Vidéos Argent/Bourse
C'est un régime qui sert à indemniser près de 2 millions et demi de chômeurs. Pour la première fois depuis 34 ans, les syndicats et le patronat ne sont pas parvenus à s'entendre sur les modalités qui permettraient un renflouement de l'assurance chômage, largement déficitaire. Ils se sont quittés jeudi sur un "constat de désaccord", renvoyant le dossier entre les mains du gouvernement, qui a imputé la responsabilité de l'échec au patronat et décidé de proroger l'actuelle convention.
Vidéos Argent/Bourse
Le divorce entre les syndicats et le patronat au sujet de la dégressivité des allocations chômage. "Rien ne change, les chômeurs continueront à percevoir leurs allocations tout à fait normalement", a précisé François-Xavier Pietri avant d'ajouter : "Ce qui change, c'est pour le gouvernement qui hérite d'un cadeau empoisonné. Soit le ministère du travail s'engage dans une réforme de l'assurance chômage, soit le gouvernement joue la montre et remet aux lendemains de l'élection présidentielle cette réforme".
Vidéos Argent/Bourse
Aucun accord n'a été pris par les partenaires sociaux. Au coeur des négociations, les nouveaux contrats qui sont à 70% des CDD de moins d'un mois. Les syndicats veulent les taxer pour encourager les embauches en CDI mais le patronat refuse. Autre désaccord : la hausse des cotisations patronales. Une solution réclamée par tous les syndicats qui semble impossible à tenir pour les patrons. Enfin, la dégressivité des allocations chômage fait également débat. L'objectif : reprendre un emploi plus rapidement.
Vidéos Argent/Bourse
Mohed Altrad, PDG du groupe Altrad, participe au salon "Inno Génération", organisé par BPIFrance. Le patron est venu délivrer un message : "On est dans un pays qui parle que de crise, de choses négatives et on a envie d'entendre des choses positives. Pour faire des choses positives, il faut entreprendre et passer à l'action".
Vidéos Argent/Bourse
Ils sont trentenaires et font le choix de quitter leur CDI pour créer leur propre entreprise. Avec leur site internet spécialisé dans l'organisation d'anniversaires, Kévin et Pierre-Olivier rêvent de devenir de grands patrons 2.0. Mais malgré le succès, il faut trouver des clients, des partenaires et surtout de l'argent.
Vidéos Auto
7,2 millions d'euros dont 1,7 en fixe : c'est la rémunération touchée par le patron de Renault Carlos Ghosn en 2015. Une rémunération qui déchire actuellement les actionnaires et le conseil d'administration du constructeur français, alors que l'entreprise demande des efforts aux salariés.
Vidéos A la une
IL DU WEB. Le Turc Hamdi Ulukaya est un exemple du "rêve américain". Arrivé avec 3000 dollars en poche, il est devenu le numéro 1 du yaourt à la grecque. Le patron-fondateur des produits laitiers frais Chobani, a décidé de donner mercredi 10% du capital de son entreprise à ses quelque 2000 employés. Le nombre d'actions que vont recevoir les employés dépendent de leur ancienneté, ce qui équivaudrait à une moyenne de 150.000 dollars par don. La candidate à l'investiture démocrate Hillary Clinton a félicité ce beau geste sur Twitter.
Vidéos A la une
Pierre Gattaz, patron du Medef, menaçait mardi de se retirer des négociations sur l'assurance chômage si le gouvernement ne revenait pas à la version initiale du texte sur la loi Travail. François Hollande lui a répondu ce mercredi par le biais d'un entretien à l'Écho Républicain. Il a appelé le patronat à prendre ses responsabilités.
Vidéos Auto
Mathias Müller devient ce vendredi le nouveau patron de Volkswagen, après la démission de son prédécesseur. À 61 ans, il est le protégé de Piëch, le patriarche et actionnaire de la marque de voiture allemande. LCI vous dresse son portrait.
Vidéos A la une
Afin de boucler le budget 2016, Michel Sapin a annoncé le report la nouvelle baisse des charges pour janvier 2016, dans le cadre du pacte de responsabilité. Pour les entreprises, c'est un coup dur. TF1 a rencontré plusieurs patrons. Tous réclament des conditions stables de la part du gouvernement.
Vidéos A la une
Hélène Pilichowski, éditorialiste, revient sur le scandale provoqué par l'annonce de la prime de départ de Michel Combes, ancien patron d'Alcatel. Suite au tollé médiatique, sa prime a été diminuée de moitié.
Vidéos Argent/Bourse
29% des patrons de très petites entreprises ne partent pas en vacances l'été. En cause l'activité souvent très soutenue pendant la période estivale et les commandes à préparer pour la rentrée.
Vidéos Argent/Bourse
François David, président d'honneur de la Coface, sort aujourd'hui un livre sur les patrons qui s'intitule : " Et pendant ce temps, les patrons se marrent " . Tout savoir sur ce qui fait rire les patrons français, dans un contexte, il est vrai , plutôt difficile aujourd'hui.
Vidéos A la une
Les 120 employés de Gravity Payments, une start-up de Seattle, ont eu une belle surprise. Leur boss a divisé son salaire par quatorze pour augmenter celui de ses salariés. Dorénavant, ils toucheront 5 400 euros mensuel, le minimum nécessaire "pour être heureux".
Vidéos A la une
François Asselin, fraîchement élu à la tête de la CGPME avoue avoir "été entendu" sur la pénibilité et le temps partiel. Sur la loi Hamon, il attend "avec impatience qu'une décision soit prise pour lever la sanction" lorsqu'un patron ne prévient pas deux mois à l'avance ses salariés de la vente de son entreprise.
Vidéos A la une
Les syndicats de routiers demandent une augmentation de 5% des salaires, le patronat propose 1 à 2%. Les négociations étaient donc bloquées mardi soir. "Aucune secteur en France n'a accordé des revalorisations à hauteur de 5%", argumentait Nicolas Paulissen, délégué général de la fédération patronale FNTR.
Vidéos A la une
Les syndicats de routiers demandent une augmentation de 5% des salaires, notamment du fait de la baisse du prix du carburant. Le patronat propose 1 à 2%. "La difficulté que nous avons rencontré dans ces négociations, c'est d'abord l'absence de constat partagé sur la situation économique du secteur", explique Nicolas Paulissen, délégué général de la fédération patronale FNTR.
Vidéos A la une
"La France paie très bien ses conducteurs routiers", a affirmé mercredi Nicolas Paulissen, délégué général de la fédération patronale FNTR alors que les négociations étaient bloquées. "Le salaire moyen est entre 1800 et 2200 euros brut pour des gens qui font des heures", a-t-il précisé.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a appelé jeudi les patrons à "prendre leurs responsabilités" pour obtenir plus d'accords de branche dans le cadre du Pacte de responsabilité.
Vidéos A la une
Thibault Lanxade, vice-président du Medef et du pôle entrepreneuriat et croissance des TPE-PME, était sur le plateau de BFM Story. Les rapports continuent de se tendre entre le gouvernement et le patronat. Alors qu'Emmanuel Macron a considéré mardi que le faible nombre d'accords de branche signés dans le cadre du pacte de responsabilité représente un "échec" pour le Medef, Manuel Valls, quant à lui, s'en est pris également aux responsables patronaux, quelques heures plus tard, devant l'Assemblée nationale. Il a dénoncé que les "provocations" de certains "dirigeants du patronat" ne sont "pas à la hauteur" de leurs "responsabilités". De leur côté, l'organisation patronale organise mercredi une mobilisation contre la politique économique du gouvernement, après les manifestations de la CGPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) lundi à Paris et Toulouse.
Vidéos A la une
Le Medef, l'UPA et la CGPME ont lancé lundi une action de mobilisation. Seule cette dernière a appelé à manifester à Paris et à Toulouse. Ils étaient près de 6000 à Paris et 4000 à Toulouse à dénoncer 30 années d'une politique qui a bridé l'économie. Du jamais vu depuis l'introduction de la semaine de 35 heures dans les années 2000.
Vidéos A la une
A l'occasion de son discours devant les patrons à l'université d'été du Medef, le Premier ministre s'est adressé aux entrepreneurs français pour leur dire "la France a besoin de vous", ajoutant avec insistance : "et moi, j'aime l'entreprise".
Vidéos A la une
Lors de l'université d'été du Medef, le Premier ministre a cité un droit du travail trop contraignant, des prélèvements trop lourds, ou encore des dépenses publiques trop élevées pour expliquer que le pays "souffre d'un déficit d'image à l'étranger".
Vidéos A la une
Arnaud Montebourg a présenté une trentaine de mesures, espérant pouvoir "restituer 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux Français". Le ministre de l'Economie a proposé de redynamiser certains secteurs comme le tourisme. Il a aussi lancé un appel aux patrons pour investir en France.
Vidéos A la une
A la veille de la conférence sociale, la CGT et FO menace à son tour de boycotter partiellement ce rendez-vous qui s'annonce déjà tendu. Le gouvernement avait annoncé le report du compte pénibilité suite à la menace de boycotter du Medef. Aujourd'hui, les syndicats accusent le Premier ministre de céder trop de terrain au patronat.
Vidéos Argent/Bourse
Le 13 juin, Raphael Hadas-Lebel, président du Conseil d'Orientation des Retraites (COR), a été l'invité d'Hedwige Chevrillon, sur BFM Business. Chaque jour, Hedwige Chevrillon reçoit un grand témoin -industriel, décideur, politique, intellectuel- et l'invite à réagir aux problématiques du moment sur BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Vidéos Argent/Bourse
Le 8 octobre, l’arme de dissuasion massive a été le thème abordé dans les Experts par Nicolas Doze et ses invités : Jean-Marc Daniel, Directeur de la revue SociétalPearson, Alain Madelin, Pdt...
Vidéos Argent/Bourse
Le 8 octobre, Nicolas Doze se penche sur le meeting de l'exaspération des patrons, sur BFM Business. Chaque matin, dans Good Morning Business, Nicolas Doze débriefe l'actualité sur BFMBusiness,...
Publicité