Vidéos A la une
Quelle actrice a remporté le prix du meilleur rôle féminin à l'occasion du Prix Goya 2016 ? Le tapis rouge était peuplé de beau monde :...
Vidéos A la une
Réunie en commission élargie jeudi matin à l'Assemblée, la commission des Finances auditionne le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, sur les crédits de la mission "Économie" de la partie dépenses du budget 2015. Répondant au député UMP de Haute-Savoie, Lionel Tardy qui s'inquiète de l'application "décevante" de la suppression des petites taxes qui pèsent sur les entreprises, le ministre rappelle de manière ironique que le sujet concerne le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, également présent :"Je laisserai Christian Eckert répondre sur la surpression des petites taxes, puisque c'est son travail de Pénélope à lui". Les députés ne manquent pas cette expression désignant un ouvrage qui ne se termine jamais, en référence au tissage de la femme d'Ulysse dans l'Odyssée. Le président de la commission des Affaires économiques, François Brottes, a visiblement du mal à imaginer le secrétaire d'État dans la peau de cette femme : "J'ai du mal à l'imaginer quand même...",réagit-t-il en déclenchant des rires autour de lui. Ce à quoi Emmanuel Macron répond, également hilare :"Je vous laisse fantasmer sur cette vision". Si le ministre de l'Économie utilise cette référence mythologique, c'est pour rappeler le recul du gouvernement sur cette promesse de François Hollande. Celui-ci s'était engagé à réduire le nombre de ces taxes en janvier dernier, une mesure qui devait rapporter aux entreprises plus d'1 milliard d'euros. Au final, seulement sept seront supprimées dans le budget 2015 pour un bénéfice qui ne dépassera pas 2 millions d'euros, selon le Figaro.
Publicité