Vidéos A la une
Depuis 1966, les Cubains entrant aux Etats-Unis bénéficient du régime de faveur de "réfugiés politique". Depuis le dégel des relation, les Cubains sont extrêmement nombreux à prendre la route pour les Etats-Unis. Quelque 11.000 d'entre eux se sont retrouvés coincés en Amérique centrale, au Nicaragua, à cause de leur trop grand nombre.
Vidéos A la une
Des vidéastes amateurs ont filmé ce lundi une éruption du volcan Telica, situé à une centaine de km au nord-ouest de Managua. Ce volcan est un des plus actifs du pays.
Vidéos Argent/Bourse
Une entreprise chinoise est chargée du chantier.
Vidéos A la une
Un nouveau canal en Amérique centrale. Le Nicaragua vient de lancer les travaux de ce projet très ambitieux. Un chantier pharaonique estimé à 50 milliards de dollars, financé par un groupe chinois qui en aura la gestion pendant 50 à 100 ans, 5 ans de travaux, 50 000 ouvriers. Une aubaine pour le pays selon Daniel Ortega où la pauvreté touche 45 % de la population : 'Avec les revenus que ce genre de projet va générer, nous aurons de grandes possibilités d'éradiquer totalement la pauvreté et l'extrême pauvreté.' Le canal va relier la côte Pacifique à la côte Caraïbes, un tracé de 278 km de long, trois fois plus que le canal du Panama. La population est loin de partager l'enthousiasme de son président. Depuis des mois, les manifestations se multiplient : des paysans et des indigènes menacés d'expropriation, mais aussi des associations inquiètes du risque de catastrophe écologique. Toutes les études environnementales sont tenues secrètes. Grosse inquiétude pour le lac Cocibolca, plus grande réserve d'eau douce d'Amérique centrale. Le canal doit le traverser et l'entrée d'eau salée menacerait les espèces locales.
Vidéos A la une
'Non au canal !', 'dehors les Chinois !' C'est ce que scandaient les centaines de Nicaraguayens qui ont pu atteindre Managua, malgré les autorités. Organisations environnementales et associations d'agriculteurs s'insurgent contre le projet de canal chinois dont le premier coup de pioche doit être donné le 22 décembre. Ce canal, qui relie le Pacifique à l'Atlantique, d'une longueur d'environ 280kilomètres, va engendrer la destruction d'au moins 400 000 hectares de terres et risque de polluer le lac Cocigolpa, la deuxième plus grande réserve d'eau douce d'Amérique latine. 'Si nous laissons les autorités déplacer les populations qui vivent sur le tracé annoncé du Canal, les exproprier, alors ça veut dire que personne ne sera jamais plus protéger dans ce pays. Et je crois qu'aujourd'hui, nous devons tous protester !' explique le député de l'opposition, Eliseo Nunez, du parti libéral indépendant. 'Nous ne voulons pas des Chinois au Nicaragua parce qu'ils vont s'immiscer dans l'économie du pays. Nous avons faim et nous avons besoin de manger' clame un vieil homme directement visé par les expropriations. Le gouvernement du Nicaragua, lui, met en avant les 40 000 emplois que va créer l'ouvrage, et surtout, son ambition de pomper dès 2020 une partie du trafic commercial qui passe aujourd'hui par le seul canal existant, celui du Panama. C'est l'entreprise HKND, en main du milliardaire chinois Wang Jing, qui investit dans ce projet pharaonique.
Vidéos A la une
De fortes pluies se sont abattues sur Managua, la capitale du Nicaragua dans la nuit de jeudi à vendredi. Neuf personnes sont mortes dans l'éboulement de cinq maisons. Les secours sont parvenus à extraire sept autres personnes, dont deux fillettes, coincées sous les décombres. Plus d'une cinquantaine de personnes vivant près de la zone de l'effondrement ont déjà été évacuées. Depuis deux semaines, les mauvaises conditions climatiques qui s'abattent sur le pays ont entraîné la mort de 18 personnes.
Vidéos A la une
Au Nicaragua, le projet de construction d'un gigantesque canal interocéanique suscite de nombreuses inquiétudes parmi les populations environnantes. Le chantier, confié à une entreprise chinoise, va en effet entraîner des expropriations. Inacceptable pour ces manifestants qui réclament le départ des Chinois. 'Nous voulons que les Chinois partent, dit cette riveraine. Nous ne sommes pas contre le développement économique du pays, mais ce qu'ils font ici, nous ne le permettrons pas.'' Ce canal, qui rivalisera avec celui de Panama, doit relier sur 278 kilomètres les océans Pacifiques et Atlantiques, en passant par le lac Nicaragua. Estimé à 29 milliards d'euros, le chantier pourrait débuter à la fin de l'année et s'achever en 2019. S'il permettra de créer des dizaines de milliers d'emplois, il ne sera pas sans conséquences, à la fois pour les populations locales, mais aussi pour l'environnement. Beaucoup mettent en garde contre les risques de pollution.
Vidéos A la une
MANAGUA - 8 sept 2014 - Les habitants ont d'abord cru qu'il s'agissait d'une bombe. En réalité, c'est une météorite qui est tombée dans la nuit de samedi à dimanche dans une zone boisée du Nicaragua, à quelques kilomètres de la capitale, Managua. Un cratère de 12 mètres de diamètre et de 5 mètres de profondeur s'est formé à l'endroit de l'impact. Un impact si violent qu'il a été enregistré par les instruments destinés habituellement à détecter les séismes. Les habitants des alentours disent avoir entendu une explosion et avoir aperçu du sable et de la poussière projetés dans l'air, le tout avec une odeur de brûlé. Selon les autorités, aucune victime n'est à déplorer.
International
Une météorite s’est écrasée samedi dernier à Managua, capitale du Nicaragua. Aucune victime n’est à déplorer.
Vidéos A la une
Epuisés mais en vie, vingt mineurs ont pu être secourus dans la nuit de vendredi à samedi dans le nord du Nicaragua. L'entrée de leur mine a été bouchée à la suite d'un glissement de terrain. Les mineurs sont restés plus de trente heures sous terre, à plus de 800 mètres de profondeur. 'Nous savions qu'il y avait une autre sortie. Nous nous sommes battus toute la nuit jusqu'à ce matin pour dégager le passage et pouvoir sortir par là. C'était notre seule chance', raconte Roger Emilio Darce, un des survivants. Cinq à sept hommes restent encore coincés sous terre et les opérations de secours se poursuivent sous le regard angoissé des familles. 'Je suis contente, mais j'ai encore deux proches, dont mon frère coincés à l'intérieur. Que Dieu leur permette de sortir vivant', témoigne cette femme. La mine d'or, située près de la ville de Bonanza, est réputée dangereuse. Seuls des mineurs artisanaux y travaillent à leur compte, une pratique légale au Nicaragua.
Vidéos Argent/Bourse
Le 14 juin, la chirurgie cardiaque pédiatrie a été le thème abordé par Charles-Édouard Catherine, directeur exécutif de Surgeons of Hope, une ONG américaine aux racines françaises, dans le Grand Journal de New York, avec Sabrina Quagliozzi, sur BFM Business. Tous les samedis, le Grand Journal de New York présenté par Sabrina Quagliozzi en direct des studios du Nasdaq, c'est toute l'actualité économique vue de Times Square, en plein coeur de Manhattan sur BFMBusiness, première chaîne d'informations économiques en France. Retrouvez toute l'actualité économique et financière sur BFMBusiness.com.
Vidéos A la une
La terre n’en finit plus de trembler au Nicaragua. Un nouveau séisme d’une magnitude de 6,6 sur l‘échelle ouverte de Richter s’est produit ce vendredi, 24 heures après un tremblement de...
Vidéos A la une
Un tremblemet de terre a détruit une dizaine de maisons jeudi à Managua, la capitale du Nicaragua. Les autorités ont declaré que 23 personnes...
Technologies
La NASA vient de publier une vidéo regroupant d'impressionnants points de vue sur notre planète vue depuis l'espace. Outre les images magnifiques, ce document fournit un aperçu des applications scientifiques permises par les satellites qui nous survolent.
Publicité