaison entre Trujillo et Lima. L'accident s'est produit dans une zone côtière du Pacifique, sans couverture téléphonique. On ignore pourquoi le car a quitté la voie sur laquelle il circulait pour se retourner.
Vidéos à la une
Juan Diego Flórez offre un avenir aux enfants défavorisés de son pays, le Pérou en leur enseignant gratuitement la musique. Il vient d'organiser avec des artistes internationaux, un concert de soutien à sa fondation au Musikverein de Vienne : le 'Gala Latina'. Offrir un avenir aux enfants défavorisés du Pérou grâce à la musique, c'est la mission que s'est donné Juan Diego Flórez avec sa fondation Sinfonía por el Perú. 'La musique peut améliorer la vie des enfants et des jeunes et elle a une très grande capacité à transformer la société,' assure-t-il. En s'inspirant du modèle d'El Sistema au Venezuela, le ténor de renommée mondiale a créé une série d'écoles de musique dans son pays, le Pérou. Environ 3500 enfants y jouent d'un instrument ou chantent dans un choeur. 'Ils apprennent la générosité, la discipline, ils apprennent à jouer pour remplir un objectif, atteindre l'excellence et révéler la beauté de la musique,' indique le ténor. 'Ce qu'il y a de plus important, c'est qu'ils acquièrent des attitudes et des valeurs qui leur serviront toute leur vie,' poursuit-il. 'Gala Latina' 'Il est essentiel, ajoute-t-il, que le public sache ce que je fais à côté : les gens savent que je suis chanteur, mais ils ne connaissent peut-être pas mon action au Pérou et je veux leur en parler.' C'est l'une des raisons pour lesquelles Juan Diego Flórez a récemment organisé un concert de soutien à sa fondation au Musikverein de Vienne : le 'Gala Latina'. Sur scène à ses côtés : un casting international de premier plan dont Erwin Schrott et Elisabeth Kulman, accompagné par l'Orchestre symphonique des Baléares. 'Je suis tellement touché de voir mes collègues chanter et faire don de leurs efforts, confie Juan Diego Flórez, c'est fantastique parce qu'ils y mettent tout leur coeur et tout le monde le ressent.' A few photos of this weekend's GALA LATINA at Musikverein Wien. Photos: Lukas Beck nadinecsierra maria_katzarava pic.twitter.com/zJLoVXunIp- Juan Diego Florez (@jdiego_florez) 25. April 2016 Erwin Schrott reconnaît de son côté que 'c'est toujours un honneur pour [lui] d'être invité à ce genre d'évènement : on est tous là pour le Pérou, ces enfants et leur avenir. Je suis simplement content d'être là et de m'inscrire dans un rêve, un voeu,' dit-le basse-baryton uruguayen. La mezzo-soprano autrichienne Elisabeth Kulman, renchérit : 'Je trouve cela génial de voir comment Juan Diego s'engage pour offrir un avenir. Ces enfants là-bas n'ont pas tellement de perspectives, mais grâce à la musique, l'art et l'éducation, ils ont un défi, un but dans la vie,' dit-elle. 'Faire éclore des orchestres et des choeurs dans tout le Pérou' Juan Diego Flórez suit de très près les progrès de ses protégés. 'Il y a des enfants qui me disent : 'Ma maison n'a pas de toit, il n'y a pas l'électricité, ni l'eau, je dois marcher 40 minutes pour venir à l'école de musique, mais je suis content ; avant, j'étais tout le temps triste, maintenant, j'ai le sourire' raconte-t-il. Donc c'est très important, c'est ce qui compte dans la vie,' affirme-t-il. 'Ce que j'espère pour l'avenir ? Amplifier nos actions, donner l'opportunité à beaucoup d'autres enfants de jouer de la musique et de chanter et faire éclore des orchestres et des choeurs dans tout le pays.'
Vidéos à la une
Le ténor superstar Juan Diego Flórez est une source d'inspiration pour des milliers d'enfants de son pays, le Pérou qui bénéficient du soutien de sa fondation 'Sinfonía por el Perú'. Il nous explique ses actions : 'Les enfants se rendent à l'école de musique après la classe pendant trois heures l'après-midi, cinq ou six jours par semaine, et ils pratiquent, ils jouent dans l'orchestre ou chantent dans le choeur,' indique-t-il. 'La pauvreté donne un sentiment d'exclusion et un enfant qui est exclus, c'est un enfant qui n'aura pas de réelles perspectives d'avenir, insiste le ténor. Mais si cet enfant sent qu'il y a quelque chose pour lui, qu'il peut jouer de la musique, alors il peut se dire qu'il est quelqu'un et cela change tout parce qu'avec la richesse qui vient de la musique, on peut vaincre la pauvreté matérielle,' assure-t-il avec enthousiasme. Pour lui, les résultats de cette mobilisation sont déjà visibles : 'Les résultats scolaires de ces enfants s'améliorent,' dit-il. Mais cela ne s'arrête pas là : 'Ce qui est très important aussi, c'est qu'à la maison, la violence diminue considérablement, souligne-t-il. Un autre aspect qui est fortement en recul du fait qu'ils jouent et qu'ils chantent dans le cadre de 'Sinfonia por el Peru', poursuit-il, c'est le travail des enfants - on parle d'enfants pauvres qui pour beaucoup, travaillent dans la rue - et grâce à nous, ce phénomène diminue considérablement, à hauteur de 90%. C'est un chiffre qui est issu d' une étude qu'on a faite,' précise-t-il. 'Ces enfants deviennent un exemple pour leurs parents et cela a un impact très fort, déclare-t-il. Les enfants d'une certaine manière influencent leurs parents, leurs parents influencent la communauté et c'est quelque chose qui est contagieux et qui finit par transformer la société et la rendre meilleure,' conclut-il.
Vidéos à la une
IL DU WEB. William Gadoury, un Québécois de 15 ans, a découvert une cité maya. L'adolescent, devenu passionné de la civilisation, élabore une théorie pour expliquer pourquoi les Mayas choisissaient l'emplacement de leurs villes loin des rivières et dans les montagnes. Il formule l'hypothèse qu'il y a une correspondance par rapport aux constellations d'étoiles. Grâce à sa théorie et à l'étude de 22 constellations mayas, il a trouvé l'existence d'une nouvelle cité.
Vidéos à la une
23 personnes ont trouvé la mort, au Pérou, après qu'un car soit tombé dans la rivière Mapacho, dans la région de Cusco. 32 blessés sont aussi à déplorer. Selon les derniers chiffres, soit pour le premier semestre 2014, au moins 1.400 sont décédées sur les routes péruviennes, réputées dangereuses.
Vidéos à la une
Les vingt millions d'électeurs péruviens votent dimanche pour désigner leur futur président. Un premier tour à l'issue duquel une femme devrait sortir du lot : c'est Keiko Fujimori, (Fuerza Popular, droite) la fille de l'ex-président péruvien. A 40 ans, elle caracole en tête des sondages. Son principal handicap ? Son père, justement. Alberto Fujimori, l'homme fort du Pérou entre 1990 et 2000 purge une peine de 25 ans de prison pour corruption et crime contre l'humanité. Un lourd héritage qui laisse déjà présager un second tour de scrutin. Et c'est une autre femme qui pourrait se retrouver face à Keiko Fujimori. Veronika Mendoza, une psychologue de 35 ans est portée par la gauche péruvienne. Elle a su se faire un nom durant la campagne. Mais la partie n'est pas gagnée d'avance. Les sondages la donne au coude à coude avec Pedro Pablo Kuczynski. A 77 ans, l'ancien Premier ministre de droite n'a donc pas dit son dernier mot. Sauf qu'au Pérou aussi, les sondages se trompent souvent. Au total, dix candidats sont en compétition pour accéder au palais présidentiel le 28 juillet prochain. Le vainqueur n'aura de toute façon pas la tâche facile dans un pays de 31 millions d'habitants marqué par la grande pauvreté, la violence rampante et dont l'économie reste très dépendante de ses ressources minières.
Vidéos à la une
Au Pérou, des étudiants s'en sont pris ce jeudi à des forces de l'ordre, près de la ville de Pampas dans le centre du pays. C'est dans les collines qui bordent la ville que les heurts se sont produits. Les forces de l'ordre étaient venus dégager une route bloquée par des étudiants en colère. Et c'est à coups de bâtons et de pierres que les policiers ont été reçus. Bilan : une vingtaine de personnes blessées. Face à ces scènes de violence, le ministre de l'Intérieur José Perez Guadalupe n'a pas tardé à réagir. 'Manifester, c'est une chose, a-t-il dit. Mais faire usage de la violence, c'en est une autre. Nous défendrons toujours nos agents de police, encre plus quand ils sont attaqués, blessés dans l'exercice de leurs fonctions'. A l'origine de la colère des étudiants : la fermeture de l'Université. Les bâtiments ont été construits en 2011. Mais l'établissement n'a jamais ouvert les portes depuis. 'Ca fait 5 ans que ça dure, dit un manifestant. Depuis tout ce temps, on n'a fait que nous mentir. C'est pour ça qu'aujourd'hui, on n'en peut plus, et qu'on laisse éclater notre colère'. Preuve de la détermination des manifestants : 4 policiers ont été pris en otage. Ils ont été libérés au bout de quelques heures. Les autorités ont engagé des négociations avec les représentants des étudiants. -avec agences
Vidéos à la une
Les autorités du pays ont annoncé ce lundi que l'armée était mobilisée dans les prochaines heures pour venir en aide aux populations sinistrées par les inondations et les glissements de terrain. Le Ministère de la Défense a ordonné le déploiement de 250 militaires dans les régions de Piura, Arequipa et Huanuco, afin d'aider au nettoyage et à la reconstruction des zones frappées. 30.000 personnes ont été affectées. Les scientifiques ont mis en cause El Niño, ce phénomène météo poussé par les courants d'eau chaude dans l'océan pacifique, et qui entraîne des pluies torrentielles quand il atteint les côtes. El Niño, cette année, est le plus fort depuis quinze ans.
Vidéos Vu à la télé
François Hollande est manifestement fatigué de son voyage qui lui a fait faire le tour du monde. La preuve : au Pérou, le président ne semblait plus trop savoir où il en était, et a parlé les "boliviens" au lieux des "péruviens" dans son discours. Fort heureusement, il a été repris par sa...
Vidéos à la une
François Hollande est attendu dimanche à Wallis-et-Futuna, première étape d'un périple de plus de 45.000 kilomètres qui le conduira ensuite en Polynésie française puis en Amérique latine, au Pérou, en Argentine et en Uruguay. Cette visite présidentielle à Wallis sera la première depuis celle de Valéry Giscard d'Estaing en 1979.
Vidéos à la une
La voiture d'un couple de péruviens de la ville de Trujillo, située à l'ouest du pays, a été happée par un trou géant qui s'est ouvert sous le véhicule. Des passants ont secouru le couple comme le montre cette vidéo mise en ligne par la sécurité urbaine de la ville.
Vidéos à la une
Les touristes y ont remplacé les aventuriers. L'Amazonie n'est plus cette gigantesque forêt peuplée de moustiques. S'il est toujours aussi difficile de s'y rendre et aussi facile de s'y perdre, les visiteurs y trouvent cependant désormais tout le confort des hôtels de luxe. La ville d'Iquitos au Pérou, qui avait auparavant connu son heure de gloire grâce à l'exploitation du caoutchouc, espère aujourd'hui retrouver les beaux jours d'antan grâce à ce nouveau tourisme.

Pages

Publicité