Société
Afin d'écarter les rencontres homosexuelles du parc public de la chapelle Notre-Dame-d'Espérance, les riverains ont envisagé toutes les mesures possibles. La plus atypique reste l’introduction de chèvres supposées manger les buissons où se déroulent les ébats.
Publicité