Revue du web
Avec Atlantico
Le glyphosate, l'herbicide le plus vendu au monde, est utilisé par une majorité d'agriculteurs dans le monde. Les cultures maraîchères en dépendent et apprendre à réduire son usage est un enjeu environnemental majeur. Cette question devient cruciale avec la probable interdiction de cet herbicide en Europe. Prenons du recul avec l’Association pour une agriculture écologiquement intensive, qui vient d’organiser un séminaire sur le sujet.
Revue du web
Avec Atlantico
Le glyphosate, l'herbicide le plus vendu au monde, est utilisé par une majorité d'agriculteurs dans le monde. Les cultures maraîchères en dépendent et apprendre à réduire son usage est un enjeu environnemental majeur. Cette question devient cruciale avec la probable interdiction de cet herbicide en Europe. Prenons du recul avec l’Association pour une agriculture écologiquement intensive, qui vient d’organiser un séminaire sur le sujet.
Vidéos Argent/Bourse
Bayer a lancé une OPA de 62 milliards de dollars, l'équivalent de 55 milliards d'euros, sur Monsanto. Cette offre représente la plus grosse opération jamais lancée par une entreprise allemande. Le groupe de chimie-pharmacie allemand souhaite acquérir la firme américaine spécialisée dans les biotechnologies afin de créer un géant mondial de l'agrochimie. - Le regard de Pierre-Henri de Menthon, directeur adjoint de la rédaction de Challenges. - 18h l'heure H, du lundi 23 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Benoist Apparu, député LR de la Marne, a été invité par Ruth Elkrief à réagir mercredi soir sur BFMTV aux propos polémiques de Luc Chatel lors du Conseil national des Républicains. Le député de la Haute-Marne avait déclaré: "Les Républicains doivent être le parti du principe d'innovation plus que du principe de précaution, le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotechs". Benoist Apparu ne le suit pas complètement sur le gaz de schiste en revanche il le rejoint sur les organismes génétiquement modifiés. "En quoi les OGM sont par principe un problème? Quelle est la difficulté française? Vous avez peut-être sur 300.000 OGM inventés, 10.000, 50.000 qui seront nocifs. Il faudra les écarter. Si demain on trouve un OGM qui permet par exemple de lutter efficacement contre le moustique tigre pour éviter les épidémies comme on les voit en ce moment en Amérique du Sud? Ce serait une très bonne chose", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
A une très large majorité le Parlement européen rejette une proposition de la Commission européenne sur l'importation d'OGM. Le texte voulait donner plus de liberté aux États membres pour autoriser ou non le commerce de produits destinés à l'alimentation humaine ou animale. Pour l'eurodéputé italien et rapporteur du texte au sein de l'hémicycle, Giovanni La Via, ce dispositif aurait été contraire aux règles du Marché unique avec en plus un retour aux contrôles douaniers au sein de l'Union. Ce système ouvrirait d'ailleurs une autre brèche. Il exposerait les États membres à des actions légales pour violation des règles du marché intérieur européen et du commerce international. Les multinationales qui produisent des OGM et les pays exportateurs pourraient ainsi déposer des plaintes auprès de l'Organisation mondiale du commerce ou la Cour de justice européenne. Les parlementaires demandent donc à la Commission de retirer son texte. Une perspective rejetée immédiatement par le Commissaire en charge de la Santé et de la Sécurité alimentaire.
Vidéos A la une
Les députés ont voté dans la nuit de mercredi à jeudi le projet de loi transposant les nouvelles règles européennes d'autorisation de mise en culture des OGM. Ainsi, leur mise en culture peut être interdite par la France, même en cas d'autorisation européenne. Mais certains députés voulaient profiter de l'occasion pour aller plus loin dans l'étiquetage des produits, à l'instar de l'UDI Bertrand Pancher : "Aujourd'hui, en France, certains produits ne sont pas étiquetés alors même qu'ils contiennent des OGM." Aujourd'hui, la mention "OGM" s'applique aux denrées, aux ingrédients et aux aliments pour animaux. Mais il n'est pas indiqué qu'une viande vient d'un animal nourri aux OGM. La question de l'étiquetage dépend d'un règlement européen. Mais la ministre de l'Écologie Ségolène Royal veut proposer une alternative : "Il est déjà possible de valoriser les produits issus d'animaux nourris sans OGM avec un étiquetage volontaire." Un sujet d'Elsa Mondin-Gava
Vidéos A la une
Dès l'an prochain, les pays européens qui le souhaitent pourront interdire la culture d'OGM sur leur sol. Commission, Parlement européen et Etats-membres ont trouvé un accord de principe. Des pays pourront notamment invoquer des raisons environnementales. Pour autant, seules les évaluations de l'Autorité européenne de sécurité des aliments serviront de référence, ce qui inquiète les associations environnementales, car l'Autorité n'a jamais rendu d'avis négatif sur les organismes génétiquement modifiés. Le risque pour les pays réfractaires aux cultures OGM serait alors de s'exposer à des poursuites des industriels. L'accord doit encore être validé par le Parlement européen en plénière.
Vidéos A la une
Les faucheurs volontaires qui avaient détruit 2 parcelles de tournesol ont été condamnés à 3 mois de prison avec sursis et 7000 de dommages et intérêts.
Vidéos A la une
Autoriser ou non la culture des OGM, les États européens pourront désormais choisir ! C'est le compromis trouvé par les gouvernements de l'Union européenne. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Interdire la culture d'OGM dans un pays européen ou sur une partie de son territoire, ce devrait être légalement possible selon un compromis trouvé après quatre ans de débat. Les ministres de l'Environnement ont presque tous voté pour. Une façon de régulariser une situation chaotique entre pro et anti. L'autorisation serait donnée à l'échelle européenne, et le pays réfractaire obtiendrait une sorte de dérogation. ' Ceux qui ne veulent pas autoriser cette culture peuvent d'abord demander au semencier, par l'intermédiaire de la Commission, de les exclure de sa zone géographique. Et si le semencier refuse, alors ils ont le droit de s'exclure seuls selon certains motifs, mais ce n'est pas une carte blanche ', a expliqué le commissaire européen à la Santé Tonio Borg. Parmi les raisons qui peuvent être invoquées, il y a celles qui relèvent des objectifs de politique agricole, de l'aménagement du territoire ou encore de l'impact socio-économique. Mais pour Greenpeace, c'est loin d'être convaincant. ' Le texte adopté ne fournit pas aux Etats membres une base juridique solide parce que les motifs qui peuvent être utilisés sont très vagues,ils ne marchent qu'à l'échelle locale. Et puis surtout, les préoccupations sanitaires et environnementales ne peuvent pas être invoquées pour justifier cette limitation des cultures transgéniques dans les Etats membres ', argumente Marco Contiero, le spécialiste des OGM pour la branche européenne de Greenpeace. Sept pays en Europe - dont la France et l'Allemagne - ont déjà unilatéralement choisi d'interdire les champs OGM, plus précisément le maïs MON810, le seul à être cultivé dans l'Union. Mais beaucoup d'autres attendent d'être autorisés, d'où l'impatience de la Commission à débloquer le dossier. Ceci dit, le Parlement européen a encore son mot à dire. Il devrait le faire à l'automne prochain. Le précédent était très chatouilleux sur la question des OGM. Reste à voir ce qu'en penseront les nouveaux élus.
Vidéos A la une
Un quatrième round de négociations entre Américains et Européens et toujours autant de méfiance dans les opinions publiques… Les représentants des deux parties se sont retrouvés à...
Vidéos A la une
La proposition de loi socialiste visant à interdire les OGM a été débattue mercredi 26 février en Commission. Déjà rejetée au Sénat, elle sera examinée en Avril par l’Assemblée qui...
Vidéos A la une
Rencontre avec Jacques Beauville, agriculteur, pour faire le point sur le flou qui règne autour du maïs OGM à quelques semaines des nouveaux semis.
Vidéos A la une
Tante Hilda, botaniste, conserve dans son musée végétal des milliers de plantes du monde entier. Une nouvelle céréale génétiquement...
Vidéos A la une
Le gouvernement bruxellois veut bannir la culture d'organismes génétiquement modifiés de son territoire. L'exécutif régional a adopté un...
Vidéos A la une
Monsanto va retirer toutes ses demandes d’homologation en cours pour de nouvelles cultures OGM dans l’Union européenne. En cause : le manque de perspectives commerciales pour le semencier américain. Cette décision concerne notamment du soja et du maïs, mais pas la demande de renouvellement du...
Vidéos A la une
Deux millions de personnes dans le monde ont manifesté contre les OGM selon les organisateurs. Objectif de “La marche contre Monsanto”, obtenir plus de contrôle sur les semences génétiquement modifiées produites à 90% par le géant américain Monsanto. “Les gens ont le droit de savoir ce qu’ils...
Société
Plusieurs dizaines de militants anti-OGM ont forcé l’entrée du semencier américain Monsanto à Trèbes, dans l’Aude, afin de manifester leur mécontentement ce lundi.
Publicité