Vidéos A la une
Le Néerlandais Jacobus Van Nierop, surnommé le "dentiste de l'horreur", a été condamné ce mardi par le tribunal correctionnel de Nevers à huit ans de prison, une interdiction définitive d'exercer la profession de chirurgien-dentiste et quinze amendes de 700 euros à payer. Il a été condamné pour avoir mutilé des dizaines de patients dans la Nièvre. Une autre audience, qui portera sur les préjudices patrimoniaux, se tiendra la 16 juin prochain.
Vidéos A la une
Jacobus Marinus - dit Mark - Van Nierop, surnommé le "dentiste de l'horreur", a été condamné mardi à huit ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nevers. Une décision qui ravit Nicole Martin, la présidente du collectif des patients qui souligne que c'est "l'aboutissement de quatre ans de travail". Elle aussi victime du dentiste, elle espère maintenant que cette affaire serve d'exemple à travers la France et tous les pays de l'Union européenne.
Vidéos A la une
Le Néerlandais Jacobus Marinus -dit Mark- Van Nierop, accusé d'avoir mutilé une centaine de patients entre 2008 et 2012, comparaît depuis mardi matin devant le tribunal de Nevers. Les débats de ce premier jours de procès ont notamment porté sur la personnalité du "dentiste de l'horreur". Devant le palais de justice, certaines victimes ont expliqué vouloir "tourner la page".
Vidéos A la une
Le procès du "dentiste de l'horreur" a débuté ce mardi au tribunal correctionnel de Nevers. Ce praticien est jugé pour avoir mutilé et escroqué une centaine de patients. Lors des premières heures d'audience, le docteur Jacobus Marinus Van Nierop aurait justifié ses actes par des perturbations "psychologiques". "C'est même une déception", a confié au micro de BFMTV l'avocat des victimes. "On s'attendait à ce qu'il émette des regrets, des remords. Mais à ce stade, les explications sont inexistantes", a ajouté Me Joseph-Oudin.
Société
Le Néerlandais Jacobus Marinus Van Nierop, alias le "dentiste de l’horreur", est jugé depuis mardi matin à Nevers. Il est accusé d’escroqueries, violences sur personnes vulnérables et mutilations.
Vidéos A la une
Les acteurs de la sécurité routière se remontent les manches pour faire baisser la mortalité. Parmi les réglementations existantes, la réduction de la vitesse de 90 à 80 km/h. Elle est déjà appliquée sur trois routes nationales depuis le 1er juillet 2015 : la 151 dans la Nièvre et l'Yonne, la Nationale 7 dans la Drôme et la N57 en Haute-Saône. Cette mesure est saluée par les habitants, qui redoutent toutefois sa généralisation.
Vidéos A la une
Un homme est recherché par les gendarmes de la Nièvre, après un double meurtre survenu lundi soir dans une exploitation agricole de Magny-Cours. Un différend commercial serait à l'origine du drame.
Vidéos A la une
La prévention routière est désormais une préoccupation majeure du gouvernement. Ce matin, le Conseil national de la sécurité routière a dévoilé plusieurs mesures pour lutter contre la mortalité au volant. Parmi elles, l'expérimentation d'une réduction de 90 à 80 km/h de la vitesse réglementaire sur les routes nationales. Quatre tronçons seront testés la Drôme, la Nièvre et dans l'Yonne, ainsi qu'en en Haute-Saône. La mesure fait déjà débat.
Vidéos A la une
Depuis deux mois, la commune de Château Chinon, dans la Nièvre, n'a plus aucun généraliste libéral. En cas d'urgence, les 6 000 habitants du village doivent contacter le 15. Pour les cas les moins graves, certains empruntent leurs véhicules pour une heure de trajet environ. Les deux pharmacies sont désertes, menacées de fermeture. Les quatre médecins que comptait le village sont partis les uns après les autres. La charge de travail était trop lourde pour eux.
Société
L’arbre qui siégera dans la cour de l’Élysée durant la période des fêtes de fin d'année a été coupé lundi dans la Nièvre.
Vidéos A la une
Thomas Misrachi reçoit Christian Paul, député PS frondeur de la Nièvre, qui est revenu sur le budget rectificatif 2014. L'Assemblée nationale entame ce lundi 23 juin l'examen du projet de budget rectificatif 2014. Un projet mettant en oeuvre certaines orientations du pacte de responsabilité. Les débats vont durer un mois et s'annoncent mouvementés. Une partie des députés socialistes menace de ne pas le voter et certains frondeurs ont déposé une quinzaine d'amendements contre la volonté du groupe PS pour atténuer le choc des 50 milliards d'euros d'économies.
Vidéos A la une
Zoom sur les campagnes où les vols de brebis, agneaux, bœufs, ruches, autruches, blés, poulets, bois, fruits, tracteurs, … se multiplient. Rencontre avec les agriculteurs, victimes de ces...
Publicité