Vidéos A la une
Bernard Cazeneuve, le ministre de l'intérieur s'est exprimé mardi devant 800 policiers et gendarmes. Cette prise de parole intervient la veille d'une manifestation de policiers devant le ministère de la Justice pour protester contre son dysfonctionnement. La semaine dernière, un policier a été blessé à la suite d'une fusillade avec un détenu en cavale en Seine-Saint-Denis. Le ministre a affirmé que tout serait fait pour qu'un tel incident ne se reproduise plus. Le gouvernement prendra "toutes les dispositions pour que les dysfonctionnements qui ont été constatés soient corrigés" a-t-il notamment déclaré.
Vidéos A la une
L'idée d'escorter tous les détenus à chacune de leur permission de sortie de prison n'est pas applicable, jugent les professionnels. Cette possibilité existe déjà, mais Christiane Taubira, ministre de la Justice, envisage de l'automatiser. "Si les syndicats de police acceptent qu'on mette un, deux ou trois policiers derrière les 60.000 personnes qui vont bénéficier d'une permission de sortie cette année, je veux bien. A mon avis, ils ne seront pas d'accord", a estimé Serge Portelli, magistrat à la cour d'appel de Versailles.
Vidéos A la une
Le syndicat de la magistrature a réagi sur BFMTV aux propos de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui n'exclut pas de réviser la loi à la suite de la course poursuite entre des policiers et des braqueurs dont l'un s'était évadé lors d'une permission de sortie. Un policier a été grièvement blessé. "Ce n'est pas au travers d'un fait divers, aussi dramatique qu'il soit, qu'il faut repenser de manière générale la loi", a affirmé Laurence Buisson, du syndicat de la magistrature.
Publicité