Vidéos à la une
Thierry Pech, directeur général de Terra Nova et Nicolas Bouzou, économiste, directeur du Cabinet de conseil Asteres, étaient sur le plateau de BFM Story. Baisse de prix, création d'emplois, activité supplémentaire... Le projet de loi Macron présenté ce mercredi 10 décembre en Conseil des ministres, promet de "libérer le potentiel inexploité de croissance et d'activité" de l'économie. Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a affirmé que le texte produira des effets concrets pour les ménages et les entreprises dès "l'été prochain". Mais le gouvernement ainsi que les professionnels restent prudent sur ses retombées. Alors quel sera l'impact réel de la loi Macron sur la croissance ?
Vidéos à la une
Le face à face a opposé Nicolas Bouzou, économiste, et président du cabinet de conseil Asterès & Bernard Maris, économiste et écrivain. Depuis près d'une semaine, le gouvernement et le patronat ne cessent de s'invectiver, et de se rejeter la responsabilité de la situation de blocage de l'économie française. Mais pour le ministre de l'Économie Emmanuel Macron, les négociations sur le Pacte de responsabilité étaient un échec et c'est le président de l'organisation patronale Pierre Gattaz qui en est responsable. Nicolas Bouzou pense que "l'échec, c'est l'idée du pacte de responsabilité avec des contreparties". Bernard Maris estime quant à lui que "ce genre de négociation qui voudrait se faire en collectivité nationale, ne peut pas se faire entre le patronat, les syndicats et le gouvernement".
Vidéos à la une
Ce mercredi, le ministre des finances Michel Sapin, ainsi que le secrétaire d'État au budget Christian Eckert, sont auditionnés par les députés, sur le projet de loi de finances rectificative pour 2014, après délibération en Conseil des ministres un peu plus tôt dans la journée. Le gouvernement entame une séquence politique délicate avec la présentation des textes de mise en oeuvre du pacte de responsabilité et des baisses de cotisations pour les entreprises financées par un coup de frein sur les dépenses publiques, ce qui n'est pas pour plaire à l'aile gauche de la majorité. L'essentiel du PLFR est déjà connu, son objectif prioritaire étant de dégager quatre milliards d'euros d'économies pour rattraper le " dérapage " des comptes publics constaté fin 2013 en raison de rentrées fiscales inférieures aux prévisions. 1,6 milliards seront à la charge de l'Etat, sous la forme d'annulations de crédits, et 2,2 milliards proviendront de la sécurité sociale via notamment le gel d'un certain nombre de prestations. Michel Sapin a déjà annoncé que l'ensemble serait financé par des économies et qu'aucun impôt supplémentaire ne viendrait s'y ajouter. La politique de rigueur va-t-elle s'accélérer ? Le climat social tendu entre les grèves à la SNCF, dans le spectacle et chez les chauffeurs de taxi, peut-il faire tâche d'huile ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos à la une
Les nouveaux chiffres mensuels du chômage sont dévoilés ce soir à 18h. Après l’inversion ratée de la courbe du chômage l’an dernier, la publication des premiers chiffres pour 2014...
Publicité