Revue du web
La devanture du musée de l'Erotisme, le 2 novembre 2016 à Paris
Avec AFP : Une
Le Paris coquin dépérit. Alors que la rue Saint-Denis perd un à un ses sex-shops remplacés par des bars bobo, Pigalle pleure l'un de ses lieux emblématiques : l'unique musée français de l'Erotisme et des plaisirs charnels ferme ses portes et met aux enchères ses collections.
Publicité