Vidéos à la une
A Montargis, sous-préfecture du Loiret sévèrement touchée par les inondations, le Premier ministre a redit la volonté de "solidarité" de l'Etat envers les victimes. "La solidarité a agi pendant l'épreuve, pendant les inondations. Mais le temps le plus difficile vient maintenant. Nous venons de rencontrer des personnes qui ont tout perdu, souvent des gens modestes, des jeunes, des personnes âgées. Ils ont perdu des biens personnels, se retrouvent dans la détresse, qui ne savent pas très bien quoi faire et où se loger", a déclaré le Premier ministre.
Vidéos à la une
A Nemours et à Montargis, les crues sont en reculs et les opérations de nettoyage ont commencé. Pour les commerçants, l'heure est aux démarches administratives et à l'évaluation des pertes. Certains ont tout perdu, comme Enry de Brolles, bouquiniste à Nemours. A 78 ans, il considère que "c'est l'aboutissement d'une vie qui disparaît" et sait déjà qu'il ne rouvrira pas son magasin. Pour la majorité des commerçants sinistrés, il est difficile de chiffrer les dégâts. Ils attendent maintenant la visite des assureurs.
Vidéos à la une
A Montargis dans le Loiret, l'eau a commencé à baiser mais la pluie qui continue de tomber ralentit la décrue. La mairie espère un retour à la normale d'ici à la fin de semaine et une reprise de classes lundi prochain. 4.000 foyers sont toujours privés d'électricité.
Société
Avec la montée des eaux dans le Loiret, les résidents d’une maison de retraite à Montargis ont dû être évacués mercredi... en tyrolienne. Découvrez l’opération des pompiers en images.
Vidéos à la une
A Montargis dans le Loiret, une maison de retraite est évacuée ce mercredi soir. 80 patients, dont une quarantaine souffrant d'invalidité assez conséquente, sont actuellement prises en charge par 60 pompiers. L'opération doit prendre 400 minutes, soit 10 à 15 minutes par personne. Les retraités sont évacués grâce à une tyrolienne longue de 70 mètres, tirée entre deux immeubles jusqu'à une barge. Cette barge rejoindra ensuite la terre ferme, où des ambulances attendent pour prendre en charge les patients.
Publicité