Vidéos à la une
Le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie a adopté, ce lundi, la proposition du président LR Xavier Bertrand de renommer la région. Adoptée à l'unanimité des 116 votants de la droite et du centre, les 54 élus du FN, eux, ont fait bande à part en se prononçant contre. Pour Marine Le Pen, ce changement d'appellation "c'est faire fi de notre histoire, de notre territoire, de notre culture". Xavier Bertrand, lui, se défend d'oublier le passé et les particularités territoriales. Si l'Etat entérine cette proposition, la région se nommera désormais "Hauts-de-France" avec en sous-titre " Nord Pas de Calais-Picardie " (sans trait d'union entre Nord et Pas de Calais).
Vidéos à la une
Sur proposition de Xavier Bertrand, les conseillers régionaux du Nord-Pas-de-Calais-Picardie ont tranché ce lundi pour le nouveau nom des "Hauts-de-France". Cette nouvelle appellation ne satisfait visiblement pas la présidente du Front national. "C'est faire fi de l'histoire et la culture de nos territoires", a déclaré Marine Le Pen au micro de BFMTV. "J'aurais souhaité conserver le nom Picardie-Nord-Pas-de-Calais", a-t-elle précisé, tout en critiquant le processus mis en place pour le vote.
Vidéos à la une
Sur proposition de Xavier Bertrand, les conseillers régionaux du Nord-Pas-de-Calais-Picardie ont tranché ce lundi pour le nouveau nom des "Hauts-de-France". De jeudi à dimanche minuit, "plus de 55.000" habitants de la nouvelle région ont voté sur le site du Conseil régional sur les trois noms qui leur étaient proposés. "On n'oublie pas pour autant notre passé et notre histoire", a indiqué le président de la nouvelle région.
Vidéos à la une
Hauts-de-France, Nord-de-France ou Terres-du-Nord: le Conseil régional de Nord-Pas-de-Calais-Picardie votera lundi l'une de ces trois options sélectionnées après consultation des lycéens et apprentis afin de déterminer le nouveau nom de la région.
Vidéos à la une
PARIS - 13 déc 2015 - Second tour très attendu des élections régionales. Pour le dernier scrutin avant l'élection présidentielle de 2017, l'enjeu est de taille. Arrivé en tête au premier tour, le Front national va-t-il emporter une des 13 grandes régions nées de la réforme territoriale ? Va-t-il au passage faire mentir les sondages qui l'annoncent battu en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, PACA et dans le Grand Est ? Marine Le Pen s'est montrée imperméable à ces annonces, au moment d'apparaître au bureau de vote d'Hénin-Beaumont. A l'affiche dans la grande région du nord : un duel entre le Front national et la liste d'union de la droite emmenée par Xavier Bertrand, après le retrait du candidat socialiste. En milieu de matinée, François Hollande a voté dans son fief de Tulle. Tout sourire après le succès obtenu la veille à la conférence sur le climat. Autre raison de son apparente détente : les chances conséquentes du PS dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Dans un scrutin riche en suspense, une première information concernant le taux de participation de mi-journée : il s'élevait 19,59% à 12 heures.
Vidéos à la une
Il y a quelques jours, le quotidien "La Voix du Nord" s'est engagé contre le FN. Ce dernier est arrivé en tête dans six régions lors du premier tour des régionales. Selon Jack Lang, pour le second tour, il faut empêcher ce parti de gagner afin de préserver la culture, l'éducation et la recherche scientifique. Et ce, notamment dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie où il est député. - 12h l'heure H, du jeudi 10 décembre 2015, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Si le Front national remporte au moins deux régions dimanche, il faudra un remaniement gouvernemental. C'est du moins le souhait de Jean-Marie Le Pen qui estime que Manuel Valls devra être le premier à partir. Jean-Marie Le Pen estime que le Premier ministre, qui "a appelé à battre Marine et Marion-Maréchal Le Pen", "ne résistera pas à leur victoire" si elles l'emportent au second tour des élections régionales en Nord-Pas-De-Calais-Picardie et en PACA. "Il [Manuel Valls] a brûlé ses vaisseaux, on s'en passera" conclut le Président d'honneur du Front national. Revoir l'intégralité du débat ici Invités : - Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du Front national - Delphine Batho, députée PS des deux Sevres - François Durpaire, historien et universitaire spécialisé dans les questions de diversité culturelle - Nicolas Lebourg, historien spécialiste de l'extrême droite
Vidéos à la une
Pierre de Saintignon a suivi la demande du patron du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, de faire un barrage républicain au FN aux élections régionales. Marine Le Pen est donnée largement en tête en Nord-Pas-de-Calais-Picardie avec 41,9% des voix selon une estimation OpinionWayB2S pour BFMTV. Xavier Bertrand, candidat LR-UDI-MODEM, est crédité de 25% des voix et le candidat PS n'obtient que 18% des votes. "N'ayant pas du tout l'intention de participer à la victoire dimanche prochain de madame Le Pen. J'ai décidé de retirer ma liste et de faire barrage au Front national", a déclaré le candidat socialiste.
Vidéos à la une
Pour faire barrage à Marine Le Pen lors du second tour des élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Manuel Valls envisage une fusion des listes de gauche et de droite. Pierre de Saintignon, la tête de liste PS dans la région, rejette la proposition du Premier ministre, avec le soutien du premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. À droite, Xavier Bertrand, le candidat Les Républicains, a déclaré qu"'il n'y aura pas d'alliance". À moins d'un mois du premier tour des élections régionales, la stratégie du Premier ministre étonne et embarrasse la majorité.
Vidéos à la une
Le candidat Les Républicains aux élections régionales du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BTMFV et RMC ce vendredi matin. L'ancien ministre de la Santé a estimé que la préparation de l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2, dont Marine Le Pen était l'invitée principale "a été un cirque innommable". L'émission a été annulée à quelques heures du direct après l'annulation par la présidente du Front national de sa participation en raison de l'ajout au programme de ses deux concurrents.
Vidéos à la une
Un sondage BFMTV-Odoxa-Le Parisien publié dimanche a révélé que Marine Le Pen arriverait en tête aux premier et second tour des élections régionales dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie. En plus du bassin minier autour d'Hénin-Beaumont, elle pourrait s'appuyer sur les territoires ruraux, comme ce village de l'Aisne, Haramont. "Il n'y a pas vraiment de problème réel d'insécurité, pas d'immigration. Bref, aucun des fondamentaux du Front national ne sont remplis. Les gens se disent 'ça peut nous arriver'", a expliqué le journaliste de Marianne Christian Duplan.
Vidéos à la une
Le gouvernement doit présenter ce vendredi en conseil des ministres ses premières décisions sur la réorganisation des services de l'Etat et arrêter la liste provisoire des nouvelles capitales régionales, après le redécoupage des régions françaises. Dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la bataille est rude entre Amiens et Lille. Les Lillois sont convaincus que leur métropole emportera le titre de chef-lieu. En général, les grandes villes ont la faveur des Français.
Vidéos à la une
Marine Le Pen, invitée d'Apolline de Malherbe dans BFM Politique, ce dimanche à 18 heures a entretenu le suspense au sujet sa décision à conduire ou non la liste Front national dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie lors des élections régionales de décembre.
Vidéos à la une
"Je pense qu'elle veut prendre le temps", a indiqué le frontiste Florian Phillipot à propos d'une possible candidature de Marine Le Pen aux prochaines régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie en décembre. Invité de BFMTV lundi soir, le numéro 2 du Front national a expliqué qu'elle "ne veut pas faire comme son concurrent potentiel, Xavier Bertrand. Il est parti très vite avec pour seule motivation 'aller battre Marine Le Pen'. Un certain Jean-Luc Mélenchon était parti avec le même enthousiasme à Hénin-Beaumont. Il est revenu KO, ratatiné", a poursuivi Florian Phillipot, qui estime que Marine Le Pen est "la meilleure candidate" pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Vidéos à la une
Le bureau politique du FN s'est tenu en l'absence du président d'honneur du parti Jean-Marie Le Pen, toujours hospitalisé. A huis clos, la candidature de sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen comme tête de liste en Paca pour les régionales a été entérinée. Six autres investitures ont été annoncées. Marine Le Pen hésite encore à se présenter dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. La présidente du parti a encore quelques semaines pour réfléchir. Le prochain bureau politique est prévu début mai.
Publicité