Politique
Le journal "L'Obs" révèle que François Hollande ferait tout pour que sorte un album photos illustrant sa fin de règne. Avant lui, d'autres politiques ont été accusés de faire des caprices.
Vidéos à la une
Jean-Charles Taugourdeau (Maine-et-Loire) a interrogé le gouvernement, mardi lors des Questions au gouvernement, sur l'"amendement Médiapart" adopté par les députés qui donne à la presse en ligne le même taux de TVA que la presse papier. Le député LR dénonce "ce cadeau de Noël de 4,1 millions d'euros de fraude fiscale." Fleur Pellerin, la ministre de la Culture, lui a répondu, défendant cette amnistie fiscale au nom de "la liberté de la presse".
Politique
Quand un membre du gouvernement veut s’exprimer en public, il doit le faire avec une extrême prudence sous peine de se faire remonter les bretelles…
Vidéos à la une
Mercredi, lors des traditionnelles "questions au gouvernement", Franck Riester, le député UMP de Seine-et-Marne, a attaqué le gouvernement : "Cela fait quatorze jours que Radio France est en grève, la situation est grave. (...) Vous ne tenez pas vos engagements budgétaires vis-à-vis de Radio France. Vous détournez les ressources de l'audiovisuel public. C'est votre gouvernement qui est responsable de la situation actuelle à Radio France ! ", lance-t-il, s'appuyant sur un récent rapport de la Cour des comptes. Des attaques qui ont déclenché la colère de la ministre de la Culture et de la Communication : "Le rapport de la Cour des comptes est un réquisitoire accablant sur la gestion de Radio France quand vous étiez aux responsabilités (...). Auparavant, les nominations c'était simple comme un coup de fil du président de la République. Il ne me viendrait pas à l'idée de menacer des journalistes dans les coulisses d'une émission de télévision parce que leurs propos ne nous auraient pas plus". Concernant le dossier de Radio France, Fleur Pellerin a promis "des décisions dans les prochains jours".
Vidéos à la une
Le député UMP Christian Kert a vivement critiqué mardi lors de la séance de Questions au gouvernement, les processus de nominations à la présidence de France Télévisions ou du centre national d'art et de culture Beaubourg. "Avec Messieurs Macron et Sapin vous transmettez un rapport au CSA pour lui permettre de choisir en toute indépendance," ironise l'élu des Bouches-du-Rhône à propos de France Télévisions. "Vous faites au CSA l'aumône de son indépendance !" lance le député UMP avant d'ajouter très applaudi : "Est-ce qu'un jour la lumière de la transparence pénètrera les lumières de votre ministère ?" Fleur Pellerin lui répond et affirme "Il n'y a aucune ingérence dans le processus de nomination". L'arrivée de Serge Lasvignes à la tête de Beaubourg "n'est en aucun cas une nomination politique" ajoute la ministre de la Culture, "il a servi sous plusieurs gouvernements".
Publicité