Vidéos A la une
"Je tombe de ma chaise !". C'est là la réaction de Dominique de Montvalon, rédacteur en chef politique au Journal du Dimanche, lorsqu'il prend connaissance pour la première fois des Panama Papers. Il revient pour LCI sur cette fuite inédite qui met à jour des scandales financiers concernant plusieurs personnalités mondiales de premier plan. Mais ces révélations vont-elles favoriser la montée du populisme ?
Vidéos A la une
Détenir un compte à l'étranger tout en étant résident français est une pratique légale... à condition de le déclarer ! L'argent sera alors soumis à l'imposition, comme s'il était généré en France. Le problème intervient lorsque le compte placé à l'étranger n'est pas déclaré au fisc : c'est l'évasion fiscale. Dans ce cas-là, le contribuable cherche à échapper à l'impôt, le plus souvent en plaçant son argent en créant une société fictive, ce qui cache son identité réelle... Explications.
Vidéos A la une
Le Panama n'est pas loin du titre de roi des paradis fiscaux. Ce petit pays d'Amérique central d'à peine 76.000 m est en effet l'un des derniers endroits au monde où il est possible de créer, en quelques minutes, des sociétés écrans afin de passer sous les radars du fisc. Depuis 40 ans, c'est de cette façon que le Panama dope son économie Un informateur n'a pas hésité à livrer les dessous de ces évasions fiscales de à des journaux du monde entier : ce sont les fameux "Panama Papers". Un amas gigantesque de données qui met en cause certaines personnalités de premier plan. Explications.
Vidéos A la une
Au lendemain de la première série de révélations de l'opération "Panama Papers", l'enquête d'un consortium d'investigation révélant un vaste scandale d'évasion fiscale, Pascal Saint-Amans, le directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, a appelé ce lundi sur BFMTV à le G20 à "taper du poing sur la table" pour contraindre le Panama à coopérer.
Publicité