Revue du web
Avec Atlantico
Alors que les proches des victimes françaises de l'attentat du musée du Bardo en Tunisie le 18 mars 2015 n'ont pas assisté ce vendredi 18 novembre à une cérémonie hommage, de forts soupçons de compromission de la justice tunisienne pèsent sur cette affaire.
Revue du web
Avec Atlantico
Alors que les proches des victimes françaises de l'attentat du musée du Bardo en Tunisie le 18 mars 2015 n'ont pas assisté ce vendredi 18 novembre à une cérémonie hommage, de forts soupçons de compromission de la justice tunisienne pèsent sur cette affaire.
International
Selon cette famille, la Tunisie a "négligé la sécurité des touristes" près du musée du Bardo, l’un des lieux les plus visités du pays.
Vidéos A la une
Un mois jour pour jour après l'attaque du Bardo, la ministre française de la Culture a tenu à faire le déplacement au musée. Fleur Pellerin s'est rendu dans la capitale tunisienne pour rendre hommage aux 22 victimes de l'attentat du 18 mars dernier. Premier objectif de cette visite : renouveler le message de soutien de la France à la Tunisie. Fleur Pellerin a aussi profité de sa rencontre avec son homologue Latifa Lakhdar pour évoquer les relations culturelles franco-tunisienne et le renforcement de la coopération entre les deux pays. Les deux ministres ont notamment signé une déclaration d'intention pour renouveler un partenariat entre les musées du Bardo et du Louvre. Il s'agit principalement de former de jeunes Tunisiens au travail de restauration du patrimoine.
International
Ce mercredi, deux hommes armés ont attaqué le musée national du Bardo à Tunis, tuant dix-huit touristes étrangers, dont deux Français, et deux Tunisiens. Une incertitude persiste concernant une troisième victime française.
International
Les auteurs de l'attaque du musée du Bardo à Tunis (Tunisie) de ce mercredi ont été identifiés. Ils seraient d'origine tunisienne. 
International
Mercredi 18 mars, le musée national du Bardo à Tunis a été attaqué vers midi, ce qui a provoqué la mort de 20 personnes et des scènes de panique. Les deux assaillants ont été tués par les forces de l’ordre tunisiennes.
International
Touristes, œuvres d'art, localisation... Le musée du Bardo (Tunis), théâtre d'une sanglante attaque ce mercredi, était une cible de choix pour les terroristes.
Vidéos A la une
"On ne savait pas trop ce qu'il se passait, ça courait partout." Marilyne, une touriste française, se trouvait à l'intérieur du musée Bardo, à Tunis, lorsque l'attaque terroriste qui a fait au moins 19 morts a éclaté, ce mercredi. Elle livre un témoignage glaçant.
Vidéos A la une
Le ministre tunisien des Affaires étrangères Taieb Baccouche, en visite en France, s'est exprimé sur l'attaque perpétrée mercredi contre le musée du Bardo à Tunis et qui a fait 22 morts, selon le bilan provisoire. Le ministre a mis en avant le fait que l'attaque a eu lieu alors que "le Parlement tunisien était justement en train de discuter une loi de lutte contre le terrorisme". Ne pouvant atteindre les membres du Parlement, "ils ont visé le maillon faible qui est la culture, le musée et les touristes", a-t-il précisé. Taieb Baccouche a également rappelé que "le terrorisme peut frapper partout", mais il "n'aura aucun avenir", a-t-il assuré.
Vidéos A la une
Au moins huit personnes ont été tuées mercredi, dans l'attaque du Musée national du Bardo, à Tunis. Parmi eux, sept touristes et un Tunisien, selon le ministère de l'Intérieur. Deux terroristes armés de kalachnikovs ont attaqué le musée, situé tout près du parlement. La situation reste confuse pour le moment, mais les assaillants semblent retenir des otages dans le bâtiment, actuellement encerclé par les forces de l'ordre. Le ministère italien des Affaires étrangères a notamment évoqué la présence d'otages italiens. Une grande partie des visiteurs du musée aurait par contre pu être évacuée. Par ailleurs, le ministère de la Santé tunisien a indiqué que huit touristes blessés avaient été évacués vers des hôpitaux de la capitale. Source : Tunisia 1,TV1
Publicité