La société américaine de bateaux Freedom Ship n'a pas abandonné son projet de ville flottante. Des paquebots géants où la vie quotidienne serait possible. Ils parcoureraient le tour du monde pendant deux ans. Un projet ambitieux mais encore fantasmé. 

©Gaminfloor/flickr.com

25 étages pour 40 000 habitants et 20 00 marins. 2,7 millions de tonnes et 1,6 km de long. Ce sont les futurs paramétrages de ces villes flottantes. Les paquebots comporteront des hôpitaux, des écoles, magasins, parcs et même un aéroport. Une véritable vie en pleine mer pour au minimum 80 000 euros.

 

La dimension hors norme de ces batiments ne permettra pas d'amarrage dans les ports. Bien que ce projet soit encore au stade du fantasme, les concepteurs américains ont déjà tout prévu : une sorte de Tour du Monde à la Jules Verne mais pas en 80 jours.

 

En juin, les bateaux partiront de la côte-est des Etats-Unis pour arriver au nord de l'Europe en milieu d'été. Ils jeteront l'encre au large des villes portuaires, histoire que les touristes puissent se dégourdir les jambes et effectuer des visites au sein des différents pays. Ensuite, direction l'Afrique du Nord. En théorie, le paquebot arriverait en automne. L'hiver sera sous le signe du farniente le long des côtes africaines.

 

Une ambition née en 2012La fin du trajet s'effectuera en Amérique Latine. Les villes flottantes remonteront la Patagonie pour regagner la Californie, terminus du voyage. Ce périple sera un peu plus long que le récit de Jules Verne. Deux ans de voyage en ville flottante. Le projet semble bien pensé et idyllique, pourtant, il ne date pas d'hier. 

 

En 2012, Freedom Ship pensait déjà sérieusement à cette idée. La construction devait avoir lieu au Honduras car selon la firme, la main d'oeuvre y était bon marché. L'entreprise s'est vite arrêtée lors des protestations de la population. En effet, les habitants n'ont pas apprécié de voir leurs terres confisquées. De plus, le prix était un frein majeur et n'attirait pas les investisseurs. Coût total de l'opération: 10 milliards d'euros.

 

Publicité
La folie des grandeurs peut aider pour des projets de cette envergure. Le Titanic aussi avait ce type d'ambition. Les contemporains pensaient même qu'il était insubmersible. Aujourd'hui, il se trouve à 3 840 mètres de profondeur non loin de Terre-Neuve.