Avec la taxe carbone entrée en vigueur le 1er janvier 2012, les compagnies aériennes avaient augmenté le prix de leurs billets. Sauf qu'à défaut d'un accord international, cette taxe a été gelée... Rapportant au passage 1,3 milliard d'euros aux compagnies. Tous les détails avec Planet.fr.

Le 1er janvier 2012, la taxe carbone entrait en vigueur en Europe. Le principe : les compagnies aériennes travaillant dans l'Union européenne devaient s'acquitter de 15% du montant de leurs émissions de CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique. Au total, cela devait représenter 32 millions de tonnes de CO2.

Les compagnies avaient le droit de répercuter ce surcoût auprès de leur client via le prix des billets, mais pouvaient aussi y ajouter le coût des 85% restants, pourtant gratuits pour elles. Sauf qu'en attendant de trouver un accord international, cette taxe avait été gelée jusqu'à la prochaine assemblée générale de l'Organisation de l'aviation civile à l'automne 2013.

Entre 2 et 14 euros supplémentaires par trajetCette situation n'a pourtant pas empêché les compagnies d'appliquer les hausses de tarifs sur les billets. On estime que ce surcoût représente entre 2 et 14 euros par trajet. Une étude de l'organisation Transport et Environnement évalue ce bénéfice indu des compagnies aériennes à 1,3 milliard d'euros.

Publicité
Ce mardi, la Commission européenne était très gênée par cette façon de faire "scandaleuse" des compagnies aériennes, bien qu'elle n'ait aucun moyen d'agir sur les pratiques commerciales. "Si des compagnies aériennes décident d'imputer des coûts additionnels à leurs clients (sous prétexte d'acquitter la taxe carbone de l'UE), nous ne pouvons que demander la plus grande transparence sur les tarifs pratiqués", a expliqué Isaac Valero, porte-parole de la Commissaire en charge du Climat, Connie Hedegaard.

En revanche, la Commission refuse de commenter le chiffre avancé par l'étude arguant ne pas savoir sur quelles données il a été calculé.

Publicité