Vidéos à la une
'Non aux destructions', 'notre quartier contre les expulsions', c'est ce que des manifestants scandaient à Moscou. Ils étaient des milliers ce dimanche à dire non à la destruction de leurs immeubles, les Khrouchtchevki, emblèmes des banlieues de Moscou. Ce rassemblement contre les autorités était d'une ampleur rare, même si la police, les organisateurs et des observateurs n'étaient pas d'accord sur les chiffres. La police annonçait 5 000 personnes, les organisateurs 30 000 personnes et les observateurs indépendants 20 000. 'Je suis ici parce que la Constitution est bafouée, la législation est violée. Notre droit à la propriété est est violé. Par des moyens frauduleux, via de soit-disant citoyens actifs, ils essaient de nous priver de notre droit de propriété' s'est énervé Yelizaveta Krevtsova, habitante d'un quartier visé. '_Tout cela est ridicule. Nous ne pouvons pas dormir depuis deux mois. Nous sommes jeunes mariés et on pense avoir des enfants. Que se passera-t-il si on a des enfants et qu'on est jeté dehors ensuite. Et avec ce stress, c'est difficile d'en faire des enfants !' a conclu en riant Alexander Zeiny, un autre habitant touché par le projet d'urbanisme. La loi sur les rénovations, c'est une loi de confiscation de la propriété privée, dénoncent des élus de quartier. Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, soutenu par le Kremlin, veut en effet remplacer 4 000 édifices des années 50 et 60 par de hautes constructions permettant de loger plus de familles. L'opposant à Poutine, Alexeï Navalny s'est rendu sur place, mais il n'a pas été le bienvenu. Il a été escorté par la police, sans être interpellé, hors du périmètre du rassemblement. Les 'Khrouchtchevki' ont été construits à l'époque où Nikita Khrouchtchev dirigeait l'Union soviétique. Ces immeubles sont emblématiques des banlieues de Moscou, mais aussi de très nombreuses villes russes où ils ont permis de résoudre la crise du logement que connaissait alors le pays. Ils ont surtout permis à des familles entières d'obtenir leur indépendance après avoir vécu des décennies dans les 'Kommounalki', ces appartements communautaires où cohabitaient plusieurs familles. C'était des symboles de progrès, et ils ont été célébrés dans de nombreux films soviétiques.
Vidéos à la une
Une semaine après le 1er mai, où un million et demi de personnes avaient manifesté à Moscou pour la Fête du Travail, 600.000 personnes ont à nouveau battu le pavé dans les rues de la capitale russe, dont le célèbre régiment immortel, à l'occasion du Jour de la Victoire, qui marque la défaite de l'Allemagne nazie en 1945. Une femme, portrait en noir et blanc à la main, déclare : 'Je suis fière de mon grand père et de mon seul fils, qui s'est engagé dans l'armée, et si il faut défendre notre terre mère il sera l'un des premiers à le faire'. Cet anniversaire a aussi et surtout été l'occasion pour le Kremlin de réaffirmer sa force de frappe militaire avec une spectaculaire parade de l'armée russe. Vladimir Poutine a appelé le monde à s'unir pour combattre le 'terrorisme' et assuré que la Russie pouvait défaire n'importe quel agresseur. This video is about very 'hot' spring weather in Moscow #victoryday # #9 A post shared by kate_divers2403 (@kate_divers2403) on May 9, 2017 at 10:42am PDT
Vidéos à la une
'Moscou, ville des motards', c'est le nom du festival qui a eu lieu ce samedi dans la capitale russe pour lancer la saison des ballades à deux roues. Près de 2 000 passionnés de moto ont défilé dans les artères de la ville, réservées pour l'occasion aux petites et grosses cylindrées.
Vidéos à la une
La Place Rouge était noire de monde ce lundi 1er mai à Moscou Des milliers de personnes se sont rassemblées autour du Kremlin, pour participer au traditionnel et très suivi défilé du 1er mai. Les syndicalistes, les anciens combattants des organisations de jeunesse étaient invitées à participer à la célébration sous les murs du Kremlin. Près de 130 000 personnes ont participé à l'évènement à Moscou. Ces centaines de manifestations ont eu lieu dans tout le pays. #MayDay2017 marchplannedin capital of #Donetsk People's Republic- https://t.co/sQk8rSKgXy #SaveDonbassPeople #communist #WorkersDay pic.twitter.com/vP2naGQCjB- Greg Butterfield (@redguard1971) 27 avril 2017 Depuis quelques années, 'ces défilés connaissent un regain de popularité et représente aussi une occasion pour les nostalgiques de l'ex-Union Soviétique de sortir les drapeaux rouges, les vieux étendarts et portraits de Lénine, entre autres... Revolutionary greetings to the workers who are fighting against Capitalism. #MayDay #LabourDay #MayDay2017 pic.twitter.com/CtibJ90kVE- Comrade (@Comrade_India) 1 mai 2017 Mais depuis la Perestroïka, c'est aussi devenu la " fête du Printemps et du Travail " et le début des vacances de mai qui durent jusqu'aux célébrations de la victoire sur l'Allemagne nazie le 9 mai 1945...
Vidéos à la une
Nouvelles manifestations anti-Poutine ce samedi à Saint-Pétersbourg et Moscou. Une mobilisation pas historique, plusieurs centaines de personnes, mais toujours autant d'arrestations : 110 à Saint Pétersbourg. Réunis sous le slogan 'Nadoïel' (Nous en avons assez de lui) faisant référence au président russe, les manifestants ont répondu à l'appel du mouvement Open Russia, fondé par l'opposant russe en exil et ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski. Ajrd manifestations dans plusieurs villes russes pour dire 'Assez' à #Poutine et #Medvedev. # #Russie pic.twitter.com/VM5l1Wxd2X- Alexis Prokopiev (@aprokopiev) April 29, 2017 Cette femme expose ses griefs au président russe : 'Les prix de la nourriture, le chômage, et surtout la détérioration de la santé : tout doit être payé en avance, on doit passer des nuits et des jours entiers dans un hôpital pour être reçu par un spécialiste'. 'Je suis venu pour exprimer mes droits civiques, poursuit un jeune homme, et pour appeler le président à laisser faire un changement d'autorité, qui j'espère mettra fin un jour à l'isolement international du pays et à l'agression de la Russie sur d'autres pays'. 'Dix-sept ans au pouvoir, c'est trop'. Les revendications de ces manifestants à Moscou n'ont rien de révolutionnaire mais les rassemblements n'ont pas été autorisés par la police. En mars 2018, Vladimir Poutine pourrait briguer un quatrième mandat présidentiel.
Vidéos à la une
C'est en s'appuyant sur sa richesse culturelle que le Maroc compte gagner le coeur des consommateurs russes. Une stratégie commerciale qui doit permettre aux produits marocains de se faire une place sur l'immense marché russe. Metropolis, un des plus grands centres commerciaux de Moscou. C'est ici, pendant deux semaines, que se tient le festival du Maroc dans la capitale de Russie. Depuis 2014, l'évènement met en avant la culture, la modernité, l'élégance du Maroc pour ouvrir de nouvelles opportunités aux exportateurs du Royaume auprès des consommateurs russes. La 3ème édition du Festival du Maroc à Moscou du 14 au 23 avril https://t.co/9leTLwS9Pr pic.twitter.com/ddxvUOC8wE- Agence MAP (@MAP_Information) 12 avril 2017 'Le marché russe est très important pour le Maroc, nous confirme Abdelkader Lecheheb, ambassadeur du Maroc à Moscou. Et le Maroc est le deuxième partenaire pour la Russie dans le monde arabe et à l'échelle africaine. Cette troisième édition se tient sous le signe de la diversification de nos produits, ici en Russie.' Textile, produits cosmétiques, cuir, maroquinerie: cette année plus de 350 produits proposés par 33 entreprises marocaines sont présentés au festival. Ils ont été soigneusement sélectionnés par les magasins résidents du Metropolis lors d'une visite au Maroc. YASMINE BENJELLOUN FEN YADI- managing director 'On est une marque haut de gamme marocaine spécialisée dans l'artisanat marocain, explique Yasmina Benjelloun, de la marque Fen Yadi. Aujourd'hui nous travaillons avec notre propre designer marocain qui a lancé la dernière collection 'Ouchma'. Ouchma est un mélange de tatouages berbères et de motifs zélliges marocains. En Europe est au Moyen-Orient, nous voulons poursuivre notre stratégie de développement à l'international. Le marché russe nous ouvre une opportunité qu'on aimerait concrétiser.' Renforcer les relations commerciales avec le Maroc est également une volonté de Moscou. Sergey Cheremin, le Ministre des relations économiques internationales de la ville, au micro d'Euronews : 'Il est très important pour les citoyens moscovites de connaître une culture différente. Nous pensons que nous pouvons également partager nos expériences dans la technologie municipale et urbaine, dans le développement des transports par exemple. Le Maroc est considéré comme une place particulièrement stable d'un point de vue sécuritaire mais aussi économique, dans la protection de l'investissement.' En marge de ce festival du Maroc, d'autres rendez-vous ont été pris, plus tard cette année, entre la ville de Moscou et 'Maroc export' afin de renforcer encore plus la collaboration entrepreunariale et commerciale entre les deux pays.
Vidéos à la une
Les explosions dans le métro de Saint-Pétersbourg rappellent les attentats qui ont frappé la Russie ces dernières années : Double-attentat dans le métro de Moscou Le 29 mars 2010, deux explosions retentissent dans deux stations du métro de Moscou. Elles surviennent en pleine heure de pointe. Bilan : près de 40 morts et une centaine de blessés. Deux femmes sont derrière cette double attaque suicide, revendiquée par les islamistes du Caucase. Ces derniers récidiveront quelques mois plus tard. Attentat à l'aéroport Domodedovo Le 24 janvier 2011. Cette fois, c'est l'aéroport international Domodedovo de Moscou qui est pris pour cible. Un jeune Ingouche de 20 ans se fait exploser au milieu de voyageurs qui attendent leurs bagages. Bilan : 37 morts et plus de 130 blessés. Double attentat à Volgograd Près de trois ans plus tard, à six semaines du début des JO de Sotchi, deux attentats frappent la ville de Volgograd. Le 29 décembre, c'est la gare qui est visée par un attentat-suicide perpétré par une femme. Bilan : 17 morts. Le lendemain matin, un autre kamikaze se fait exploser dans un trolleybus, tuant 14 personnes. Encore, une fois les islamistes du Caucase revendiquent. Les autorités procèdent à plusieurs arrestations dans les milieux djihadistes. De nombreux Russes sont déjà partis combattre en Syrie et en Irak.
Vidéos à la une
Les manifestations anti corruption en Russie et à Moscou en particulier ont été marquées par pllus d'un millier d'arrestations dont celle de l'opposant Alexeï Navalny. Avant son procès ce lundi où il a été condamné à verser une somme de 20 000 roubles pour avoir organisé une manifestation non autorisée il écrit sur Twitter en faisant référence aux autorités russes : 'Viendra le moment où ce sera nous qui les jugerons (honnêtement cette fois-ci)'. Le mouvement de contestation de dimanche a été marqué par deux faits nouveaux: les manifestations étaient nombreuses dans des villes de province d'habitude plutôt calmes et l'âge moyen des participants a considérablement rajeuni, les opposants 'historiques' au Kremlin étant rejoints par des lycéens nés au début du siècle et qui n'ont connu que Vladimir Poutine comme président.
Vidéos à la une
Les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan ont insisté vendredi à Moscou sur la qualité de leurs relations. 'Nos deux pays ont retrouvé la voie de la coopération', a précisé le premier, en qualifiant la Turquie de 'partenaire stratégique'. La situation en Syrie a été au coeur de leurs échanges. 'Quand on lutte contre un groupe terroriste, il faut faire attention à ne pas en renforcer un autre, a déclaré le président Erdogan. Nous faisons la guerre au terrorisme depuis 35 ans, et nos ennemis s'appellent aussi bien le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et ses alliés que Daech et Al Nosra.' 'La Russie a toujours combattu toutes les formes de terrorisme, quelles que soient les idées défendues par ses promoteurs, a poursuivi le président Poutine. C'est notre position fondamentale. Elle ne changera sous aucun prétexte.' Les deux pays ont conclu des accords économiques (énergie, automobile, métallurgie...) Recep Tayyip Erdogan, gratifiant son hôte d'un 'mon ami très fidèle', a souhaité que la Russie lève complètement les sanctions prises à la suite de la destruction d'un avion militaire russe par l'aviation turque au-dessus de la Syrie en novembre 2015. Ils ont aussi signé des conventions en matière judiciaire et culturelle. 2019 sera ainsi l'année de la Russie en Turquie et l'année de la Turquie en Russie. Le président turc a aussi envisagé que le rouble ait désormais cours en Turquie et la livre turque, en Russie.
Vidéos à la une
La parade des poussettes - un événement existant depuis 2008 - a réuni des centaines de participants au parc Gorki de Moscou. Les parents n'ont pas manqué d'imagination pour décorer les poussettes de leur progéniture, certains sont même venus costumés.
Vidéos à la une
L'artiste russe Piotr Pavlenski a été libéré à l'issue de son procès. Il était jugé pour avoir mis le feu aux portes du siège des services de sécurité russes. L'homme de 32 ans écoppe néanmoins d'une amende de 500 000 roubles, environ 6 800 euros. Mais il a fait savoir qu'il ne comptait pas payer et son avocat a annoncé faire appel. Coutumier des performances à connotation politique, Piotr Pavlenski avait été arrêté en novembre après avoir incendié les portes de la Loubianka, siège de l'ex-KGB à Moscou, et était détenu depuis. Avec AFP
Vidéos à la une
Le conseil régional de Vénétie - la région la plus peuplée d'Italie - a adopté une résolution symbolique, mais aussi polémique. Elle demande la création d'un comité, appelant à reconnaître la Crimée en tant que partie de la Russie et l'annulation les sanctions économiques contre Moscou. Stefano Valdegamberi, élu de la Ligue du Nord, parti régionaliste majoritaire dans ce parlement, explique: 'Les sanctions contre la Russie ont eu des répercussions dans notre région de Vénétie. Nos produits sont soumis à embargo sur l'export. Nous voulons envoyer un message fort au gouvernement italien et à l'Union Européenne pour qu'elle change sa politique vis à vis de la Russie et qu'elle reprenne les discussions. Pour Graziano Azzalin, membre de l'opposition régionale : 'La Vénétie est une région et non un état souverain, elle ne peut pas se prononcer en matière de politique internationale. Cette résolution n'aura aucun effet, c'est juste de la propagande pour la ligue du nord'. La Russie a répliqué en 2014 aux sanctions décidées par l'UE suite au conflit armé en Ukraine, en interdisant l'importation de certains produits. Ce qui gêne la production locale agricole et viticole, affirme les régionalistes de la Ligue du Nord, parti populiste dont le leader Matteo Salvini ne cache pas son admiration pour Vladimir Poutine. Ce dernier s'est rendu plusieurs fois en Russie pour dénoncer l'embargo et son coût pour les entreprises de l'Italie, selon Le Monde
Vidéos à la une
Les forces spéciales russes ont abattu un homme qui avait attaqué une banque de l'est de Moscou, prenant en otage plusieurs personnes. L'individu avait fait irruption dans l'établissement en début de soirée. Selon des témoins, il était cagoulé et armé et aurait exigé une importante somme d'argent. Cinq otages ont été libérés quelques instants plus tard, alors qu'une guichetière avait réussi à se réfugier derrière une porte blindée. Selon la police, le forcené a été neutralisé alors qu'il tentait de faire exploser la bombe artisanale qu'il portait sur lui.
Vidéos à la une
A Moscou, une bagarre impliquant des centaines d'hommes a fait trois morts et plus de 25 blessés, dont quatre sont dans un état grave. La rixe a opposé des travailleurs immigrés originaires de différents pays du Caucase pour le lucratif business des pompes funèbres du cimetière de Khovanskoïé, le plus grand d'Europe, qui s'étend sur 200 hectares. Les hommes se sont affrontés à coups de barre de fer, mais ont aussi fait usage d'armes à feu. # https://t.co/Sy1KeMBpWL pic.twitter.com/0TRZG0YKcu- Life | (@lifenews_ru) 14 mai 2016 Deux des victimes, de nationalité tadjike, ont été écrasés par une voiture dont les quatre occupants ont été arrêtés, tout comme des dizaines d'autres suspects. Les participants étaient originaires du Tadjikistan, d'Ouzbékistan, du Dagestan et de Tchétchénie.
Vidéos Argent/Bourse
Ces derniers jours, au moins quatre civils ont été tués dans de nouveaux bombardements à Alep. Aujourd'hui, l'émissaire de l'ONU est attendu à Moscou pour obtenir de l'aide au rétablissement de la trêve en Syrie. Sachant que la situation de ce pays ne fait qu'empirer de jour en jour, le nombre des intervenants dans ce dossier ne cesse de s'accroître. Vont-ils parvenir à trouver une solution ? - Avec: Renaud Girard, grand reporter au Figaro. - 12h l'heure H, du mardi 3 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
International
Une femme entièrement voilée de noir a déambulé lundi matin dans le centre de la capitale russe avec dans une main la tête coupée d’un enfant, tout en criant des slogans islamistes. 
Vidéos à la une
Vous avez envie de découvrir Moscou ? Avant de sauter dans l'avion, ne manquez pas cette vidéo pour vous aider à planifier votre budget voyage !
Vidéos à la une
Moscou tourne la page d'un symbole des années 90 en détruisant à coup de pelleteuses les kiosques qui avaient poussé dans plus grande anarchie dans la capitale russe. Les Moscovites pouvaient y acheter à peu près tout, du paquet de cigarettes au bouquet de fleurs et beaucoup se disent déjà nostalgiques de ces boutiques bien pratiques.
Vidéos à la une
Vous avez envie de découvrir Moscou ? Avant de sauter dans l'avion, ne manquez pas cette vidéo d'astuces afin d'arriver serein dans la capitale...
Vidéos à la une
Dans la nuit du 8 au 9 février, les autorités moscovites ont décidé de détruire une centaine de magasins 'illégaux' qui, selon les...
Vidéos à la une
Les Moscovites sous le choc après une spectaculaire opération de destruction de kiosques dans la capitale russe. Une centaine de ces points de vente et autres petits commerces jugés illégaux par la mairie ont été rasés à coup de pelleteuses dans la nuit de lundi à mardi. Plusieurs associations ont vivement dénoncé le procédé, soulignant que 15 000 personnes s'étaient retrouvées ainsi soudainement sans emploi. Le maire, Sergueï Sobianine, s'est lui félicité de ces destructions construites selon lui dans les années 90 sans autorisations. Les échoppes, petits supermarchés, fleuristes ou encore restaurants, souvent ouverts nuit et jour, étaient très prisés des Moscovites en raison de leur emplacement, à l'entrée des bouches de métro.
Vidéos à la une
Le froid de l'hiver, et la crise économique rendent le quotidien des sans-abris moscovites plus difficile. Ils seraient 75 000 dans la capitale de 12 millions d'habitants, un chiffre relativement bas, qui s'explique par la politique de logement post-communiste. A partir de 1992, les occupants des logements d'Etat sont devenus automatiquement et gratuitement propriétaires. Ils étaient simplement tenus de prouver qu'ils habitaient légalement un logement pour en recevoir le titre de propriété. Malgré cela, Vera vit dans la rue, et elle a vu 'beaucoup de gens mourir de froid pendant leur sommeil': 'Beaucoup de gens finissent par mourir parce qu'ils ne peuvent pas trouver des endroits chauffés. J'en connais beaucoup qui sont morts. Moi, j'ai froid et j'ai faim, comme toujours.' Expulsés des gares, ou des stations de métro, certains survivent dans les égoûts, contre les canalisations de chauffage. La nourriture a augmenté de 13% en un an à Moscou, comme le nombre de candidats à la soupe populaire. La Russie traverse une crise économique :elle affronte les sanctions commerciales imposées par l'Occident contre l'annexion de la Crimée, la baisse des prix du pétrole et du gaz, et la chute du rouble.
Vidéos à la une
MOSCOU - 31 janvier 2016 - Terrible incendie à Moscou : au moins douze personnes dont trois enfants ont péri sur un site industriel dans le nord-est de la capitale russe. Le feu s'est déclaré en début de soirée à proximité d'un atelier de couture. Une zone de 3000m s'est rapidement embrasée, ce qui a provoqué l'effondrement d'un toit. Les pompiers sont venus à bout des flammes vers une heure du matin. Les victimes seraient des travailleurs immigrés qui vivaient sur place. Certains avec leurs enfants. Un nourrisson n'a pas survécu. Une enquête est en cours pour déterminer l'origine du drame.
Actualités
Alors que la Corée du Nord a annoncé le succès du premier essai d'une bombe à hydrogène, l'Obs a imaginé quels pourraient être les scénarios si la bombe venait à tomber sur une grande métropole.
Vidéos à la une
Avez-vous entendu parler de la gigantesque autoroute reliant Londres à New York en passant par Moscou et l'Alaska.... Muriel Pomponne, correspondante de ...
Vidéos à la une
À Moscou, le WiFi va progressivement équiper de plus en plus de ciimetières et lieux de cultes. Ce dispositif permettra notamment de découvrir...
Vidéos à la une
La société Semmaris, qui gère le Marché de Rungis, a dévoilé sa stratégie pour la période 2016-2025, avec à la clé 1 milliard d'euros d'investissement. Des projets internationaux vont ainsi voir le jour notamment à Moscou où la construction d'un grand Rungis de 300 hectares est prévue. Stéphane Layani a évoqué un chantier évalué à 800 millions d'euros dont l'accord a été signé il y a tout juste dix jours. - Avec: Stéphane Layani, PDG de Semmaris (Marché de Rungis). - 18h l'heure H, du mardi 22 décembre 2015, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Des milliers de Pères Noël qui font la course. Cette scène insolite s'est déroulée dimanche à Moscou, la capitale russe. L'événement était organisé par une association et visait à récolter des fonds en faveurs des enfants hospitalisés. Chaque participant offrait une dizaine d'euros pour courir les 10 km, en échange de quoi il recevait un costume de Père Noël. Plus de 23000 euros ont pu être récolté grâce à cette initiative.
Vidéos à la une
Le Britannique Tim Peake, l'Américain Tim Kopra et le Russe Iouri Malentchenko ont suivi tous les entraînements possible avant leur départ demain pour l'ISS, la Station Spatiale Internationale. Quelques jours seulement après le retour de trois de leurs collègues, ils prennent donc la relève. Tim Peake est le premier 100 % britannique à se rendre dans l'espace pour une mission financée par le Royaume-Uni. Véritable star en Grande-Bretagne, ce sera à 43 ans son premier voyage dans l'espace et il pense être fin prêt. 'L'entraînement nous a préparés à tout' dit-il. 'Il y a un peu d'appréhension bien sûr. Le décollage et l'entrée dans l'atmosphère sont les deux zones à risques. Si j'en ai l'occasion, je ferai une sortie dans l'espace, ça aussi, c'est risqué.' Le lancement de Soyouz, à bord duquel partiront les trois hommes, est prévu demain dans la matinée, arrivée sur l'ISS six heures plus tard. Même avec ses dix-sept ans de carrière dans l'armée, comme pilote et ses trois mille heures de vol, Peake a dû tout réapprendre pour se préparer à cette mission de 173 jours. Mais aujourd'hui, le Britannique est visiblement aux anges à l'idée du voyage et volontaire pour toutes sortes d'expériences. 'Je vais faire plein d'expériences scientifiques dont vingt-cinq sur mon propre corps' raconte-t-il. 'On va surtout étudier les pertes de masse osseuse, de densité, les changements au niveau de la vision des astronautes, les changements du système immunitaire. Le genre de choses qui changent le corps humain dans un environnement de micropesanteur. On étudie de nombreuses maladies, la micropesanteur peut aider à soigner certaines maladies grace à des médicaments et des vaccins. Il y a des recherches médicales importantes en cours là-haut, elles auront des répercussions sensibles pour les gens sur terre.' Le Major Tim Peake passera six mois à bord la station spatiale internationale, à environ 400 kilomètres de la terre, une altitude où le regard englobe toute la planète. 'Je crois que la vue est une des choses dont j'ai le plus hâte' avoue-t-il. La capsule russe Soyuz décollera du cosmodrome Baikonour à midi et 3 minutes heures de Paris
Vidéos à la une
MOSCOU - 9 NOVEMBRE 2015 - L'artiste russe Piotr Pavlenski, connu pour s'être cloué les testicules sur la Place Rouge, a mis le feu aux portes de la Loubianka, siège historique du KGB. Des images qu'il a postées sur un réseau social le montre debout devant les portes en bois du bâtiment, un bidon d'essence à la main, immobile devant les flammes. Il a été arrêté. Il risque jusqu'à trois ans de prison pour vandalisme.

Pages

Publicité