Vidéos A la une
Des dizaines de milliers de Polonais ont manifesté ce samedi à Varsovie, et dans d'autres villes du pays, pour protester contre ce qu'ils estiment être les tendances autocratiques du gouvernement. Les anciens présidents Bronislaw Komorowski et Alexander Kwasniewski avaient pris la tête de ce cortège. Les manifestants dénoncent les réformes conduites par le parti Droit et Justice, notamment le renforcement le contrôle des médias et la diminution des pouvoirs de la Cour constitutionnelles. De son côté, la Commission Européenne fait elle aussi pression sur Varsovie pour que le gouvernement polonais abroge ses réformes constitutionnelles.
Vidéos A la une
Au Kazakhstan, plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées ce samedi après avoir tenté de manifester contre le gouvernement dans plusieurs villes du pays. Ces rassemblements visaient à dénoncer un projet de réforme agraire censé faciliter l'accès aux terres pour les étrangers. Ce genre de manifestation est rare au Kazakhstan, un pays dirigé par Noursoultan Nazarbaïev depuis 1990.
Vidéos A la une
Ils ne veulent plus de Nicolás Maduro. Plusieurs milliers de manifestants ont à nouveau défilé à Caracas et ailleurs au Venezuela pour réclamer la révocation du chef de l'Etat, par le biais d'un référendum. Quelque deux millions de signatures en ce sens sont actuellement examinées par le Conseil national électoral (CNE), mais cette institution, réputée proche du gouvernement, est accusée de retarder le processus, ce qui déclenche la colère de l'opposition. Des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. Nicolás Maduro cristallise le mécontentement d'une population qui souffre de plus en plus de la crise économique, liée en grande partie à la chute des cours du pétrole. Le pays est confronté à des pénuries de produits de première nécessité et à des coupures de courant. Selon un sondage, près de 70 % de la population souhaite le départ du président et la tenue de nouvelles élections. Avec AFP
Vidéos A la une
Des dizaines de personnes ont manifesté ce lundi au Caire, malgré les vives interdictions du gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi. La police s'était massivement déployée avec l'armée pour les disperser rapidement à coup de grenades lacrymogènes. Pour ce 25 avril, jour férié commémorant la restitution du Sinaï par Israël en 1982, plusieurs mouvements laïcs et de gauche avaient appelé à manifester contre la politique répressive du gouvernement. Le président Sissi, dont le pouvoir réprime violemment toute opposition, avait prévenu dimanche, comme le ministère de l'Intérieur, que la police et l'armée empêcheraient tout rassemblement, par la force au besoin. Les forces de l'ordre ont arrêté depuis quatre jours dans des rafles des dizaines de jeunes opposants, d'avocats et de responsables d'organisations de défense des droits de l'Homme qui appelaient à manifester, selon les ONG. Les forces de sécurité ont arrêté plusieurs personnes, dont des journalistes égyptiens et étrangers, rapidement relâchés pour la plupart. Plus aucune manifestation n'était signalée en fin de journée.
Vidéos A la une
Une loi d'amnistie pour les prisonniers politiques a été votée au Venezuela. Le parlement a approuvé le texte à l'issue d'un deuxième débat de près de huit heures. Une victoire pour les députés d'opposition, majoritaires au parlement. Mais une victoire qui s'annonce de courte durée. Le président chaviste Nicolas Maduro a aussitôt annoncé qu'il lui opposerait son véto. 'Ils ont approuvé une loi destinée à protéger les assassins, les criminels, les trafiquants de drogue et les terroristes. C'est ça la vérité, a martelé Nicolas Maduro. Et soyez assurés que cette loi ne passera pas. Non Monsieur.' Le texte devrait être renvoyé devant le Tribunal suprême de justice, la plus haute autorité judiciaire du pays, réputée proche du pouvoir. Il prévoit la libération de 76 prisonniers politiques et l'amnistie de centaines de Vénézuéliens poursuivis ou exilés en raison de leur opposition au pouvoir chaviste. Parmi les figures de l'opposition actuellement derrière les barreaux se trouve Leopoldo Lopez, condamné à près de 14 ans de prison pour incitation à la violence lors de manifestations anti-gouvernementales en 2014. Avec AFP
Vidéos A la une
En Angola, un rappeur célèbre, Luaty Beirao, et 16 autres opposants politiques ont été condamnés à des peines de 2 à 8 ans de prison. Ils étaient poursuivis pour rébellion et tentative de coup d'Etat contre le président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 37 ans. Ces jeunes condamnés (ils ont entre 19 et 33 ans) sont professeurs, universitaires, ingénieurs ou encore étudiants.
Vidéos A la une
Des partisans de l'ancien oligarque Mikhaïl Khodorkovski ont été visés par une série de perquisitions. Il s'agit d'employés du mouvement Open Russia, fondé par cet opposant en exil à Londres, pour rassembler des forces pro-européennes. Les autorités russes évoquent, elles, des opérations liées à la procédure de démantèlement du groupe pétrolier Ioukos que dirigeait Mikhaïl Khodorkovksi. Début décembre, l'ancien oligarque a appelé à une 'révolution' en Russie, dénonçant un 'coup d'État' du président russe dont il juge le pouvoir 'illégitime'. Avec AFP
Vidéos A la une
Au moins sept civils tués et 23 blessés dans des affrontements avec la police ce lundi à Djibouti selon un bilan des autorités. L'opposition fait quant à elle état de près de 20 morts et décrit des policiers tirant à balles réelles sur des civils. Cela s'est produit lors d'une cérémonie traditionnelle, non loin de la capitale Djibouti-ville. Avec AFP
Vidéos A la une
Interview de Maël de Calan, chef de file de l'opposition au Conseil départemental dans le cadre d'une nouvelle séance plénière dans le Finistère.
Vidéos A la une
L'opposition vénézuélienne prend le pouvoir. Emmenée par Henrique Capriles, la coalition de la Table de l'unité démocratique (MUD) décroche 112 des 167 sièges du parlement grâce au ralliement de trois députés indigènes. Soit une majorité des deux tiers acquise lors des législatives de dimanche, mais dont les résultats n'ont été confirmés qu'hier. Une majorité qui lui permet de convoquer un référendum ou de former une assemblée constituante. Venezuela: l'opposition devra batailler pour être un contre-pouvoir face au chavisme https://t.co/Fz0iw0yPjA #AFP pic.twitter.com/a5bNDz9J7C- Agence France-Presse (@afpfr) 8 Décembre 2015 Un véritable camouflet pour le président Nicolas Maduro, héritier du défunt Hugo Chavez. Le chef de l'État veut restructurer le gouvernement, il a donc demandé à ses ministres de démissionner. Mais il a déjà annoncé qu'il refuserait toute amnistie des prisonniers qualifiés de politiques par l'opposition.
Vidéos A la une
Interview de Mélanie Allain, porte-parole de l'opposition, qui a démissionné du Conseil municipal de Plobannalec-Lesconil dans le cadre de l'actuelle crise municipale que traverse la commune.
Vidéos A la une
Moment historique pour la Birmanie. Le président du parti au pouvoir a reconnu sa défaite face au parti de l'opposante et prix Nobel de la paix...
Vidéos A la une
Au cours d'une session parlementaire houleuse, l'opposition kosovare a trouvé un moyen efficace pour suspendre les débats. L'usage de gaz lacrymogènes. Ce n'est pas la première fois que se produit ce genre d'incidents mais en dépit de mesures de sécurité renforcées, un député est parvenu à activer une bombe lacrymogène dans l'hémicycle. Au coeur des griefs de l'opposition, un accord visant la normalisation des rapports avec la Serbie. Accord qui selon elle pourrait compromettre l'indépendance du pays, une indépendance qui remonte à 2008 mais qui n'est toujours pas reconnue par la Serbie.
Vidéos A la une
Échauffourées entre police et manifestants dimanche soir devant le Parlement à Podgorica, la capitale du Monténégro. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule qui réclame la démission du Premier ministre Milo Djukanovic, la formation d'un gouvernement de transition et l'organisation d'élections anticipées.
Vidéos A la une
Selon des informations françaises et américaines, les frappes russes en Syrie de mercredi et jeudi dernier n'ont pas visé les terroristes de Daesh, mais l'opposition au régime de Bachar Al Assad, ce qui inquiète les réfugiés qui ont fui les exactions de ce régime. "La réhabilitation de Bachar al-Assad renforce Daesh. Sans réagir, le terrorisme va toucher l'Europe, va toucher Paris, va toucher toute la France et 10 millions de réfugiés vont arriver vers l'Europe", a jugé Fahad Al Masri, réfugié en France depuis une vingtaine d'années.
Vidéos A la une
Migrants, extrêmes, écologistes, etc. Le point sur le discours de clôture de l'université d'été du PS du Premier ministre Manuel Valls.
Vidéos A la une
Attentat islamiste ou politique ? Le pouvoir thaïlandais semble avoir tranché : 'Dans notre pays, il y a des individus ou groupes d'individus qui cherchent à détruire la Thaïlande. Les tentatives de destruction en cours ont sans doute un motif politique. Elles visent, pour on ne sait quelle raison, l'économie et le tourisme', a déclaré le Premier ministre Prayuth Chan-Ocha. Ces individus ou groupes qu'il dénoncent ne sont autres que les fameuses chemises rouges, ses opposants farouches, un mouvement né en 2006 en soutien à l'ex-Premier ministre renversé par la junte. En Thaïlande, la situation complexe peut se résumer à une opposition de couleurs: les rouges contre les jaunes, ou pour simplifier les pauvres contre l'élite, les classes populaires anti-dictature militaire contre les intellectuels et les classes supérieures, anti-corruption et défenseurs de la monarchie. Le fief des premiers se situe au nord du pays, une zone qui regroupe près du tiers des populations les plus pauvres. Les autres sont concentrés autour de la capitale et dans le Sud, plus riche, car touristique. L'homme qui accuse les rouges d'être derrière l'attentat et de vouloir frapper au coeur les richesses du pays est celui qui, il y a un an, s'emparait du pouvoir à la faveur d'un coup d'état. Avant de revêtir un costume civil, le général Prayuth Cha Ocha fut le chef de l'armée, qui déclare en mai 2014 la loi martiale après plusieurs mois de crise politique et s'empare du pouvoir, avec le soutien du roi. Il a fait destituer Yingluck Shinawatra, soeur de l'ancien Premier ministre, élue lors des législatives de 2011. Une affaire de clan et de famille aussi avec l'armée et la monarchie d'un côté, et le clan Shinawatra de l'autre. Cette bataille dure depuis plus de dix ans, depuis l'arrivée au pouvoir de Thaksin, homme d'affaires milliardaire, grâce à un programme populiste qui sait séduire les couches les moins aisées. Son gouvernement est rongé par la corruption et les affaires mais il a toujours ses supporters. Les chemises rouges n'ont jamais lâché prise depuis le coup d'Etat de 2006 qui avait renversé Thaksin, et encore moins depuis le dernier qui a renversé sa soeur. Ils continuent de réclamer le retour au pouvoir du clan, légitimé par les urnes, à la différence de la junte, dont le coup de force a été condamné par la communauté internationale. Elle a tout à gagner à accuser le camp des rouges d'être impliqué dans l'attentat, car elle pourrait ainsi renforcer son pouvoir et son emprise sur le pays.
Vidéos A la une
Tams tams et applaudissements nourris à la proclamation des résultats des législatives au Sri Lanka. Le Parti national uni, au pouvoir depuis janvier a remporté le scrutin avec 106 sièges, à sept sièges seulement de la majorité absolue. Le Premier ministre sortant Ranil Wickremesinghe est donc quasiment assuré de rester à son poste. Il devrait pouvoir compter sur l'appui des mouvements fidèles à l'actuel président Maithripala Sirisena. Pour l'ancien homme fort du pays Mahinda Rajapakse, l'échec est cinglant. Il a reconnu sa défaite avant même l'annonce officielle des résultats. Avec ce scrutin, l'ancien président espérait revenir sur le devant de la scène politique comme Premier ministre. Rajapaksa, l'ex-homme fort du Sri-Lanka, rate son retour sur la scène politique http://t.co/2356xbl0dE pic.twitter.com/fCUuEkYcHP- FRANCE 24 Français (@France24_fr) 18 Août 2015 Les élections de lundi figurent parmi les plus pacifiques qu'ait connues le Sri Lanka, meurtri par plus de trois décennies de guerre civile. Avec AFP, Reuters
Vidéos A la une
Toujours pas d'accord sur un gouvernement de coalition en Turquie : les négociations se poursuivaient ce lundi, cette fois avec le parti nationaliste MHP. Mais comme avec les socialistes du CHP, c'est encore l'impasse, six jours avant la date limite pour trouver une solution. Les partis d'opposition accusent le Premier ministre de ne proposer qu'une coalition temporaire, avant des élections anticipées annoncées à l'automne. Cette crise politique intervient dans un climat de tension avec le PKK, qui multiplie les attaques contre militaires et policiers. Le président Erdogan poursuit sa politique de fermeté face aux rebelles kurdes, et manifeste aussi toujours son désir d'élargir ses pouvoirs. Une situation générale tendue en Turquie, qui pèse aussi sur l'économie. La monnaie turque a dégringolé, battant un nouveau record de faiblesse ce lundi matin face au dollar et l'euro.
Vidéos A la une
Au Venezuela, l'un des principaux leaders de l'opposition a été libéré de prison. Daniel Ceballos a été assigné à résidence dans l'attente de son procès. Emprisonné pendant plus d'un an pour 'rébellion civile', il souffre de problèmes de santé depuis sa grève de la faim en juin dernier. 'Non, je ne peux pas remercier le gouvernement qui a emprisonné mon mari, explique son épouse. Je n'ai pas à les remercier. Ils font ce qu'ils auraient dû faire dès le premier jour' Celui qui fut le maire de San Cristobal jusqu'à son arrestation n'a pas été autorisé à rentrer chez lui. Il a été assigné à Caracas, à plus de 800 kilomètres de son fief. Daniel Ceballos est poursuivi aux côtés d'un autre opposant, Leopoldo Lopez, pour avoir participé aux manifestations anti-gouvernementales en 2014. Sa libération intervient à quatre mois des élections législatives au Vénézuela, où pour la première fois, l'opposition pourrait l'emporter. Le contexte de crise économique y est pour beaucoup. La population doit faire face à la pénurie des produits de base et les pillages dans les magasins se multiplient.
Politique
Alors que les chiffres du chômage pour le mois de juin ont été dévoilés par Pôle Emploi lundi soir, certains membres de l’opposition remettent en cause la stabilisation annoncée.
Vidéos A la une
Apolline de Malherbe s'est intéressée à la position de l'opposition face la crise de l'élevage. Face à la crise majeure que traverse le secteur, "Les Républicains" n'ont eu de cesse de demander au gouvernement d'agir vite et de devancer celle-ci dont tous les observateurs prédisaient pourtant sa gravité. En effet, l'opposition estime que sans la très forte mobilisation des agriculteurs, l'État n'aurait pas présenté ce tardif et précipité plan d'urgence. Elle pense que "pour une fois l'opposition a joué son rôle. Cette fois-ci elle a été extrêmement présente sur le dossier".
Vidéos A la une
Quatre jours après le voyage de Manuel Valls à Berlin, ce n'est plus tant le vol lui-même qui fait polémique mais plutôt la communication laborieuse du Premier ministre. La gauche ironise, prétextant un faux débat. Le reste de la classe politique s'en donne à coeur joie. Pour certains, il s'agit bien là d'une faute éthique. L'opposition réclame le remboursement du voyage, effectué aux frais du contribuable.
Vidéos A la une
Au lendemain d'une grève des enseignants, le décret qui concrétise la réforme contestée du collège a été publié ce mercredi au Journal officiel. L'opposition dénonce un véritable passage en force et demande son abrogation. "La brutalité en politique est l'arme des faibles", met en garde Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. "Il faut aller vite et former les enseignants pour préparer la rentrée 2016", s'est défendu Manuel Valls devant les députés.
Vidéos A la une
Six groupes et partis ont rejoint la coalition formée par le parti RPR-Parnas, dirigé jusqu'à son assassinat par Boris Nemtsov, et par le parti du Progrès de l'opposant numéro un au Kremlin Alexeï Navalny. Absents du parlement et marginalisés par l'omniprésence du parti au pouvoir, Russie unie, ces partis veulent présenter une liste unie aux 3 élections locales prévues en septembre. 'Bien sûr, nous nous rendons compte qu'il y aura une forte volonté de nous neutraliser, car nous avons toutes les chances de gagner les élections. Il est très important pour nous de surmonter ces obstacles et de montrer que pour la première fois en 13 ans, notre coalition est parvenue à commencer à briser les obstacles pour obtenir une représentation politique', affirme Alexei Navalny. Avocat et blogueur charismatique, Alexeï Navalny a reconnu que l'assassinat de Boris Nemtsov fin février et la manifestation du 1er mars pour la défense du pluralisme ont été des 'vrais coups de fouet' pour aller de l'avant.
Vidéos A la une
Le parti du Centre de Juha Sipilä remporte les élections législatives. L'ex-homme d'affaires, qui a promis une rupture avec une coalition gouvernementale sortante paralysée par les dissensions droite-gauche, devrait être le futur Premier ministre. Le conservateur Alexander Stubb, chef du gouvernement sortant a reconnu sa défaite ce dimanche. Des projections indiquaient que les Vrais Finlandais, parti de droite eurosceptique, seraient en deuxième position. Yuha Sipilä, qui a refusé de dire avec qui il souhaitait gouverner, devrait avoir un large choix pour trouver des partenaires. 'La situation de la Finlande est très difficile et il faudra un projet de 10 ans pour la remettre en forme, a prévenu Yuha Sipila. Et c'est une combinaison de coupes, de réformes et de croissance dont nous aurons besoin à l'avenir'. Le parti du Centre a promis la création de 200 000 emplois en 10 ans, le taux de chômage de 9,2% étant au plus haut depuis 2003 dans le pays. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
En Syrie les combats meurtriers continuent. Au moins cinq personnes ont été tuées, huit selon la télévision officielle, et des dizaines blessées par des obus tirés ce samedi par les rebelles contre le quartier chrétien de Souleimaniyé à Alep. En réponse, l'armée syrienne largue quotidiennement des barils d'explosifs sur les secteurs rebelles. L'armée syrienne aurait attaqué le camp de réfugiés de Yarmouk, dans le sud de Damas. 90% du camp est tombé dans les mains de l'Etat islamique. 'Après plus de deux ans d'un siège sans merci, expliquait il y a deux jours le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, 18.000 réfugiés palestiniens et syriens sont maintenant pris en otage par Daesh et d'autres extrémistes. Notre camp de réfugiés commence à ressembler à un camp de la mort. Nous avons des informations inquiétantes évoquant un assaut massif contre le camp et les civils.' L'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie est attendu à Damas pour évoquer la crise humanitaire dans le camp de Yarmouk. Les habitants y sont menacés par la famine.
Vidéos A la une
Des pourparlers étaient organisés depuis le début de la semaine à Moscou entre représentants du gouvernement syrien et une partie de l'opposition. Ces pourparlers se sont achevés ce vendredi sans aucune avancée pour trouver une solution au conflit. Les délégations s'étaient déjà rencontrées dans la capitale russe en janvier, sans que le moindre résultat ne soit obtenu. 'On ne se faisait pas d'illusion sur le fait que cette conférence apporte des solutions à tous les problèmes, a reconnu Qadri Jamil, ancien ministre syrien, mais nous sommes arrivés à nous entendre sur un certain nombre de points'. Problème : les groupes d'opposition les plus représentatifs n'étaient pas à Moscou, soit qu'ils avaient boycotté le rendez-vous, soit qu'ils n'y avaient pas été conviés. Ce qui fait dire à l'opposant Samir Aïta que le document établi ici à l'issue des discussions 'n'(aidait) pas à susciter de l'espoir. Au contraire !' Les délégations se sont séparées sans fixer de date pour une nouvelle rencontre. Ce conflit en Syrie a éclaté il y a plus de 4 ans. Il a fait plus de 215 000 morts et des millions de déplacés.
International
Farouche opposant de Vladimir Poutine, le Russe Boris Nemtsov a été abattu de plusieurs balles dans la nuit de vendredi à samedi à Moscou. Un assassinat qui a provoqué de nombreuses réactions de la communauté internationale.
Vidéos A la une
Boris Nemtsov, l'une des figures de l'opposition en Russie, a été assassiné ce soir à Moscou. L'information annoncée dans un premier temps par des agences russes, a été confirmée. Boris Nemtsov a été atteint de quatre balles dans la poitrine, alors qu'il se trouvait dans le centre de la capitale russe, non loin du Kremlin. Une enquête est en cours. Âgé de 55 ans, Boris Nemtsov était connu pour son combat mené contre la politique du président Poutine. Il était, avec Garry Kasparov, l'un des leaders du mouvement Solidarnost. Au cours de sa carrière, il fut notamment ministre de l'Énergie sous Boris Eltsine. En 2009, il s'était présenté à la mairie de Sotchi.

Pages

Publicité