Vidéos A la une
L'université d'été du PS à Nantes n'aura pas lieu, annulée pour des raisons sécuritaires. Le député Olivier Faure estime que cette décision est raisonnable mais tous les socialistes ne sont pas de cet avis. La sénatrice Marie-Noëlle Lienemann y voit un décalage entre le parti et les Français, tandis qu'Olivier Baumel souligne un climat "mauvais".
Vidéos A la une
Olivier Faure, porte-parole du PS, a réagi à la disparition de Michel Rocard ce samedi 2 juillet. "C'est une immense tristesse, une blessure. Il va laisser un grand vide. Il a toujours été pour certains d'entre nous plus qu'un homme politique pour nous tous. Il a beaucoup marqué nos vies militantes". Il a également ajouté : "Il était profondément attaché au parti socialiste mais ne voulait pas être le héros particulier d'une gauche, il pensait qu'il faisait partir d'une histoire, d'une famille. Il était de ce point de vue, un être singulier".
Vidéos A la une
POLITIQUEMENT SHOW. Invité de l'émission sur LCI, ce jeudi, Olivier Faure, porte-parole du PS s'est exprimé sur le duel au sujet de la loi Travail qui oppose Manuel Valls, Premier ministre et Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Pour le député de Seine-et-Marne, il faut passer "du syndicalisme de protestation au syndicalisme de négociation".
Vidéos A la une
Olivier Faure, porte-parole du Parti socialiste, craint que Jean-Luc Mélenchon et le Parti de gauche, en présentant une liste conjointe avec EELV aux régionales en région PACA et dans le Nord-Picardie, ne provoquent la défaite des socialistes. "La division nous savons déjà ce ce qu'elle produira" explique le porte-parole.
Vidéos A la une
Il y a trois ans, François Hollande remportait l'élection présidentielle et s'installait à l'Elysée. Trois ans plus tard, l'effervescence et la joie de la victoire du 6 mai 2012 ont laissé place au désenchantement. Aujourd'hui, 81% des Français estiment que le bilan des trois ans de François Hollande est négatif, selon un sondage CSA pour Atlantico. Et le reproche principal que lui adressent ses concitoyens, c'est l'absence de résultats sur le plan économique et social. En clair : le chômage continue de progresser, malgré les promesses. Sa personnalité est aussi mise en cause : 42% estiment que son comportement n'est pas à la hauteur de la fonction présidentielle. Pire : un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui en France publié hier révèle que 70% des Français préfèrent que Manuel Valls représente le PS à la prochaine élection présidentielle. Il reste désormais deux ans au président. Deux ans pour tenter d'inverser la courbe du chômage et par la même occasion celle des sondages. Il reste quelques raisons d'espérer : la croissance pourrait timidement passer au-dessus des 1%. Le chef de l'Etat pourrait alors vanter l'efficacité de ses réformes. Les déchirements familiaux au Front national et politiques à l'UMP pourraient également jouer en sa faveur. Mais ces éléments restent bien incertains. Il reste deux ans à François Hollande pour reconquérir les Français, à commencer par ceux de son propre camp. François Hollande peut-il encore remporter l'élection présidentielle de 2017 ? Ses réformes économiques porteront-elles leurs fruits ? Comment regagner la confiance des Français ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et porte-parole du PS Arnaud Viviant, rédacteur en chef de la revue Charles Jean-Sébastien Ferjou, directeur de la publication d'Atlantico.fr Yves Jégo, député UDI de Seine-et-Marne Question JDD : François Hollande peut-il remporter l'élection présidentielle de 2017 ?
Vidéos A la une
67 départements, dont 28 enlevés à la gauche : c'est le bilan triomphal de la droite, grande gagnante du scrutin d'hier. La gauche quant à elle essuie une très lourde défaite. Elle se maintient dans seulement 34 départements, alors qu'elle en dirigeait une soixantaine. Le FN ne prend finalement la tête d'aucun département, mais enregistre un succès historique pour des élections locales. Contrairement à ce qu'il ambitionnait, le parti de Marine Le Pen ne parvient pas à remporter l'Aisne ou Vaucluse. Mais il bouleverse tout de même la donne dans ces deux départements dans lesquels ni la gauche, ni la droite ne sont parvenues à dégager une majorité claire. Dès l'annonce des résultats, Manuel Valls a reconnu la défaite de la gauche, et dit avoir " entendu le message " des Français. Néanmoins, il a réaffirmé la poursuite du programme économique fixé par son gouvernement. Côté vainqueur, Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il allait accélérer " la préparation d'un projet républicain d'alternance, un projet fort, réaliste et profondément nouveau ". Reconnu comme celui qui a su rassembler la droite et le centre pour les départementales, il semble reconquérir sa place dans le paysage politique français après des débuts difficiles. Le FN est-il en passe de devenir une vraie force d'opposition face au bipartisme ? Les résultats de ces élections départementales sont-ils révélateurs de l'issue des présidentielles de 2017 ? Le succès de l'union de la droite est-il parti pour durer ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et porte-parole du PS Philippe Vigier, président du groupe UDI à l'Assemblée nationale David Rachline, sénateur FN du Var Pascal Perrineau, politologue et professeur à Sciences-po Paris Question JDD : Manuel Valls doit-il démissionner du gouvernement ?
Vidéos A la une
"Quand on va perdre des départements entiers, évidemment, personne ne peut prétendre à la victoire." Olivier Faure, le porte-parole du Parti socialiste, n'a pas épargné sa famille politique dimanche, au soir du premier tour des élections départementales. Selon lui, le score du PS (24 %), très loin derrière l'UMP et l'UDI (36%), est "évidemment" une défaite. Le député de Seine-et-Marne regrette par ailleurs que son département est "d'ores et déjà perdu pour la gauche".
Vidéos A la une
C'est une victoire, mais une victoire serrée pour le parti socialiste dans le Doubs. Frédéric Barbier remporte la législative partielle avec 51,3% des voix face à la frontiste Sophie Montel. 863 voix les séparent, alors pas de triomphalisme pour le vainqueur, qui a simplement remercié les " forces républicaines ". Dans un communiqué, Jean-Christophe Cambadélis reconnaît que si " cette victoire est une éclaircie, elle ne constitue en rien une embellie. Pour 2017, le danger demeure, non pas d'un 21 avril inversé mais d'un 21 avril aggravé ". En revanche, du côté du Front national, cette défaite a un goût de victoire. Sophie Montel a estimé que son parti était " le grand vainqueur " de ce scrutin. " Voici une défaite qui annonce bien des victoires ! " s'est réjoui Marion Maréchal-Le Pen sur twitter. Au cours de la semaine dernière, cette législative partielle a provoqué querelles et polémiques au sein de l'UMP, dont le candidat a été éliminé au premier tour. Après de longues tergiversations, le parti de Nicolas Sarkozy a adopté la ligne du " ni-ni ", ni PS, ni FN. Aujourd'hui, difficile de savoir dans quelle mesure les électeurs de droite ont suivi la consigne de leur état-major. Un point positif pour le PS : cette élection partielle est la première que le parti au pouvoir remporte depuis le début du quinquennat. Peut-être la traduction dans les urnes du léger regain de popularité de l'exécutif depuis les attentats du mois dernier. Le PS reprend-il le chemin de la victoire ? L'UMP a-t-elle une responsabilité dans le bon score du FN, ou au contraire dans la victoire du PS ? L'Assemblée nationale pourrait-elle accueillir plus de députés FN qu'aujourd'hui en 2017 ? Le parti de Marine Le Pen pourrait-il constituer un groupe parlementaire lors de la prochaine législature ? Les invités d'Arnaud Ardoin en parlent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et porte-parole du PS Florian Philippot, vice-président du FN et député européen Gérard Grunberg, politologue au Centre d'études européennes de Sciences Po et animateur du site Telos Judith Waintraub, journaliste au Figaro Question JDD :L'UMP doit-elle changer de stratégie face au FN ? Réagissez en direct durant l'émission, via Twitter, avec le hashtag #CVR.
Vidéos A la une
François Asselin, président de la CGPME, et Olivier Faure, porte-parole du Parti socialiste, député et auteur du rapport "Les relations entre l'État et les sociétés concessionnaires d'autoroutes", étaient les invités de BFM Story. 2014 est la 7ème année de l'augmentation du chômage. La France a enregistré 8 100 de demandeurs d'emploi de plus en décembre. La hausse totale atteint 189 100 en 2014, soit 15 000 nouveaux chômeurs de plus qu'en 2013. L'Hexagone flirte désormais avec la barre des 3,5 millions de chômeurs et la hausse devrait se poursuivre cette année. Alors faut-il remettre en cause le code du travail ? Le patronat a revendiqué de longue date sa simplification. Car la législation en matière de travail constituerait un obstacle à la compétitivité et à la création d'emplois, donc, un frein à l'embauche. Rappelons que le code du travail a doublé de volume en l'espace de 25 ans.
Vidéos A la une
Thierry Mandon a lancé ce matin un pavé dans la mare en évoquant des primaires ouvertes à gauche pour 2017.Certains membres du PS, comme Benoît Hamon ou Olivier Faure, y semblent plutôt favorables, tout comme certains écologistes. Au gouvernement, cette position embarrasse.
Vidéos A la une
Le face à face a opposé Olivier Faure, porte-parole du Parti socialiste, député de Seine-et-Marne et Franck Riester, député UMP de Seine-et-Marne, maire de Coulommiers. Ces derniers ont réagi sur la mort de Christophe de Margerie, le président du groupe Total. De nombreuses personnalités politiques lui ont rendu hommage.
Vidéos A la une
Marc Le Fur, député UMP, vice-président de l'Assemblée, et Olivier Faure, député et porte-parole du Parti socialiste étaient sur le plateau de BFM Story. Focus sur les allocations familiales, qui vont être modulées en fonction des revenus à partir de 2015. Pour Marc Le Fur, la modulation des prestations familiales est "une très mauvaise idée et une rupture historique parce que les allocations pour toutes les familles, c'est le principe de l'universalité". Par contre, Olivier Faure estime que "si on veut faire des économies, il vaut mieux les faire avec les gens qui en ont les moyens qu'avec ceux qui sont les plus modestes".
Vidéos A la une
Le premier socialiste a avoir réagit au retour de Nicolas Sarkozy sur les réseaux sociaux est le député Olivier Faure qui écrit que "la deuxième saison de la série Sarkozy commence mal". Alexis Corbiere déclare lui qu'au "vu du vide de ses propositions, les 140 signes de Twitter suffisaient".
Vidéos A la une
"Le retour de Nicolas Sarkozy aura au moins un mérite, celui de faire ce fameux bilan, cet inventaire", a estimé vendredi Olivier Faure, porte-parole du PS.
Vidéos A la une
"Nous devons faire fructifier le dialogue" avec les frondeurs, a affirmé depuis l'Assemblée Olivier Faure, porte-parole du PS. "Si je n'étais pas en accord avec Manuel Valls, je voterais contre sans aucune difficulté", a-t-il avoué avant de débattre rapidement de la politique économique avec Hervé Mariton, invité sur le plateau de LCI.
Vidéos A la une
Le porte-parole du Parti socialiste, Olivier Faure, estime sur BFMTV lundi que la France devrait intervenir avec l'Union européenne en Irak.
Vidéos A la une
Retour sur le boycott de la conférence sociale de François Hollande par deux syndicats majeurs, la CGT et FO, avec Olivier Faure, député PS de Seine-et-Marne, et Yves Jégo, député de Seine-et-Marne et président par intérim de l'UDI.
Vidéos A la une
Le député PS a défendu mardi devant l'Assemblée nationale la réforme ferroviaire dénonçant "le morcèlement des responsabilités" qui existe actuellement et qui conduit selon lui "à prévoir l'achat de trains qui ne correspondent pas forcément aux quais".
Vidéos A la une
Reconduction de la grève. Telle a été la décision prise par la CGT vendredi dernier, trois jours après le début du mouvement social, visant à dénoncer le projet de réforme ferroviaire présenté ce mardi à l'Assemblée nationale. Un texte qui prévoit notamment la fusion de Réseau ferré de France, qui gère les infrastructures du train, avec la SNCF. La CGT, qui a choisi d'ignorer l'injonction du Président de la République pour la fin de la grève, réclame un débat public sur la réforme, alors que le gouvernement a d'ores-et-déjà signé un accord avec la CFDT et l'UNSA. Alors que le baccalauréat débute aujourd'hui avec la sacro-sainte épreuve de philosophie, les nombreux candidats risquent-ils d'être pénalisés, malgré la "bienveillance" promise par le Ministère de l'éducation nationale à l'égard des retards éventuels ? Le mouvement peut-il se prolonger dans les semaines à venir, jusqu'à la période des départs en vacances ? La CGT peut-elle obtenir gain de cause sans union syndicale ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de "ça vous regarde" en parlent ce soir.
Vidéos A la une
Ce mercredi, le ministre des finances Michel Sapin, ainsi que le secrétaire d'État au budget Christian Eckert, sont auditionnés par les députés, sur le projet de loi de finances rectificative pour 2014, après délibération en Conseil des ministres un peu plus tôt dans la journée. Le gouvernement entame une séquence politique délicate avec la présentation des textes de mise en oeuvre du pacte de responsabilité et des baisses de cotisations pour les entreprises financées par un coup de frein sur les dépenses publiques, ce qui n'est pas pour plaire à l'aile gauche de la majorité. L'essentiel du PLFR est déjà connu, son objectif prioritaire étant de dégager quatre milliards d'euros d'économies pour rattraper le " dérapage " des comptes publics constaté fin 2013 en raison de rentrées fiscales inférieures aux prévisions. 1,6 milliards seront à la charge de l'Etat, sous la forme d'annulations de crédits, et 2,2 milliards proviendront de la sécurité sociale via notamment le gel d'un certain nombre de prestations. Michel Sapin a déjà annoncé que l'ensemble serait financé par des économies et qu'aucun impôt supplémentaire ne viendrait s'y ajouter. La politique de rigueur va-t-elle s'accélérer ? Le climat social tendu entre les grèves à la SNCF, dans le spectacle et chez les chauffeurs de taxi, peut-il faire tâche d'huile ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos A la une
Olivier Faure, porte-parole du Parti socialiste, député de Seine-et-Marne, et Guillaume Peltier, vice-président de l'UMP, co-fondateur de la "Droite forte" et maire de Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher). Retour sur la ligne de conduite de François Hollande après les élections européennes. Suite à la victoire du FN, le Président s'est exprimé lundi, et signale que sa ligne de conduite ne déviera pas. Il maintiendra la feuille de route qu'il a fixée à Manuel Valls.
Vidéos A la une
Au lendemain de la victoire du FN aux élections européennes, Olivier Faure, invité sur RMC, explique qu'il s'agit bien là d'une claque pour la gauche. Le PS n'atteint pas les 14% des votes. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, porte-parole du PS, et Guillaume Peltier, co-fondateur de la Droite forte et maire de Neung-sur-Beuvron. Retour sur l'interview de François Hollande par...
Vidéos A la une
Retour sur le retournement économique annoncé par François Hollande, avec Thierry Mariani, vice-président de l'UMP, député de la 11ème circonscription des Français de l'étranger et Olivier...
Vidéos A la une
Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, porte-parole du Parti et Guillaume Peltier, co-fondateur de la Droite forte Socialiste et maire de Neung-sur-Beuvron. Retour sur la réaction d'une partie...
Vidéos A la une
Carlos Da Silva, député PS de l'Essonne et Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et secrétaire national du PS à la communication. Retour sur la passation de pouvoir entre Jean-Marc Ayrault et...
Vidéos A la une
Dernière ligne droite avant le second tour de l’élection municipale. Les tractations d’entre-deux-tours ont pris fin mardi soir, souvent non sans difficulté. Face au risque d’élection...
Vidéos A la une
Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, secrétaire national du PS à la communication et Guillaume Peltier, vice-président de l'UMP, cofondateur de la "Droite forte". Retour sur les différents...
Vidéos A la une
Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, secrétaire national du PS à la communication et Guillaume Peltier, vice-président de l'UMP, cofondateur de la "Droite forte". Retour sur la révélation...
Vidéos A la une
C’est une véritable bombe politique. Le Canard Enchaîné révèle que Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, aurait enregistré à son insu le chef de l’État durant son mandat...

Pages

Publicité