Vidéos A la une
Comme chaque mercredi, Évelyne, 13 ans, va à l'école de musique de la décharge. Elle joue du saxophone mais son instrument n'est pas comme les autres, celui-ci a été fabriqué avec des déchets. À Asunción, en plein coeur d'une décharge, Don Cola, un ancien recycleur, a créé une école de musique pour enfants défavorisés. Un orchestre y a même vu le jour, il se produit aujourd'hui dans le monde entier avec ses drôles d'instruments.
Vidéos A la une
D'énormes inondations ont contraint des milliers de Paraguayens à abandonner leurs domiciles. Ces pluies tropicales figurent parmi les plus violentes que la région ait connues depuis des décennies.
Vidéos A la une
El Niño continue de faire des ravages sur le continent américain, endeuillé par des inondations exceptionnelles pour la saison. Dans le Missouri, au centre des Etats-Unis, les eaux du Mississippi ont englouti plusieurs bourgades. On dénombre 13 morts au moins, des automobilistes pris au piège pour la plupart. Alimentée depuis le week-end par de violentes précipitations, la rivière a dépassé de quatre mètres son niveau de débordement, du jamais vu en 20 ans. Et le pic de crue ne devrait être atteint que vendredi. En Amérique du Sud, six personnes au moins ont perdu la vie dans les inondations au Paraguay. Des milliers d'autres, évacuées la semaine dernière, n'ont toujours pas pu réintégrer leur domicile. Les autorités ont décrété l'alerte sanitaire. Le risque épidémique est grand en effet avec la prolifération des moustiques. Dans le nord de l'Uruguay, plus de 16.000 personnes ont été évacuées à cause des crues, les pires enregistrées dans le pays depuis 1959. Provoqué par un changement de sens des alizés au-dessus du Pacifique équatorial, l'actuel épisode climatique El Niño est l'un des plus puissants observé depuis 1950.
Vidéos A la une
L'année 2015 a été l'année la plus chaude de l'histoire moderne. Un dérèglement climatique qui a provoqué une montée des eaux et en conséquence de nombreuses intempéries durant cette période de fin d'année. Aux Etats-Unis, Espagne, Brésil, Paraguay, Argentine ou encore Grande Bretagne, retour sur les inondations, incendies, et tornades qui secouent la planète.
Vidéos A la une
L'Amérique du Nord n'est pas la seule à devoir faire face aux inondations. Au Paraguay, au Brésil, en Argentine et en Uruguay la situation ne fait qu'empirer. La faute à "El Niño", phénomène météorologique qui revient dans cette région du monde tous les trois à sept ans. De fortes pluies et des inondations qui, dans certains quartiers, rendent les conditions de vie catastrophiques pour les habitants.
Vidéos A la une
Depuis quelques jours, l'Amérique du Sud a les pieds dans l'eau. Les fortes précipitations provoquées par El Niño ont engendré la crue de trois fleuves, inondant un immense territoire à cheval sur l'Uruguay, l'Argentine, le sud du Brésil et le Paraguay. Au total, près de 170.000 personnes ont été évacuées.
Vidéos A la une
L'eau a envahi les rues à Asuncion, capitale du Paraguay. Nombre de ses habitants ont du quitter leur maison à bord de petits bateaux. En tout, quelque 100 000 personnes ont été évacuées au Paraguay, où la crue de la rivière éponyme, dont le niveau était de 7 mètres au dessus de la normale, a provoqué de sérieuses inondations. L'état d'urgence a été décrété à Asuncion et dans 7 départements. De nombreuses personnes ont été relogées provisoirement. Outre la rivière Paraguay, d'autres cours d'eau ont subi des crues hors normes dans la région, et notamment dans l'Uruguay voisin. Les dégâts ont été ressentis dans diverses régions de l'Uruguay mais aussi dans le nord-est de l'Argentine, où l'alerte météorologique est maintenue ce vendredi de Noël. Des tempêtes et de fortes pluies sont encore attendues. Avec agences
Vidéos A la une
Des centaines de familles ont été affectées par les inondations, après que la rivière Paraguay soit sortie de son lit. Plus de 45.000 personnes ont quitté leur maison, dans les localités situées autour de la capitaine Asuncion. (Crédits : APTN)
Vidéos Insolite
Une étrange créature, mi-homme, mi-animal, a été trouvée flottant dans l'eau au Paraguay mi-octobre. Si les scientifiques penchent pour l'hypothèse d'un singe en état de décomposition avancée, d'autres croient plutôt qu'il s'agit du Chupacabra, une créature légendaire d’Amérique latine...
Vidéos A la une
À Limpio, plusieurs personnes se sont crucifiées pour montrer leur soutien à 51 chauffeurs renvoyés alors qu'ils tentaient d'améliorer leurs conditions de travail. (Crédit images : EVN/ ZZEBU/ GBAPTN).
Vidéos A la une
Le chef de l'Eglise catholique a terminé son voyage à Asuncion, au Paraguay. Il est allé à la rencontre de centaines d'habitants du bidonville inondable de Banado Norte, un dédale de cabanes qui abrite environ 100 000 personnes, qui, pour une grande majorité, ont été contraintes de quitter leurs fermes, car leurs faibles revenus ne leur permet pas de payer le loyer des maisons. Il a exhorté ces habitants à rester unis dans leur lutte pour de meilleures conditions de vie et de travail.
Vidéos A la une
Le pape François en visite au Paraguay a de nouveau appelé ce dimanche à changer de système économique. Après s'être rendu auprès de paysans sans terres dans un quartier pauvre d'Asuncion, il s'est prononcé pour une 'foi solidaire' lors d'une grande messe en plein air. Devant la foule réunie, il a martelé un mot, celui d''hospitalité'. 'L'hospitalité avec ceux qui ne pensent pas comme nous, avec ceux qui n'ont pas la foi ou qui l'ont perdue, et parfois à cause de nous. L'hospitalité avec les persécutés, les chômeurs, l'hospitalité avec les différentes cultures dont ce pays est riche.' Le président Horacio Cartes avait convié une compatriote du pape argentin, la présidente Cristina Kirchner. Après un périple d'une semaine en Amérique latine, François regagne le Vatican ce lundi. Prochain voyage au programme : les Etats-Unis en septembre.
Vidéos A la une
Lors de sa visite au Paraguay, dernière étape de la tournée pontificale en Amérique du sud, le pape François a encouragé les jeunes générations à mettre le "bazar". Le chef de l'Église catholique fustige souvent l'ordre économique mondial, qui exclut les classes populaires.
Vidéos A la une
Au Paraguay pour achever sa tournée sud-américaine, le pape François a fustigé l'économie mondiale et a appelé à rechercher un nouveau modèle économique, considérant que le capitalisme sacrifie des vies humaines en privilégiant l'argent et le profit.
Vidéos A la une
Quito, Équateur - 7 juil 2015 - Quelques secondes pour bien cadrer l'image. La photo est prise. Mardi, dans la capitale équatorienne, Quito, le pape François s'est prêté au jeu du selfie. A l'université jésuite de la ville, il a appelé les étudiants et universitaires à prendre soin de l'environnement. Premier pape originaire de l'Amérique du Sud, il effectue son deuxième voyage sur ce continent, après le Brésil en 2013. Arrivé en Équateur le 5 juillet, il va poursuivre sa visite sud-américaine en Bolivie et au Paraguay.
Vidéos A la une
Le pape François s'est envolé ce dimanche pour une tournée sur le continent latino-américain où vit, aujourd'hui, la majorité des catholiques de la planète. Le pape François visitera trois pays en une semaine : l'Equateur, la Bolivie et le Paraguay et il annonce un voyage sur le thème de 'la justice sociale'. L'Equateur se prépare à l'arrivée du Souverain pontife. Ce sera la première étape du pape. Il y célèbrera deux messes en plein air et il rencontrera Rafael Correa, le président équatorien qui se présente comme un 'catholique humaniste de gauche.' 'C'est merveilleux pour notre pays' dit une équatorienne impatiente. 'C'est un grand privilège pour tous, c'est la confirmation de la foi des Équatoriens. La visite du pape est une bénédiction pour le pays.' 'J'espère que la visite du pape apportera à l'Equateur l'unité et nous aidera à oublier les conflits politiques' explique un homme. 'Nous espérons un message d'unité.' Deuxième étape en Bolivie, sous la neige, et où les prélats boliviens annoncent une visite de 'réconciliation et de renouveau' pour rapprocher les descendants des Incas et ceux des conquérants espagnols. Le pape François rencontrera le président Evo Morales qui, en 2008, avait dit que l'Église catholique était 'un instrument de domination qui apportait injustice et inégalité.'
Publicité